Maroc : le recours à un psy, une nouvelle tendance

27 février 2022 - 07h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les Marocains ont de plus en plus recours aux psychiatres, psychologues ou coachs. Une nouvelle tendance qui s’est confirmée avec la crise sanitaire.

Le mal-être, les somatisations, les problèmes sexuels, les addictions, les problèmes conjugaux, etc, poussent de nombreux Marocains à avoir recours aux cabinets de thérapeutes, de psychiatres, psychologues ou coachs qui foisonnent désormais, fait savoir La Vie éco. Selon un spécialiste interrogé par le journal, toutes les personnes qui ont vécu un échec cuisant ou un traumatisme handicapant peuvent sentir le besoin de consulter. Il énumère les problématiques les plus récurrentes : l’échec scolaire des enfants, la perte d’un être cher, une retraite mal assumée, les conflits de couple, les effets psychologiques d’un divorce brutal, l’addiction ou encore la perte d’un emploi.

À lire : Conséquences du Covid-19 à long terme : Dépression et anxiété en hausse

La thérapie proposée est de différents ordres : brève, cognitive ou autre. Sa durée dépend du problème auquel fait face le patient. Les séances vont d’une semaine à tous les quinze jours en fonction des problématiques à traiter. Selon les spécialistes, la norme est de 45 minutes par séance. Le patient doit débourser entre 300 et 500 DH voire 900 ou 1 000 DH pour une séance. Selon les professionnels, le nombre de consultations est passé de 3 par jour à l’ouverture des cabinets à 10 par jour actuellement. De quoi confirmer cette nouvelle tendance.

Sujets associés : Santé

Aller plus loin

La santé mentale des Marocains mise à rude épreuve par la pandémie

Les Marocains ont énormément dépensé pour leur tranquillité mentale. Les délivrances de médicaments antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques et hypnotiques ont augmenté...

Une nouvelle clinique pour les troubles mentaux et les addictions à Casablanca

La ville de Casablanca accueille une autre structure spécialisée dans le soin des troubles mentaux et des addictions. Baptisée « Villa des Lilas-Anfa », cette clinique dispose...

Hanane Sabri, la psychologue clinicienne qui se met au service de Bais (Ille-et-Vilaine)

Après des années d’expériences professionnelles acquise entre le Maroc, le Sénégal et la France, Hanane Sabri, psychologue clinicienne, docteure en psychologie clinique,...

Près d’un tiers des Marocains souffre de dépression

Le ministère de la Santé soutenu par l’OMS a mené des recherches sur la prévalence des troubles mentaux et des conduites addictives au Maroc. Les résultats montrent que 26,5%...

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdelhamid Sabiri de retour sur le terrain après sa blessure

L’international marocain Abdelhamid Sabiri a repris l’entraînement avec la Sampdoria après une absence causée par une blessure musculaire.

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Le Maroc manque cruellement de psychiatres

Malgré des progrès significatifs ces dernières années, le Maroc ne dispose pas d’assez de ressources humaines en termes de santé mentale. Le royaume ne compte que 343 psychiatres et 214 psychologues, pour une population estimée en 2020 à près de 37...

Opticalia renforce sa présence au Maroc

Cofides va allouer 750  000 euros sous forme de prêt à Opticalia pour renforcer sa filiale au Maroc. Spécialisé dans l’achat, la vente et la distribution d’articles optiques et de lunettes de soleil, le groupe est présent dans le royaume depuis 2020.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

La députée Zineb Simou victime d’une intoxication alimentaire

Zineb Simou, députée du Rassemblement national des indépendants (RNI) a été victime d’une intoxication alimentaire, après avoir mangé dans un petit restaurant à Ksar El Kébir.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Zineb Redouani rassure sur son état de santé

Blessée lors de la finale de la Coupe d’Afrique Féminine 2022, jouée le 23 juillet dernier, Zineb Redouani inquiétait pour son état de santé. Elle se veut aujourd’hui rassurante.