Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

19 décembre 2022 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

En répondant à une question écrite soumise par des parlementaires, le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, a confirmé les chiffres du CESE sur la santé mentale des Marocains et a par la même occasion relevé le manque de ressources et annoncé par ailleurs l’élaboration d’un projet devant permettre de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques. 26 % des Marocains ont également souffert de dépression, 9 % d’anxiété au cours de leur vie, 5,6 % de troubles mentaux et 1 % de schizophrénie, fait savoir le ministre.

À lire : Le Maroc manque cruellement de psychiatres

Les ressources sont toutefois insuffisantes pour inverser la tendance. Il ressort des données communiquées par Ait Taleb que le Maroc compte moins d’un psychiatre pour 100 000 habitants, alors que la moyenne mondiale est de 1,7/100 000 habitants et la moyenne européenne atteint 9,7, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar. Le secteur public ne compte que 14 assistantes sociales, sans qu’un cadre légal censé régir l’exercice du métier de spécialiste en psychologie n’existe.

À lire : 50 % des Marocains souffrent de maladies mentales

Côté infrastructures, le constat est tout aussi moins reluisant : le Maroc dispose d’à peine 6,43 lits pour 100 000 habitants, contre une moyenne mondiale de 13,3 lits et une moyenne européenne de 47,3 lits. Dans le détail, le royaume compte 25 cliniques psychiatriques intégrées dans les hôpitaux publics, avec un total de 825 lits, 11 hôpitaux spécialisés, universitaires et publics, avec 1341 lits, et 3 services sanitaires universitaires chargés du traitement des troubles de l’addiction et comptant à peine 46 lits.

À lire : La santé mentale des Marocains mise à rude épreuve par la pandémie

Afin de pallier ce manque de ressources, le département d’Ait Taleb a pris des mesures et des procédures importantes, en intégrant la santé mentale dans les hôpitaux publics et les établissements de soins de santé primaires. Il entend revoir la procédure de la mise en dépôt judiciaire. Un plan stratégique national multisectoriel dédié aux maladies mentales et psychiques est actuellement en cours d’élaboration. Initié en partenariat avec l’Agence française du développement, ce projet qui sera mis en œuvre sur la période 2023-2030 sera lancé en 2023.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Ministère de la Santé - Khalid Aït Taleb

Aller plus loin

La santé mentale des Marocains mise à rude épreuve par la pandémie

Les Marocains ont énormément dépensé pour leur tranquillité mentale. Les délivrances de médicaments antidépresseurs, antipsychotiques, anxiolytiques et hypnotiques ont augmenté...

Près d’un tiers des Marocains souffre de dépression

Le ministère de la Santé soutenu par l’OMS a mené des recherches sur la prévalence des troubles mentaux et des conduites addictives au Maroc. Les résultats montrent que 26,5%...

Le Maroc manque cruellement de psychiatres

Malgré des progrès significatifs ces dernières années, le Maroc ne dispose pas d’assez de ressources humaines en termes de santé mentale. Le royaume ne compte que 343...

50 % des Marocains souffrent de maladies mentales

Selon une récente étude publiée par le Conseil économique social et environnemental, 48,9 % des Marocains souffrent de maladies mentales.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : mauvaise nouvelle pour les fumeurs

Sale temps pour les fumeurs marocains qui devront, une fois encore, passer à la caisse pour s’acheter leurs cigarettes. Cette augmentation vient d’être validée définitivement et doit entrer en vigueur au début de l’année.

Kourtney Kardashian se tourne vers le Maroc pour sa ligne de produits naturels

La star de téléréalité Kourtney Kardashian, 43 ans, et son époux, le batteur du groupe de rock Blink-182, Travis Barker, 46 ans ont lancé une gamme de produits entièrement naturels, végétaliens faits notamment à base d’une ressource provenant des...

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Des pastèques contaminées dans les assiettes des Marocains ?

Le groupe du parti socialiste à la Chambre des représentants a adressé une question au ministre de la Santé et de la protection sociale, Khalid Ait Taleb, au sujet de la présence de pastèques contaminées sur le marché marocain.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.