L’Espagne refuse d’accorder les permis de séjour aux migrants mineurs devenus majeurs

23 juillet 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La situation des mineurs non accompagnés qui atteignent la majorité reste préoccupante en Espagne. Ces derniers souhaitent régulariser leur situation et demandent une mise en œuvre de la réforme de la loi sur les étrangers afin de leur permettre de renouveler leur permis de séjour et de travail.

Les migrants mineurs, protégés par l’État qui les prend en charge dans les centres à leur arrivée, tombent dans l’illégalité une fois qu’ils atteignent la majorité. A 18 ans, ils sont contraints de quitter ces centres et deviennent pour la plupart des SDF et des sans-papiers. « Le ministère de l’Inclusion, de la sécurité sociale et des migrations, il y a plus d’un an, a promis de revoir la réglementation sur l’immigration afin de faciliter la transition vers la majorité à tous les mineurs étrangers non accompagnés, en leur accordant le permis de séjour et de travail après l’âge de 18 ans. Actuellement, la réforme est en attente d’approbation par le Conseil des ministres », a indiqué SOS Racisme qui a lancé mardi une campagne sur les réseaux sociaux « pour faire entendre la voix des mineurs » et exiger une mise en œuvre rapide de la réforme.

À lire : La Cour européenne interdit l’expulsion de mineurs marocains

Selon l’avocat de l’association, Mikel Mazkiaran, le fait que la Cour suprême ait fixé dans le règlement les droits de paiement pour le renouvellement de leurs permis de séjour à 2 000 euros par mois, a mis les mineurs dans une situation compliquée. « Il semble que la procédure de modification du règlement est actuellement arrêtée. Quelles que soient les raisons, il est nécessaire et urgent qu’elle aboutisse, car les mineurs sont laissés pour compte », a-t-il expliqué.

Mohamed El Ghadoui est un Marocain qui est arrivé à Motril en 2019 à l’âge de 16 ans. Il a laissé toute sa famille au Maroc pour se construire un meilleur avenir en Espagne. A ce jour, il n’a toujours pas de permis de séjour et de travail. Mohamed raconte que les débuts étaient « très difficiles ». « Vous êtes sous le choc, vous êtes seul et ne savez pas par où commencer. Finalement, je suis allé voir la police qui, après vérification de mon identité, m’a conduit dans un centre de mineurs que j’ai dû quitter à l’âge de la majorité », a-t-il déclaré.

À lire : Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

« A 18 ans, le Conseil provincial cesse de vous soutenir parce qu’il estime que vous pouvez vous débrouiller seul, mais c’est idiot. J’allais renouveler mon titre de séjour mais ils ne me l’ont pas accordé et je n’ai pas l’autorisation de travailler », ajoute Mohamed qui réside actuellement dans un appartement à Altza avec cinq autres garçons et deux tuteurs.

Son compatriote, Aboubakr El-Hachloufi, 23 ans, se trouve dans la même situation. « Il y a 7 ans, j’ai décidé de venir du Maroc pour avoir une vie comme tout le monde, un bon avenir. Mais à 23 ans, je n’ai ni permis de séjour, ni emploi, et aucun revenu. Je vis dans l’appartement d’un ami à Donostia », raconte-t-il. « Ils nous rendent les choses très difficiles », déplore-t-il.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Enfant

Aller plus loin

L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

Face à la situation critique que vivent les mineurs marocains non accompagnés entrés à Sebta en mai dernier, l’Unicef a insisté auprès de l’Espagne pour l’adoption de mécanismes...

La Cour européenne interdit l’expulsion de mineurs marocains

Depuis quelques semaines, les pays membres de l’Union européenne ont entamé l’expulsion des migrants clandestins et des mineurs non accompagnés en situation irrégulière sur leur...

Une loi en Espagne permet de régulariser des milliers de mineurs marocains

Quelque 16 000 mineurs marocains ayant atteint la majorité, ont obtenu leurs permis de séjour et de travail en Espagne. C’est le résultat de la réforme sur la réglementation des...

Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

Aymane Esbai, un Marocain de 19 ans, a réalisé son rêve de rejoindre l’Espagne et de poursuivre ses études. Comme lui, de nombreux jeunes maghrébins fuient leur pays à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Europe : diminution des flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc

Les flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc vers l’Europe ont diminué au cours des derniers mois. C’est ce qu’indiquent les données de l’Agence européenne des frontières, Frontex.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.