Maroc : des usines fermées après le drame de Tanger

13 février 2021 - 12h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Les autorités locales de Casablanca ont procédé à la fermeture de dizaines d’unités industrielles exerçant depuis des années en toute légalité. Une décision aux lourdes conséquences pour les patrons de ces sociétés exportatrices, qui comptent porter l’affaire devant la justice.

Cette décision a surpris les patrons de ces unités industrielles, car aucun préavis ne leur avait été adressé en amont, rapporte Assabah. Cette campagne de fermeture des usines fait suite au drame de Tanger qui a causé la mort de 28 personnes. Le propriétaire d’une usine de textile à Sidi Bernoussi en activité depuis 2018 parle d’une corrélation avec ce triste événement, qui ne tient compte ni du sort des ouvriers et de leur famille, ni de celui de la société qui est liée par des engagements envers ses fournisseurs et ses clients.

« J’ai des échanges commerciaux avec plusieurs sociétés étrangères avec lesquelles j’ai signé des contrats qui m’obligent à payer des amendes en cas de retard de livraison de marchandises. D’ailleurs, cette fermeture m’a empêché d’honorer une commande d’une entreprise française qui va me valoir une sanction d’un montant de 150 000 dirhams », a-t-il déploré.

La décision de fermeture des petites usines industrielles menace ainsi des milliers de sociétés et des dizaines de milliers d’emplois. Les propriétaires qui ne la respecteraient pas s’exposeront à des sanctions, est-il précisé. Dénonçant un abus d’autorité des pouvoirs publics, ils entendent saisir la justice. Ils affirment exercer leurs activités en toute légalité depuis des années. Mieux, leurs sociétés, disent-ils, contribuent au développement du Maroc à travers des entrées de devises.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Tanger - Décès - Industrie

Aller plus loin

Drame de Tanger : l’AMDH appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités

L’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) interpelle le gouvernement et demande que les responsables du drame de Tanger soient sanctionnés à la taille de la perte...

Nouvelles révélations sur le drame de l’atelier textile de Tanger

Les enquêtes diligentées pour comprendre les circonstances du drame qui a tué 24 employés d’un atelier de textile clandestin révèle chaque jour des faits qui incriminent...

Drame de Tanger : la justice auditionne les rescapés

Les rescapés de l’inondation survenue lundi 8 février dans un atelier de textile clandestin à Tanger et qui a fait 28 morts, ont été auditionnés dans le cadre de l’enquête...

Drame de Tanger : les « ateliers clandestins » du secteur textile dans le viseur des autorités

L’opinion publique marocaine ne se remet toujours pas de la tragédie qui a frappé Tanger faisant plus de 28 morts. Alors que les familles secouées par ce drame font leur deuil,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.

Un gisement de manganèse de bonne qualité découvert au Maroc

Les tests de laboratoire effectués au niveau des gisements de manganèse au Maroc sont excellents, affirme la société canadienne Elcora, qui a prévu le démarrage de la production avant la fin de cette année.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.

Le Maroc, futur grand de l’industrie de batteries pour véhicules électriques

Le Maroc dispose des atouts nécessaires pour créer une industrie de batteries pour véhicules électriques. D’ores et déjà, le royaume a engagé des négociations avec certains fabricants dans ce sens.