Pays-Bas : virée par la police, une Marocaine réclame 300 000 euros

22 mai 2022 - 21h20 - Monde - Ecrit par : S.A

Le tribunal de La Haye statuera sur l’affaire de la Maroco-néerlandaise Fatima Aboulouafa, ancienne cheffe d’équipe de la police de Leiden, licenciée fin 2019 pour avoir dénoncé le racisme, les abus de pouvoir et les brimades au sein de la police.

Lors de l’audience du 17 mai 2022, Fatima Aboulouafa a contesté son licenciement devant le tribunal de La Haye et réclamé 300 000 € de dommages et intérêts si elle n’intègre pas à nouveau la police. « La police est une très grande organisation avec 67 000 employés. Mme Aboulouafa a exercé son métier sans faille pendant un quart de siècle. Il y a aussi beaucoup de collègues, dont de nombreux cadres, qui ont indiqué qu’ils aimeraient travailler avec elle », a plaidé son avocat Mariska Aantjes. Présent à l’audience, le chef de la police Luthe Nieuwerth, ancien responsable du programme de diversité, a affirmé avoir reçu trois offres de chefs de police qu’Aboulouafa souhaitait. « Nous n’avons plus discuté de ces offres avec Mme parce qu’elle a interrompu la consultation à l’époque. » Interrogée par le juge qui lui a demandé si elle aurait pu empêcher le conflit, Fatima Aboulouafa fulmine de colère. « Désolé, je deviens un peu émotive maintenant », a-t-elle répondu. « Depuis 27 ans, j’ai toujours essayé de soulever les problèmes avec la police, l’organisation que j’aime tant malgré tout. La police a oublié d’être au service, à la fois des citoyens et de l’intérieur », a-t-elle ajouté.

À lire : Pays-Bas : pour avoir dénoncé le racisme, une commissaire de police d’origine marocaine virée

Celle qui travaillait au sein de la police depuis 23 ans et dirigeait depuis un an une unité de 130 policiers à Leiden a été licenciée fin 2019 pour avoir dénoncé le racisme, les abus de pouvoir et les brimades au sein de la police. Fatima Aboulouafa avait rapporté à la hiérarchie policière des faits de dix à quinze agents à la police avec ses dirigeants à La Haye. Il s’agit des insultes proférées à l’encontre des Marocains dans un groupe WhatsApp. Les agents les avaient qualifiés d’ « exterminateurs marocains ». À partir de juin 2019, elle s’est penchée sur des sujets tels que la discrimination, le racisme et l’abus de pouvoir sur Instagram avec la police. Quelques mois plus tard, le chef de corps de la police nationale néerlandaise, l’avait contactée pour l’informer que « sa présence provoquait des troubles parmi les chefs d’unité, les chefs de secteur et les chefs d’équipe », avait rapporté le média NL Times.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Droits et Justice - Racisme

Aller plus loin

Pays-Bas : Fatima Aboulouafa porte plainte contre le ministre la Justice

Chef de la police de Leiden, la Néerlandaise d’origine marocaine a été démise de ses fonctions pour des raisons qu’elle trouve injustifiées. Elle a porté plainte contre Ferd...

Vague de licenciements à la mairie de Casablanca

La mise en application du projet de refonte de l’organisation de la mairie a provoqué une vague de licenciements à Casablanca, dont de nombreux responsables.

Pays-Bas : pour avoir dénoncé le racisme, une commissaire de police d’origine marocaine virée

Pour avoir dénoncé, au cours de cet été, le racisme, les abus de pouvoir et les brimades au sein de la police, la Chef de la police de Leiden, Fatima Aboulouafa, a été renvoyée...

Pays-Bas : le coup de gueule d’Ihattaren contre les policiers racistes

L’international maroco-néerlandais, Mohamed Ihattaren, souvent victimes d’actes racistes de la part des forces de l’ordre, a poussé un coup de gueule contre ces comportements...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Christophe Galtier : garde à vue pour discrimination raciale

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, ainsi que son fils, John Valovic-Galtier, ont été placés en garde à vue ce vendredi dans le cadre d’une enquête portant sur des allégations de discrimination au sein du club.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.