Les conseils de Moncef Slaoui pour réussir la campagne de vaccination (audio)

9 février 2021 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’immunologue marocain Moncef Slaoui, responsable de la stratégie vaccinale des États-Unis, était ce 8 février l’invité de France Inter. Face à la journaliste Léa Salamé, l’ex–conseiller scientifique en chef de l’Opération Warp Speed, lancée par l’ancien président américain Donald Trump pour la recherche et la mise en place d’un vaccin contre le coronavirus aux États-Unis, a évoqué divers aspects de la lutte que mène le monde à travers les campagnes de vaccination.

Depuis quelques semaines, plusieurs pays du monde, dont le Maroc, ont démarré la vaccination anti-Covid-19. Selon l’immunologue marocain Moncef Slaoui, « un très grand progrès a été fait vers l’élimination de la pandémie grâce à l’utilisation des vaccins ». Pour celui qui a supervisé le développement des vaccins aux États-Unis, il y a encore du chemin à faire pour atteindre l’immunité tant souhaitée.

Se basant sur son expérience d’immunologue, il pense que les États-Unis ont fait d’énormes progrès en termes de mise au point de vaccins, depuis que la pandémie s’est installée. « Jamais un vaccin n’a été découvert, développé, produit, testé, approuvé en une période plus courte qu’une année. Je pense que vers la fin du mois de mars, on aura vacciné les 100 millions de personnes les plus à risque. En Europe, on aura à mon avis un retard de trois ou quatre mois », a-t-il déclaré.

Au départ de l’opération, le professeur se souvient des susceptibilités, des hésitations, des propos décourageants. « Tous les démocrates ont dit que c’était impossible. Mais c’est un grand cadeau fait à la nouvelle administration, dont je suis partisan. J’étais étonné que la politique se mêle de la pandémie, j’avais espoir qu’on serait plus factuels. Créer la confusion est toujours un élément qui encourage l’hésitation par rapport aux vaccins », a-t-il souligné, se référant aux critiques dont l’administration Trump a été criblée, surtout concernant la gestion de la pandémie.

Au Maroc comme aux États-Unis, la population est restée sceptique, évoquant des raisons pour mettre en doute la sécurité et l’efficacité des vaccins. Mais après le démarrage de la campagne de vaccination, plus de sérénité et de compréhension ont été enregistrées. « Aujourd’hui, les gens sont très frustrés parce qu’il faut attendre des heures pour pouvoir être vacciné. Je pense que le fait que les vaccins soient à 95 % efficaces, et que l’on ait vacciné 30 millions de personnes, montre bien que leur innocuité et leur efficacité sont excellentes, et les hésitations diminuent ».

Compte tenu des ravages causés par la pandémie du coronavirus sur le système sanitaire du monde, sur l’économie mondiale et sur le plan social, le professeur Moncef Slaoui appelle les pays à financer en urgence, la lutte contre les pandémies, en utilisant par exemple, une partie du budget de la Défense. « Il y aura d’autres pandémies, j’espère qu’elles seront contrôlées beaucoup plus vite, avec moins d’impact. Mais tous les pays ont des armées au cas où, or les virus sont des ennemis particulièrement adaptés à nous échapper : donc allouer une partie des budgets de la Défense à la lutte contre les menaces biologiques me semble extrêmement nécessaire ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Santé - Moncef Slaoui - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Un nouveau poste pour le chercheur marocain Moncef Slaoui

Quelques semaines après sa démission forcée du programme américain de vaccination « Operation Warp Speed Covid-10 », Moncef Slaoui a été nommé directeur scientifique de Centessa...

Moncef Slaoui se dit disponible pour le Maroc

Interrogé sur la stratégie de vaccination du Royaume dans la riposte contre le covid, l’ex-directeur scientifique de l’opération « Warp Speed » aux États-Unis, le Docteur...

Quand Moncef Slaoui voulait renverser la monarchie

Dès son arrivée à l’université en Belgique, Moncef Slaoui est tombé dans le militantisme politique, et cherchait à renverser le régime au Maroc.

Moncef Slaoui poussé vers la sortie par Joe Biden

Moncef Slaoui, le Belgo-Marocain chargé par Donald Trump de l’opération « Warp Speed », a été démis de ses fonctions, à la demande du président élu des États-unis, Joe Biden.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

Opticalia renforce sa présence au Maroc

Cofides va allouer 750  000 euros sous forme de prêt à Opticalia pour renforcer sa filiale au Maroc. Spécialisé dans l’achat, la vente et la distribution d’articles optiques et de lunettes de soleil, le groupe est présent dans le royaume depuis 2020.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.