Maroc : une « liste des vieux » aux prochaines élections ?

22 août 2020 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : J.K

À l’instar des listes dédiées aux femmes et aux jeunes, il faut une liste des « vieux » pensent certains partis politiques. Là-dessus, le ministère marocain de l’Intérieur émet des réserves.

Un quota aux « vieux » des partis pour accéder au Parlement marocain. Bien des partis politiques y tiennent. La proposition ne reçoit pas l’assentiment du ministère de l’Intérieur fait savoir le quotidien Al Akhbar.

Ce fut déjà le cas avant les dernières élections législatives, au motif que le Conseil constitutionnel avait considéré que l’adoption de la liste nationale des femmes et des jeunes n’était qu’une mesure provisoire pour encourager certaines catégories de la population à intégrer l’action politique et parlementaire.

Si la liste des jeunes ne passait pas dans l’opinion, celle des femmes était par contre vue comme tenant du bon sens, parce que politiquement et socialement recevable. Elle est basée sur la discrimination positive. Un choix qui, tout de même, n’est pas resté sans critiques : les critères de sélection manquent de rigueur ; les relations familiales passaient avant les compétences et les potentialités politiques.

Selon la même source, l’intégration des femmes à la liste nationale aux élections passait dans l’opinion jusqu’aux élections du 25 novembre 2011. 2011 qui a vu les jeunes monter au créneau dans plusieurs pays à travers le « printemps arabe ». On ne pouvait plus évoluer sans compter avec les jeunes au parlement. Les partis politiques ont dû retoucher la loi organique de la chambre des représentants pour porter le nombre de députés de 325 à 395 en réservant 60 sièges à la liste nationale des femmes et 50 à celle des jeunes.

Selon le Conseil constitutionnel les principes qui respectent la citoyenneté, la liberté de vote, la candidature à travers un scrutin général basé sur l’équité, l’égalité des chances et la lutte contre toutes sortes de discriminations sont les seuls qui vaillent. Et non ceux d’exception guidés par des motifs circonstanciels et temporaires.

Sujets associés : Elections - Constitution marocaine - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : les élections ne seront pas reportées, promet Abdelouafi Laftit

Les élections prévues au Maroc l’année prochaine ne seront pas reportées. C’est la promesse faite par le ministre de l’Intérieur, qui présidait une réunion avec les chefs des...

Les Marocains s’intéressent très peu à la politique

En marge des élections de cette année au Maroc, l’Institut des études sociales et médiatiques (IESM) a réalisé un sondage pour connaitre l’avis des Marocains vis-à-vis de la...

Maroc : campagne électorale sous le signe du ... mouton de l’Aïd al adha

Au Maroc, une campagne électorale précoce se pointe à l’horizon. À quelques semaines de l’Aïd Al-Adha, les professionnels des élections ont conclu des marchés avec les éleveurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des caméras de surveillance pour lutter contre la mendicité

Le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé l’installation de caméras de surveillance dans les principales villes du royaume en vue de lutter contre la mendicité.

Maroc : les amateurs de hammams vont être déçus

Face à la pénurie d’eau que connait le Maroc, les autorités ont décidé de prendre une décision choc concernant les hammams.

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...

Urbanisme au Maroc : vers le renforcement des opérations d’inspection

Les ministères de l’Intérieur et de l’habitat veulent renforcer les opérations d’inspection menées dans le domaine d’urbanisme. De nouveaux contrôleurs seront nommés.

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...