Mohamed Ikissane, marocain assistant social Barcelone

10 mai 2022 - 16h20 - Espagne - Ecrit par : P. A

Mohamed Ikissane est un jeune migrant marocain qui est arrivé à Barcelone sous un camion en 2018. Il a été accueilli sur la paroisse de Santa Ana qui l’a aidé à aller de l’avant. Aujourd’hui, il est étudiant en assistance sociale et fait partie des 295 bénévoles de la paroisse.

Mohamed Ikissane, 25 ans, vit désormais dans un appartement en colocation avec d’autres jeunes. À son arrivée à Barcelone en 2018, il a été conduit par une assistante sociale sur cette paroisse qui prend en charge des migrants, des sans-abri ou des personnes en situation difficile. Là, il a non seulement été nourri et logé, a appris l’espagnol et le catalan, mais aussi et surtout, il a trouvé sa vocation : devenir un assistant social « pour aider d’autres migrants ou personnes dans le besoin ».

« Aider me rend heureux », confie-t-il à COPE. Le jeune marocain a quitté son pays pour se construire un meilleur avenir en Espagne. « Je voulais atteindre certains objectifs : poursuivre mes études et travailler pour aider ma famille. Mais dès mon arrivée, j’ai fait face à une dure réalité. Car entrer irrégulièrement, sans papiers, n’aide pas… Je ne savais pas où manger et dormir », explique-t-il, racontant sa douloureuse expérience avant de venir à Santa Ana, un centre qui lui a permis de s’intégrer et d’aller de l’avant.

À lire : Samir, de migrant à influenceur sur les réseaux sociaux

« Dans ce centre, j’ai eu l’opportunité d’avancer, d’être plus autonome, d’avoir une vie plus digne et de pouvoir atteindre mes objectifs », affirme Mohamed qui, voyant son expérience de migrant, a choisi de suivre des cours d’assistance sociale pour aider d’autres personnes en situation difficile. « Je vais aux cours l’après-midi. Le week-end, je travaille. Je fais partie des bénévoles de la paroisse », déclare-t-il avec fierté.

Mohamed se sent à l’aise dans ce nouveau rôle. « Puisque je parle arabe, j’aide les professionnels de la paroisse à communiquer avec les jeunes migrants qui arrivent, essentiellement marocains comme moi. Je leur donne des conseils, je travaille patiemment avec eux », se réjouit-il, espérant rapidement obtenir son diplôme d’assistant social pour aider et soutenir d’autres migrants ou des personnes qui ont besoin d’aide en général.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Barcelone - Intégration - MRE

Aller plus loin

Youssef, un exemple d’intégration réussie d’un migrant en Espagne

Youssef Rahmani est arrivé en Espagne sur une patera il y a deux ans. Devenu majeur, et après avoir passé quelques mois dans un centre de migrants, il reste confiant, optimiste...

Des mineurs marocains parlent de l’enfer de l’immigration

Mohamed Hajjaj, Jamal Benfatih et Jad Atwane sont trois jeunes marocains arrivés en Espagne alors qu’ils étaient mineurs. Ils racontent leur histoire lors d’une conférence sur...

Samir, de migrant à influenceur sur les réseaux sociaux

Samir Faranji, 20 ans, est un jeune marocain qui a immigré en Espagne à l’âge de 17 ans. Aujourd’hui, il utilise les médias sociaux, notamment YouTube, pour faire connaître les...

Exemples d’intégration réussie de mineurs marocains en Espagne

Aymane Esbai, un Marocain de 19 ans, a réalisé son rêve de rejoindre l’Espagne et de poursuivre ses études. Comme lui, de nombreux jeunes maghrébins fuient leur pays à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc compte sur ses consulats pour protéger les enfants de MRE

Des actions seront mises en place pour contrer les problèmes liés au retrait de la garde des enfants des ressortissants marocains par les services sociaux de divers pays européens, a promis le ministre marocain des Affaires étrangères, de la...

Les transferts de fonds des MRE augmentent de 46,3 % à fin janvier 2023

Les transferts de fonds effectués par les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une hausse significative de 46,3 % à fin janvier 2023, atteignant plus de 9,22 milliards de dirhams, selon les données publiées par l’Office des changes. Cette...

Le Maroc et l’Espagne se concertent pour l’Opération Marhaba (MRE)

La réunion de la Commission mixte hispano-marocaine s’est tenue ce mercredi au siège du ministère de l’Intérieur en vue de coordonner l’Opération Passage du Détroit 2023 (OPE-23) ou Marhaba 2023 entre l’Espagne et le Maroc.

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Maroc : un afflux de touristes et de MRE sans précédent

Quelque 1,3 million de touristes ont visité le Maroc en avril 2024, ce qui représente une hausse record de 17 % par rapport à la même période de 2023.

Chaos à Tanger Ville : Un seul ferry et des heures d’attente

Le port de Tanger Ville connait une congestion maritime sans précédent ces derniers jours, en raison d’une pénurie de navires de transport maritime entre Tanger Ville et Tarifa en Espagne.

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

MRE : Peut-on importer une voiture de location au Maroc ? 

La douane marocaine vient de publier une nouvelle version de son guide dédié aux Marocains résidant à l’étranger. Une section dédiée à l’importation par les MRE des voitures de location. Qu’en est-il ?

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.