En France depuis 1966, Mohand est menacé d’expulsion

30 octobre 2019 - 12h20 - France - Ecrit par : Bladi.net

Alors qu’il était menacé d’expulsion en janvier, Mohand a enfin obtenu un rendez-vous à la préfecture, pour étudier son cas et renouveler son titre de séjour. L’homme d’origine algérienne âgé de 70 ans qui était victime d’un “imbroglio administratif” retrouve enfin le sourire.

Mohan doit une fière chandelle à la presse, notamment, au Parisien qui a évoqué son cas. Le même jour de la parution, le septuagénaire d’origine algérienne et résidant à Savigny-sur-Orge, a reçu un appel de la Sous-préfecture de Palaiseau. Finalement, il obtient un rendez-vous pour le 14 novembre prochain pour que son cas soit étudié.

Depuis trois mois en effet, il était carrément impossible pour Mohand, arrivé en France en 1966, d’obtenir un rendez-vous, alors qu’il renouvelait son titre de séjour tous les 10 ans, relate le quotidien français.

En réalité, la réforme de la dématérialisation connait de nombreux couacs. Mohand ne parvenait pas à obtenir un rendez-vous en ligne du fait de l’inexistence des créneaux. “Quand il tentait, le système lui refusait, au motif que son titre de séjour était expiré”, précise le même média.

Soutenu par son gendre dans ce combat, Mohand n’a pu cacher sa joie. “Quand je l’ai appris, j’ai dansé avec mes petits-enfants !”, s’est-il réjoui, ajoutant qu’il est enfin soulagé d’avoir obtenu ce rendez-vous, car il n’a pas manqué de préciser : “Cette situation me faisait souffrir”.

A en croire le gendre, il existe encore des “exclus du numérique qui n’ont pas la chance d’avoir à leurs côtés un porte-voix qui s’occupe de toutes ces démarches administratives. Il reste beaucoup de laissés-pour-compte”.

Pour sa part, la préfecture a fait savoir que le système bloque seulement les rendez-vous lorsque le titre de séjour “est périmé depuis plus de 6 mois “, ajoutant que Mohand “n’a donc pas pu se voir refuser une prise de rendez-vous pour ce motif”, et qu’il pouvait également obtenir un rendez-vous au guichet de pré-accueil de la Sous-préfecture de Palaiseau.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Administration - Régularisation

Aller plus loin

Menacé d’expulsion, un père de famille marocain restera finalement en France

La Cour administrative d’appel de Nantes (Loire Atlantique) a tranché en faveur d’un père de famille marocain résidant à Saran, près d’Orléans, menacé d’expulsion. L’arrêté du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) annonce avoir programmé pour le mois de septembre, plusieurs concours en vue de recruter 6 000 agents de différents grades.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : une nouvelle hausse des salaires en discussion

Une nouvelle hausse des salaires pour les fonctionnaires marocaines serait actuellement en discussion au sein du gouvernement. La nouvelle a été confirmée par le ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des...

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des « fonctionnaires fantômes ».

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Statut d’auto-entrepreneur au Maroc : après l’euphorie, le flop ?

Lancé en 2015, le statut auto-entrepreneurs semble ne plus être une solution à l’informel et au chômage. Le bilan en est la parfaite illustration.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...