Miss Raissa menacée de mort après un post en soutien au mouvement LGTBIQ+

15 juin 2022 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La rappeuse espagnole d’origine marocaine, Miss Raisa (Imane Raissali à l’état civil), a reçu des menaces et insultes sexistes sur les réseaux sociaux, après avoir publié une vidéo sur Tik Tok pour soutenir le collectif LGTBIQ+.

La jeune rappeuse catalane et musulmane résidant à Barcelone, s’est fait connaître dans l’émission télévisée Got Talent Espagne et a reçu le prix Tik Tok Diversité et Inclusion. Le week-end dernier, elle a publié sur ce réseau social où elle compte plus d’un demi-million d’abonnés, une vidéo dans laquelle elle explique, en tant que musulmane, sa vision de l’homosexualité et du collectif LGTBIQ+.

Deux jours après ce post, Imane Raissali affirme avoir reçu des menaces de mort de la part d’islamistes radicaux. « La seule chose que j’ai gagnée a été une persécution massive et destructrice », a déploré la rappeuse musulmane qui dit ne pas regretter d’avoir « été fidèle à ses principes ». « Vous qui utilisez la religion pour exprimer votre haine contre les autres, est-ce là l’Islam que vous défendez et vous voulez que les gens vous respectent ? Si pour vous, c’est cela être musulman, alors on ne professe pas la même foi », a-t-elle déclaré.

À lire : Miss Raisa, rappeuse et voilée (vidéo)

Pour Miss Raissa, il faut respecter les personnes LGTBIQ+ : « Pour moi, il est très important d’avoir mes propres critères et d’analyser en profondeur si ce que nous demande la religion contribue à notre humanité et à notre coexistence, ou nous éloigne des autres… Il y a des gens qui défendent aveuglément certaines idées qui vont souvent à l’encontre des droits de l’homme », a expliqué l’artiste.

Dans la vidéo, Raissali s’est indignée du fait que les gens « se mêlent de la vie privée et intime » des autres. « Ce débat sur l’homosexualité ne devrait pas exister », estime la musulmane, précisant qu’« il y a une grande différence entre respect, tolérance et soutien ». Et d’ajouter : « Nous devrions tous nous rééduquer aux valeurs, car beaucoup d’entre nous, même si nous pensons être des adultes et que nous comprenons le monde, nous manquons encore beaucoup d’empathie ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Femme marocaine - Miss Raisa

Aller plus loin

À Sebta, les homosexuels marocains menacés de mort

Bon nombre d’homosexuels ou bisexuels marocains se disent victimes de racisme, de violences et d’homophobie à Sebta. Leurs bourreaux seraient des Espagnols et des Marocains...

New York Times prend la défense des homosexuels marocains

Le journal américain New York Times vient de dénoncer le traitement réservé aux homosexuels au Maroc, qui vivent dans une terreur chronique en raison des chantages, des menaces...

Miss Raisa : « Il y a plus de racisme au Maroc qu’en Espagne »

La rappeuse Miss Raisa (Imane Raissali à l’état civil) a été victime d’une campagne de harcèlement cet été après avoir décidé de ne plus porter le voile. D’origine marocaine,...

Miss Raisa, rappeuse et voilée (vidéo)

Miss Raïssa, une jeune Marocaine résidant en Espagne, a rappé sur la scène de « Got Talent » pour dénoncer la discrimination dont elle et de nombreuses autres femmes musulmanes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Maroc : Les femmes toujours "piégées" malgré des avancées

Le Maroc fait partie des pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord qui travaillent à mettre fin aux restrictions à la mobilité des femmes, mais certaines pratiques discriminatoires à l’égard des femmes ont encore la peau dure. C’est ce...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...