Recherche

Maroc : les liaisons aériennes pas près de reprendre

© Copyright : DR

5 juin 2020 - 14h00 - Economie

Il n’y aura pas de reprise de l’activité aérienne le 10 juin, date annoncée pour la levée de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, si le gouvernement n’autorise pas l’ouverture des frontières.

Alors que les réseaux sociaux annoncent une éventuelle reprise de l’activité aérienne pour le 10 juin, date de la levée de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, l’Office national des aéroports (ONDA), lui, reste muet sur le sujet. Il n’indique aucune date de reprise des vols internes comme externes.

Une source de l’Office, contactée par Aujourd’hui le Maroc, précise qu’il n’y aura pas de reprise possible sans une ouverture des frontières aériennes. Toutefois, l’Office prend déjà toutes les dispositions pour une reprise idoine de l’activité aérienne, dans le respect des mesures sanitaires contre le coronavirus, est-il indiqué.

Selon la même source, la crise du covid-19 a durement touché l’activité aérienne en raison de la suspension des vols et de la fermeture des frontières. Les effets pervers de cette crise, du point de vue économique, sont énormes. En ce qui concerne l’ONDA, la situation n’est guère reluisante.

Au premier trimestre 2020, ses indicateurs sont au rouge : chute des revenus aéroportuaires et ceux des activités extra-aéronautiques dans les différents aéroports, baisse de 9,5 % du chiffre d’affaires par rapport à la même période de l’année écoulée, passant de 1,01 milliard de dirhams à 916 millions de dirhams à fin mars 2020. Une contre-performance, selon l’Office, qui serait essentiellement due à "une forte baisse des redevances de survol et des redevances aéroportuaires, respectivement de 15 % et 8 %".

Par ailleurs, l’Office informe qu’elle a investi, courant de ce premier trimestre 2020, 283 millions de dirhams pour la réalisation de divers projets relatifs au réaménagement et à l’extension de l’aérogare de Nador, à l’installation d’une station radar pour assurer le contrôle d’approche de l’aéroport de Fès et à la construction d’un nouveau module domestique à l’aéroport Mohammed V.

Le niveau d’endettement de l’ONDA, quant à lui, est en légère baisse. Il s’est établi à 4,77 milliards de dirhams, en repli de 10 millions de dirhams par rapport à fin décembre 2019, précise la même source.

Mots clés: Office national des aéroports (ONDA) , Royal Air Maroc (RAM)

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact