Maroc : les employeurs réticents à déclarer leur personnel domestique

16 avril 2021 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : J.K

Permettre à sa femme de ménage, son jardinier, son gardien ou même la nourrice de bénéficier de la couverture sociale n’est pas encore chose fréquente au Maroc. Depuis sa mise en place jusqu’à ce jour, seuls 3000 domestiques ont pu effectivement bénéficier de la couverture sociale.

Faire signer un contrat de travail à un employé domestique est fait peu courant au Maroc, informe l’Économiste, indiquant que plusieurs employeurs rechignent à signer ce document incontournable pour l’immatriculation à la CNSS. Ainsi, jusqu’à présent seulement 3000 personnes ont été déclarées auprès de la CNSS dans tout le Maroc, bien que le nombre de personnes dans cette catégorie socioprofessionnelle ne soit pas négligeable. Avec cette loi qui régit le travail domestique depuis 2019, le salaire minimum de cette catégorie socioprofessionnelle de travailleurs est fixé à 60 % du Smig. Elle permet également aux employés domestiques de bénéficier des avantages relatifs au logement et à l’alimentation, 1 jour de repos par semaine qui pourrait être récupéré, mais pas au-delà de trois mois, sous peine d’amende allant de 500 à 1200 DH.

Mais, « contrairement aux attentes, le bénéfice d’une couverture médicale et des allocations familiales n’a pas poussé les travailleurs domestiques à exiger leur déclaration à la sécurité sociale. Pire, le contrat exigé par la loi les rebute », écrit le journal, soulignant qu’il importe de « simplifier la procédure pour les deux parties ».

Toutefois, si jusqu’à présent cette procédure ne prend pas, c’est en raison de plusieurs obstacles comme le défaut d’une décision judiciaire permettant à l’inspection du travail ou la CNSS de vérifier ou contrôler l’existence d’un travailleur domestique à un domicile. Ensuite, « l’immatriculation à la CNSS se traduira par des charges sociales supportées en particulier par l’employeur : 6,40 % au titre des prestations familiales, 1,57 % pour les prestations sociales à court terme, 11,89 % pour les prestations sociales à long terme et 6,37 % pour l’assurance maladie obligatoire » poursuit la même source, sans oublier le versement d’une taxe sur la formation professionnelle (1,6 %) pour l’employeur.

Pour rappel, le contrat de travail fait en trois exemplaires doit être « légalisé », et un exemplaire déposé à l’inspection du travail pour l’obtention d’un récépissé. En cas de non-respect, une sanction est prévue. De plus, toute personne ayant un employé domestique, a l’obligation de déposer à son agence CNSS, un dossier d’affiliation et d’immatriculation dans un temps record d’un mois, après la signature du contrat de travail. Les formulaires sont à télécharger sur le site de la CNSS.

Sujets associés : Administration - Régularisation - CNSS - Sécurité sociale

Aller plus loin

Près de la moitié des femmes marocaines ne dispose pas de couverture médicale

Au Maroc, 44,6 % des femmes ne bénéficient d’aucune couverture médicale. C’est ce que révèle l’étude sur « les discriminations intersectionnelles des femmes au Maroc » réalisée...

Protection sociale : le Maroc renforce son arsenal juridique

Le projet de loi-cadre lié à la protection sociale a été voté vendredi 12 mars 2021. L’adoption de ce projet a été faite à l’unanimité par la Commission chargée des secteurs...

Maroc : la généralisation de la protection sociale actée devant le roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI a lancé mercredi, au Palais de Fès, le projet de généralisation de la protection sociale d’un montant annuel total de 51 milliards de dirhams. À l’occasion,...

Maroc : très peu de personnes déclarent leur personnel domestique

Deux ans après l’entrée en vigueur de la loi 19-12, relative au contrat de travail, très peu d’employeurs de personnel domestique se conforment aux dispositions de cette...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : bonne nouvelle pour les familles

Au Maroc, le gouvernement prévoit d’accorder de l’aide directe aux familles nécessiteuses dans le cadre du projet de généralisation des allocations familiales en 2023.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête sur le scandale des fonctionnaires fantômes, estimés à plus de 90 000 dans...

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des...

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Salaires : bonne nouvelle pour les Marocains

Le gouvernement marocain, via son porte-parole Mustapha Baitas, a annoncé une révision de l’Impôt sur le revenu (IR) avec pour objectif d’augmenter les revenus des employés et fonctionnaires.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Maroc : Laftit veut mettre fin à « l’héritage » des agréments de taxis

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a décidé d’encadrer le transfert des agréments des taxis. De nouvelles conditions ont été ainsi définies.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.

Le Maroc va distribuer les aides directes aux plus pauvres cette année

Le gouvernement prévoit d’accorder une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Cette mesure phare du processus de généralisation de la protection sociale, enclenché par le pays, sera effective dès cette année, selon le...