Ilias : la vie en Espagne « semble pire » qu’au Maroc

10 avril 2021 - 20h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Ilias Hira, un Marocain de 19  ans, vit dans des conditions difficiles en Galice, dans le nord de l’Espagne. Parti à la recherche d’un monde meilleur, il se bat pour trouver un travail à temps plein et poursuivre ses études à l’Université.

« Je dois trouver un emploi, j’ai besoin d’un contrat d’au moins douze mois à temps plein », explique Ilias, un élève brillant qui à 16 ans, avait déjà fini le premier cycle au lycée au Maroc, avant de décider d’aller en Galice à la recherche de meilleures opportunités. « Je pensais que j’aurais plus d’options de travail et d’études », affirme-t-il, ajoutant que l’intégration n’a pas été facile. «  Je ne comprenais pas la langue, je me sentais étranger et ne savais pas quoi faire », déclare le Marocain qui a été placé par la police dans un centre de protection des mineurs à La Corogne.

Actuellement, il réside dans un centre de mineurs de l’ONG Igaxes à Pontevedra. Au cours des trois ans passés en Galice, il a terminé un cycle moyen et obtenu son diplôme d’ESO. « C’est un très bon étudiant, tenace et travailleur », assure Pilar Ramallal, éducatrice et coordinatrice des unités du centre qui dénonce les difficultés d’obtention du permis de séjour et de travail pour ces jeunes lorsqu’ils atteignent la majorité. Ce qui les pousse à vivre dans l’illégalité.

« Je suis venu à la recherche d’une vie meilleure, mais parfois cela semble pire », dit-il d’un air abattu. Vu les conditions difficiles, Ilias a défendu à son jeune frère de le rejoindre. « Pourquoi va-t-il venir si je n’ai pas trouvé d’emploi ? Les jeunes qui repartent au Maroc font croire que la vie est belle et agréable ici, mais ce n’est pas le cas », précisant que les mineurs étrangers arrivent en Espagne avec beaucoup d’appréhensions et d’attentes qui ne correspondent pas toujours à la réalité.

Mais Ilias reste optimiste et déterminé, quoi qu’il arrive. Il n’entend pas baisser les bras et compte se battre de toutes ses forces pour réaliser ses rêves d’étudier et, peut-être, d’atteindre l’université. Dans tous les cas, il garde espoir que sa situation va s’améliorer et qu’il obtiendra le contrat de travail qu’il recherche ardemment.

Sujets associés : Immigration clandestine - Etudiants - Jeunesse - Formation

Aller plus loin

Procès contre des exploitants des mineurs marocains à Bordeaux

Six individus (un receleur et ses complices) comparaissent ce mardi 9 février au tribunal correctionnel de Bordeaux. Ils sont accusés de livrer des médicaments et de l’argent à...

Le Maroc prié de rapatrier ses mineurs illégaux en Espagne

L’Espagne veut renvoyer dans leur pays des centaines d’enfants marocains illégalement présents sur son territoire. Ainsi, Madrid saisit toutes les instances judiciaires et...

En Espagne, 70% des mineurs clandestins sont des Marocains

Les mineurs marocains représentent 70% des mineurs clandestins arrivés en Espagne et bon nombre d’entre eux sont impliqués dans le trafic de drogue, la prostitution, etc. C’est...

La Cour européenne interdit l’expulsion de mineurs marocains

Depuis quelques semaines, les pays membres de l’Union européenne ont entamé l’expulsion des migrants clandestins et des mineurs non accompagnés en situation irrégulière sur leur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

L’École 1337 élue 3ᵉ meilleure au monde

L’école « 1337 » de l’Université Mohammed VI Polytechnique, spécialisée dans la formation gratuite en programmation, fait partie des trois meilleures au monde.

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Europe : diminution des flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc

Les flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc vers l’Europe ont diminué au cours des derniers mois. C’est ce qu’indiquent les données de l’Agence européenne des frontières, Frontex.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...