Près d’un tiers des Marocains souffre de dépression

15 octobre 2020 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le ministère de la Santé soutenu par l’OMS a mené des recherches sur la prévalence des troubles mentaux et des conduites addictives au Maroc. Les résultats montrent que 26,5% des Marocains souffrent de troubles dépressifs. Mais la difficulté se trouve au niveau des ressources financières et humaines destinées au traitement de ces troubles mentaux.

L’étude a également montré que 9% des Marocains souffrent de troubles anxieux, 5,6% de troubles mentaux, 1% de schizophrénie, 2% de consommation excessive d’alcool et 1,4% d’alcoolisme. Malheureusement, le Maroc compte 306 psychiatres qui n’arrivent pas à faire face au nombre sans cesse croissant de personnes atteintes de troubles dépressifs. Ce sont là des déclarations faites par Fouad Mekouar, de l’Association marocaine pour l’appui, le lien, l’initiation des familles des personnes souffrant de troubles psychiques (Amali).

Dans une note publiée par le quotidien L’Opinion, Fouad Mekouar a précisé que le Maroc ne dispose que de 2225 lits dédiés à la santé mentale, répartis entre 34 établissements qui dispensent des traitements en psychiatrie et en addiction. Ce chiffre est en dessous de la norme, et le tableau est ainsi dans de nombreux pays. En août dernier, l’OMS a publié un communiqué dans lequel elle a fait part de ses inquiétudes sur l’accès aux soins de santé mentale.

Selon l’institution, avec la pandémie du covid-19, l’accès a ce type de soins pourrait être encore plus difficile pour les malades. Au Maroc, l’Amali dénonce une mauvaise répartition des ressources destinées au traitement de ces troubles. 60% de ses ressources sont concentrées à Casablanca. De même, Fouad Mekouar indique que la somme de 90 millions de dirhams allouée à l’achat des médicaments psychiatriques est insuffisante.

Mais pour le Pr Mohamed Agoub, psychiatre et président de la ligue pour la santé mentale, il y a des initiatives privées qui essayent de s’investir dans la prévention pour aider à freiner l’augmentation des cas de troubles dépressifs. Il précise que la pandémie du coronavirus, le confinement ont augmenté le nombre de personnes souffrant de ces genres de maladies.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Etude - Ministère de la Santé

Aller plus loin

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà...

Une nouvelle clinique pour les troubles mentaux et les addictions à Casablanca

La ville de Casablanca accueille une autre structure spécialisée dans le soin des troubles mentaux et des addictions. Baptisée « Villa des Lilas-Anfa », cette clinique dispose...

Maroc : le recours à un psy, une nouvelle tendance

Les Marocains ont de plus en plus recours aux psychiatres, psychologues ou coachs. Une nouvelle tendance qui s’est confirmée avec la crise sanitaire.

La santé mentale des Marocains mise à rude épreuve par la pandémie

Les Marocains ont énormément dépensé pour leur tranquillité mentale. Les délivrances de médicaments antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques et hypnotiques ont augmenté...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une baisse des taxes sur les médicaments prévue en 2023

Afin de permettre aux Marocains d’avoir accès aux services de santé, le gouvernement envisage de revoir la fiscalité sur les médicaments et produits de santé. Des mécanismes sont en cours d’élaboration pour réduire la TVA sur l’importation de ces...

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Maroc : forte augmentation des salaires des médecins

À compter de janvier 2023, les médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes verront leurs salaires augmenter de plus de 3 000 DH. Une augmentation qui entre dans le cadre des réformes opérées par le gouvernement et portant statut particulier de ce...

Chèque de garantie : ce scandale marocain

La conseillère parlementaire du parti de l’Union Nationale du Travail au Maroc (UNTM), Loubna Alaoui, a adressé une question orale au gouvernement sur la persistance de certaines pratiques illégales dans les cliniques privées, notamment l’exigence d’un...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : vastes opérations de libération du domaine public

Le Maroc intensifie les opérations de libération du domaine public. De nouvelles campagnes ont été lancées dans certaines régions du royaume.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Des pastèques contaminées dans les assiettes des Marocains ?

Le groupe du parti socialiste à la Chambre des représentants a adressé une question au ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, au sujet de la présence de pastèques contaminées sur le marché marocain.