Deux Marocaines condamnées pour prostitution et consommation d’alcool à Dubaï

6 avril 2015 - 17h00 - Monde - Ecrit par : Bladi.net

Plusieurs personnes, dont des Marocaines, ont été condamnées par le tribunal de Dubaï pour « des relations sexuelles consensuelles en dehors du mariage » et pour avoir consommé de l’alcool lors d’une partie fine sur un yacht en octobre dernier.

Selon le quotidien Khaleej Times, cinq des accusés ont été condamnés à un an de prison ferme chacun pour des relations sexuelles hors mariage. Les autres ont été condamnés à payer une amende allant de 2.000 à 4.000 dirhams (5000 à 10.000 dirhams marocains) pour consommation d’alcool sans permis. Deux des condamnés sont des officiers de police.

En octobre dernier, après une plainte de riverains, la police découvre sur un yacht ancré à Dubaï Marina, une soirée fine à laquelle participait 15 hommes (11 Emiratis, deux Iraniens et deux Comoriens), âgés de 21 à 43 ans, et 13 femmes (8 Emiraties, deux Marocaines, une Saoudienne, une Yéménite et une Omanaise), âgées de 20 à 36 ans.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Dubaï - Prostitution Maroc - Alcool

Aller plus loin

Une Marocaine condamnée à trois ans de prison pour fausse accusation de viol

Une Marocaine résidant à Dubaï va passer les trois prochaines années en prison pour fausses accusations. Elle avait porté plainte pour viol contre un chauffeur de taxi.

Liberté sexuelle et relations sexuelles hors mariage : ce que prévoit le nouveau code pénal

Le nouveau code pénal proposé par le ministre de la justice Mustapha Ramid ne devrait pas satisfaire les partisans de la liberté sexuelle au Maroc. Voici ce que prévoit le code...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».