À Marrakech, certains taxis préfèrent les étrangers que les Marocains

16 juin 2024 - 17h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que les déplacements en voiture se multiplient avant la célébration de l’Aïd al-Adha au Maroc, de nombreux Marocains dénoncent l’attitude des chauffeurs de taxi qui préfèrent les clients étrangers aux Marrakchis.

De nombreux chauffeurs passent avec un taxi vide, mais « ne montrent aucune envie de s’arrêter pour connaître la destination du client », surtout quand il s’agit des Marrakchis, dénoncent certains citoyens auprès de Hespress, ajoutant qu’ils préfèrent prendre les étrangers. Une violation des textes en vigueur. Ils refusent « de transporter les clients marocains, les considérant comme des clients secondaires dès qu’un ‘client préféré’ des professionnels de ce type de transport, à savoir un étranger, se présente », ajoutent-ils. Un comportement qui se développe de plus en plus à mesure que l’on s’approche de la célébration de l’Aïd al-Adha. « Ces comportements scandaleux dont ne cessent de se rendre coupables les chauffeurs de petits taxis envers les citoyens nécessitent désormais une intervention répressive des autorités publiques », estime Zakaria Bchikri, militant des droits de l’homme et acteur de la société civile à Marrakech, expliquant que « ce problème s’est intensifié en raison des préparatifs de l’Aïd al-Adha, période marquée par une augmentation sensible de l’activité perturbée par les actions de certains chauffeurs professionnels. »

À lire :Marrakech : des taxis hors de prix

L’associatif dénonce également ces chauffeurs « qui refusent un trajet particulier sous prétexte qu’il ne leur convient pas, bien que la loi les oblige à emmener le client où il le souhaite, dans les limites prévues pour les déplacements en petit taxi ». « Les perturbations qui affectent » les Marocains « peuvent être imputées à certains chauffeurs, tandis que la colère à Marrakech est devenue effectivement virulente », ajoute Bchikri. Pour lui, « la discrimination entre les citoyens marocains et les étrangers, avec une préférence pour les clients européens ou américains, représente un comportement humiliant pour les Marocains qui supportent la contrainte d’attendre longtemps un taxi, dix passant successivement sans qu’aucun ne s’arrête ». « Ce problème est largement évoqué à Marrakech et s’est intensifié avec l’augmentation de la demande pour les transports publics pendant cette période spéciale de la fête », admet Mustapha Chaoun, secrétaire général national de l’Organisation démocratique des transports et de la logistique multimodale.

À lire :Marrakech : des chauffeurs de taxi sanctionnés pour tarifs abusifs

Il a toutefois rejeté « la généralisation toujours organisée et étudiée visant à attaquer et diaboliser le chauffeur professionnel pour faire accepter au public le transport via des applications. » Prenant la défense de sa corporation, il assure : « Nous sommes tous pour la moralisation de la vie professionnelle des chauffeurs de taxi, et il y a des cas isolés qui pratiquent ces actions dénoncées par les citoyens ». Chaoun ajoutera : « Si nous nous tournons par exemple vers les autorités sécuritaires et publiques, nous constatons que le nombre de plaintes est très faible, donc tout trouble dont on parle est comme si nous étions dans un métier non organisé ou anarchique. » Le professionnel affirme par ailleurs qu’il s’avère nécessaire de procéder à une révision complète du secteur des transports pour améliorer les prestations des chauffeurs de taxi. « La campagne visant à attaquer le chauffeur professionnel dont le gagne-pain est le taxi était également en vogue de manière alarmante à Casablanca, mais elle a diminué depuis que les autorités publiques ont décidé que l’octroi de licences pour le transport via des applications ne se ferait pas ; et c’est le même sort qui attend ces campagnes de diffamation délibérées avec une certaine généralisation contre les professionnels du secteur », conclut-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aïd al-Adha 2024 - Islam - Religion - Marrakech - Transport en commun

Aller plus loin

Marrakech : des taxis hors de prix

Les tarifs des grands taxis entre Marrakech et Had Rass El Ain dans la province de Rhamna, ainsi que vers de nombreuses communes aux de la région ont augmenté au grand dam des...

Tanger : Les taxis en guerre contre les bus de l’aéroport

Des dizaines de chauffeurs de taxi ont manifesté mercredi à Tanger pour protester contre la « concurrence déloyale » des nouveaux bus de transport reliant l’aéroport Ibn...

Tanger : Racket des grands taxis à l’aéroport Ibn Battouta

Les usagers de l’aéroport Ibn Battouta de Tanger souffrent du coût élevé des services des grands taxis et appellent les autorités locales à trouver des solutions efficaces.

Marrakech : les taxis préfèrent les touristes, les Marocains délaissés

En cette période d’affluence touristique à Marrakech, les chauffeurs de taxis déliassent les clients marocains au profit des touristes étrangers. Un comportement qui agace les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Chaâbane débute mercredi, le ramadan dans un mois

Le premier jour du mois de Chaâbane de l’année 1444 de l’hégire correspond au mercredi 22 février 2023, a annoncé hier le ministère des Habous et des Affaires Islamiques dans un communiqué.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

L’Aïd al-adha sera-t-il célébré cette année au Maroc ? Akhannouch répond

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a confirmé que l’Aïd Al-Adha aura bien lieu au Maroc cette année. S’exprimant devant la Chambre des représentants lors de la session mensuelle dédiée à la politique générale de l’Exécutif, il a déclaré : « La...

Le Conseil d’État annule un arrêté anti-burkini

La ville de Mandelieu-la-Napoule, dans le sud-est de la France, a vu son arrêté interdisant le port du burkini sur ses plages suspendu par le Conseil d’État. Cet arrêté, réitéré chaque année depuis 2012, avait été contesté en justice par la Ligue des...

Aïd Al Adha au Maroc : cheptel en baisse, prix en hausse

Alors que l’Aïd Al Adha approche, le ministère de l’Agriculture se prépare à faire face à une possible augmentation des prix des moutons au Maroc. L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à 5,6 millions de têtes, un chiffre...

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Nora Fatehi convertie au Christianisme ?

L’artiste marocaine Nora Fatehi a déclenché une vague de réactions sur Instagram après avoir publié un extrait vidéo la montrant portant un collier avec une croix.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.