Selma Omari déplore le manque de solidarité des Marocains des Pays-Bas

26 mai 2022 - 20h00 - Monde - Ecrit par : G.A

Première grande star d’origine marocaine des réseaux sociaux aux Pays-Bas, Selma Omari a plus d’un demi-million d’abonnés sur Instagram et 125 000 sur YouTube, elle confie dans un documentaire qui lui est consacré, son combat contre les critiques venant souvent de la communauté marocaine basée aux Pays-Bas.

« Omari : No bullshit », c’est le titre du documentaire dans lequel Selma Omari se laisse découvrir avec ses peurs, ses craintes, sa colère également. À 27 ans, celle qui en plus de sa forte présence sur les réseaux sociaux, a décidé de faire de la musique, cherche toujours comment évacuer les critiques dont elle fait l’objet, surtout venant de la part de ses compatriotes.

À lire : Pays-Bas : la Marocaine Kauthar Bouchallikht, première femme voilée au parlement

Convaincue que sa participation au documentaire du réalisateur Wouter Vogel, va générer encore plus de critiques, elle a dans un premier temps décliné l’offre. Mais elle a reconsidéré les choses et a saisi l’opportunité. « En fait, un documentaire sur vous-même n’est que pour les légendes. J’ai accepté parce que j’y voyais une opportunité de me montrer sous un autre angle ». Et ça a bien marché. Le documentaire « Omari : No bullshit ! » raconte l’histoire d’une fille qui a été élevée avec son frère et sa sœur, par une mère célibataire d’origine marocaine dans le quartier de Crooswijk à Rotterdam et qui a été harcelée toute son enfance à cause de ses origines marocaines, relate ad.nl

À lire : Un Marocain, plus jeune leader politique des Pays-Bas

Selma Omari n’a pas pu s’empêcher de pleurer quand elle a vu le documentaire pour la première fois. « C’était comme un miroir dans lequel je regardais, un miroir qui m’a fait réaliser que je devais commencer à travailler sur moi-même ». Dans certaines scènes, elle se reconnait à peine. « J’ai remarqué que j’avais vraiment beaucoup de colère en moi. Je sais que la colère est mon carburant, mais le documentaire m’a fait prendre conscience que je pouvais aussi gérer cette colère différemment ».

À lire : Menacées d’expulsion, deux Marocaines resteront finalement aux Pays-Bas

La jeune influenceuse reste très sensible aux réalités des femmes issues de l’immigration qui « s’attaquent et se rabaissent. C’est la seule colère que j’ai contre les gens de ma communauté qui, au lieu d’applaudir quelqu’un qui réussit, tentent de le rabaisser ou de le dévaloriser. La réussite de l’autre devrait faire plaisir normalement ».

À lire : Pays-Bas : le beau geste d’un médecin marocain envers ses compatriotes

Selma trouve dans les médias sociaux et la musique, un moyen plus qu’un but. « C’est ce que ça a toujours été pour moi. J’ai un autre but : avoir des enfants, bien les élever, être entreprenante et disparaître. J’espère pouvoir laisser ma marque et passer le relais à quelqu’un d’autre. Ce faisant, j’espère que j’aurais été une source d’inspiration pour beaucoup, notamment quand il s’agit de faire ce que l’ont dit et de défendre les causes auxquelles on croit », conclut Selma Omari.

Sujets associés : Pays-Bas - Rotterdam - Youtube - Instragram - Selma Omari

Aller plus loin

Pays-Bas : la Marocaine Kauthar Bouchallikht, première femme voilée au parlement

La Néerlandaise d’origine marocaine Kauthar Bouchallikht entre dans l’histoire politique des Pays-Bas en devenant la première femme voilée qui siégera au parlement. Le chemin a...

Appie el Massaoudi : le parcours d’un « petit délinquant » devenu entrepreneur à succès

Lorsqu’il déambulait dans le Schilderswijk à La Haye (Pays-Bas), le Marocain Appie el Massaoudi était loin de s’imaginer que quelques années plus tard, il deviendrait un...

L’influenceuse belgo-marocaine Jamilla Baidou harcelée

Depuis que le gouvernement belge a obligé les influenceurs à publier leur adresse, l’influenceuse Maroco-Belge Jamilla Baidou dit faire l’objet de harcèlement.

Les Pays-Bas vont faciliter l’octroi de visas aux Marocains

En visite officielle au Maroc, le secrétaire d’État néerlandais à la Justice et à la sécurité, chargé de l’asile et des migrations, Eric van der Burg a annoncé un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Saïd Taghmaoui règle ses comptes avec Momo Bousfiha

Sur son compte Instagram, l’acteur franco-marocain Saïd Taghmaoui a mis sa querelle avec l’animateur vedette de Hit Radio, Momo Bousfiha sur la place publique.

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

YouTube : des Marocains gagnent jusqu’à 100 000 dirhams par mois, le fisc en alerte

Au Maroc, les services de la Direction générale des impôts (DGI) ont adressé un avis aux influenceurs, des youtubeurs et aux créateurs de contenus pour les appeler à déclarer leurs revenus et à payer leurs impôts.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

Le compte d’Instagram de Noussair Mazraoui piraté

L’international marocain Noussair Mazraoui s’est fait pirater son compte Instagram. D’autres cadres du Bayern Munich ont subi le même sort.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Achraf Hakimi : « Ma mère était une femme de ménage. Mon père était un vendeur ambulant »

Le Maroc a remporté dimanche son match face à la Belgique (2-0) lors de la 2ᵉ journée du groupe F de la Coupe du monde. Achraf Hakimi a dédié la victoire à sa mère qu’il est allé embrasser dans les tribunes à la fin du match. L’image de la scène est...

Le Maroc parmi les équipes nationales de football les plus puissantes sur Instagram

Le Maroc figure parmi les équipes nationales de football les plus puissantes sur Instagram avant la Coupe du monde 2022.

Ramadan 2023 : les filles du Prince Moulay Ismaïl préparent chebbakia (photos)

À l’instar de nombreuses familles marocaines, celle du Prince Moulay Ismaïl, cousin du roi Mohammed VI, s’est préparée pour le mois du ramadan qui a débuté au Maroc et dans de nombreux pays arabes, jeudi 23 mars.

Un message de Basma Boussil sur Instagram inquiète

La chanteuse marocaine Basma Boussil a publié cette semaine un message sur Instagram qui a inquiété de nombreux fans.