Maroc : des maires menacés de révocation

23 mars 2022 - 13h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur veut éradiquer les conflits d’intérêts au sein des communes. Dans ce sens, il a, à travers une circulaire, instruit les walis et gouverneurs à l’effet de déclencher la procédure de révocation contre tout président de communes ayant des relations d’intérêt privé avec sa commune.

Alors que les lois organiques relatives aux régions, aux préfectures, aux provinces et aux communes interdisent à l’élu de pratiquer toute activité présentant un conflit d’intérêts, il a été constaté que certains élus et présidents de communes violent ces lois. Certains élus poursuivent leurs relations contractuelles ou pratiquent leurs activités (location de magasins, exploitation de locaux commerciaux, etc) qui les liaient à leurs collectivités territoriales avant qu’ils n’en deviennent membres, constate-t-on. Fort de ces constats, le ministre de l’Intérieur a, dans une circulaire, appelé les walis et les gouverneurs à déclencher la procédure de révocation à l’encontre de l’élu qui pratique cette activité en son nom personnel, en tant qu’associé ou comme représentant d’autrui ou, encore, au nom de sa femme, de ses ascendants et ses descendants, rapporte Al Akhbar.

À lire : Maroc : le ministère de l’Intérieur veut faire le ménage au sein de l’administration territoriale

« L’interdiction demeure effective pour toute relation d’intérêt privé durant le mandat actuel même si elle a commencé avant l’élection du membre incriminé. Les objectifs et les résultats restent les mêmes que ces intérêts soient établis avant ou durant le mandat actuel du moment que l’infraction se poursuit tant que l’élu fait partie du conseil de la collectivité locale », indique la circulaire. Le contenu de cette lettre administrative devra être diffusée à tous les présidents des communes ainsi qu’aux arrondissements relevant du cercle de leur influence territoriale.

À lire : Urbanisme au Maroc : des sanctions en perspective pour des présidents de communes

Abdelouafi Laftit a par ailleurs appelé les agents d’autorité à veiller à l’application de toutes les dispositions de la circulaire conformément aux règles de la « gouvernance et aux principes et valeurs de la démocratie, de la transparence et de la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Administration - Abdelouafi Laftit - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de...

Abdelouafi Laftit demande aux communes de « se serrer la ceinture »

Dans une circulaire adressée aux walis des régions et aux gouverneurs des préfectures et provinces, Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, demande aux présidentes et...

Un consulat mobile marocain en Espagne fait polémique

La maire d’Utebo (Saragosse), Gema Gutiérrez, est menacée de révocation par les huit conseillers de l’opposition pour sa « mauvaise gestion », son « manque de planification » et...

Maroc : le ministère de l’Intérieur veut faire le ménage au sein de l’administration territoriale

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, entend revoir les critères de nomination des walis et des gouverneurs. Il fera également le ménage au sein de l’administration...

Ces articles devraient vous intéresser :

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Le Maroc en croisade contre la mendicité

Malgré les efforts fournis pour l’éradiquer, la mendicité a la peau dure. Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit sonne la mobilisation contre ce phénomène qui génère plusieurs milliards chaque année.

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Des voitures de luxe acquises par le ministère de la Transition numérique ?

Ghita Mezzour, ministre déléguée en charge de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, a démenti l’acquisition d’une voiture de luxe pour 2,48 millions de dirhams et d’une autre pour 1,27 MDH.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Au Maroc, les élèves fêtent la fin d’année scolaire en déchirant leurs cahiers

Au Maroc, des scènes des élèves déchirant leurs cahiers et livres pour annoncer la fin de l’année scolaire, se sont reproduites.

Maroc : bonne nouvelle pour ceux qui aiment les Hammams

Les Marocains pourront fréquenter les hammams, restés en partie fermés depuis plusieurs semaines suite à une note du ministère de l’Intérieur, pendant le ramadan. Dimanche, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que le mois sacré...

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Cimetières au Maroc : entre abandon et insécurité

La gestion des cimetières pose problème au Maroc. Selon un rapport du ministère de l’Intérieur, les sites existants sont saturés ou en état de dégradation et les collectivités territoriales peinent à les réhabiliter et à identifier des terrains viables...