Maroc : l’Ordre des avocats demande l’annulation du pass vaccinal

25 octobre 2021 - 07h40 - Ecrit par : A.P

L’Ordre des avocats du Maroc désapprouve la décision « soudaine » du gouvernement de rendre obligatoire le pass vaccinal. Il appelle à l’annulation de cette mesure qui, selon lui, est contraire à la Constitution.

Le gouvernement a pris le 18 octobre, une décision pour imposer le pass vaccinal aux citoyens. Selon ce document, les non-vaccinés ne pourront pas accéder aux administrations publiques et privées, aux transports publics et privés, aux établissements hôteliers et touristiques, restaurants, cafés, etc., ni se déplacer entre les villes et provinces.

Se fondant sur les dispositions de la Constitution marocaine, l’Ordre des avocats considère que l’imposition du pass vaccinal soulève de nombreux problèmes juridiques et de droit en ce sens qu’elle porte atteinte à la jouissance des droits et libertés fondamentaux (chapitre 19), à la liberté de circulation (chapitre 24), aux libertés de réunion (chapitre 29), à l’égalité entre les citoyennes et l’accès des citoyens aux équipements publics (article 154).

À lire : Le pass vaccinal désormais obligatoire au Maroc

Cette décision viole la Constitution, assure l’Ordre, d’autant qu’elle empêche les citoyens de jouir de leurs droits. « Le contexte exceptionnel que traverse notre pays en raison de l’état d’urgence sanitaire […] ne doit pas justifier l’adoption de décisions comportant le retrait des acquis en matière de droits humains…, car elles portent atteinte aux droits constitutionnels et vont à l’encontre des chartes, déclarations et pactes internationaux ratifiés par le Maroc. De plus, il n’y a aucune urgence au vu de l’amélioration de la situation épidémiologique dans le pays », a-t-il indiqué dans un communiqué.

À lire : Maroc : l’obligation du pass vaccinal fait déjà des mécontents

De même, l’Ordre des avocats insiste sur « l’absence de base légale pour empêcher les citoyens de bénéficier des services publics vitaux », précisant que selon l’article 3 du décret déclarant l’état d’urgence sanitaire, « toutes les mesures nécessaires qu’exige cet état […] ne font pas obstacle à la garantie de la continuité des services publics vitaux et des prestations fournies par eux aux usagers ». Mieux, alerte-t-il, « la législation dans les domaines liés aux droits et libertés fondamentaux reste une compétence originale confiée au Parlement selon l’article 71 de la Constitution », soulignant ainsi « le danger d’adopter l’obligation du pass vaccinal par une décision gouvernementale qui a été annoncée par une dépêche d’information ».

Au regard de ces manquements, l’Ordre demande « l’annulation de cette décision soudaine, qui contredit le principe de vaccination non obligatoire, et l’annonce faite par le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a exprimé son opposition à la demande de certificats de vaccination contre le Covid-19 comme condition de voyage ».

Tags : Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Etat d’urgence au Maroc - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Pass vaccinal : le Maroc y pense mais sous conditions

La capsule vidéo sur la supposée généralisation du pass vaccinal, a suscité un grand débat au Maroc. L’une des questions à laquelle Saïd Afif, membre du comité scientifique de la...

Maroc : des personnalités signent une pétition contre le pass vaccinal

La pétition lancée contre l’obligation du pass vaccinal par un collectif de citoyens, a été soutenue par des personnalités scientifiques et des figures importantes de la vie...

khalid Aït Taleb défend le pass vaccinal au parlement

Khalid Aït Taleb, a affirmé lundi 25 octobre 2021, devant les députés de la première Chambre, que le débat soulevé autour de l’obligation du port du pass vaccinal est «  secondaire ...

Maroc : le pass vaccinal sera-t-il obligatoire dans les entreprises ?

Le Maroc va-t-il imposer le pass vaccinal dans les entreprises, comme c’est déjà le cas en France  ? Les employés marocains sont de plus en plus préoccupés par la...

Nous vous recommandons

Opération Marhaba 2022 : la police espagnole a du mal à gérer le flux

Bien avant l’annonce de la reprise du trafic maritime de passagers avec le Maroc depuis Algésiras, le syndicat de police JUPOL a dénoncé le manque de personnel pour faire efficacement face à un afflux important de Marocains, en cette période particulière...

Sebta : ambiance festive après la réouverture de la frontière

La réouverture de la frontière de Sebta avec le Maroc a été effective ce mardi à 00 heure. Près de deux heures avant, l’ambiance était festive au poste frontière de Tarajal.

France : un parti musulman dans la course à la présidentielle

À quelques mois de l’élection présidentielle en France, le fondateur de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) annonce sa candidature. Nagib Azergui justifie cette décision par le « déferlement de haine incessant envers une partie des citoyens...

Benslimane : une escoquerie immobilière à 30 millions de dirhams

Le tribunal de première instance d’Ain Sebaa a condamné le président d’une coopérative, son épouse et deux de ses collègues à des peines de prison ferme allant de 2 à 9 ans pour escroquerie et abus de...

Les supermarchés "U Express" se renforcent au Maroc

Après deux ans d’activité au Maroc, le géant français de la distribution alimentaire, U Express, se prépare au lancement très prochainement de quatre nouveaux points de vente.

Casablanca : arrestation d’un jeune qui a décapité sa mère

Un jeune homme de 32 ans, déséquilibré mental, a tué mercredi sa mère âgée de 60 ans dans leur domicile situé au quartier Essalam à Casablanca. Il a été arrêté ce jeudi par les éléments de la brigade de la police du district de Sidi...

Sahara : l’Algérie porte de nouvelles accusations contre le Maroc

En marge de la réunion ministérielle anti-Daech tenue à Marrakech à laquelle ont participé une soixantaine de pays, le Maroc a reçu de nombreux soutiens à son plan d’autonomie au Sahara. De quoi agacer l’Algérie qui dénonce un « vacarme de déclarations » et...

Annulation de Marhaba : les entreprises affectées vont être aidées

Le parlement d’Andalousie demande au gouvernement espagnol d’apporter une aide financière à tous les secteurs touchés par l’annulation, pour la deuxième année consécutive, de l’Opération Marhaba.

De nouvelles charges retenues contre l’ex-maire de Marrakech et son adjoint

La justice a alourdi les charges contre l’ex-maire de Marrakech, Mohamed Larbi Belcaid, et son adjoint, Younes Benslimane, tous deux poursuivis pour dilapidation de deniers publics, ajoutant des accusations de blanchiment d’argent aux faits qui leur...

Maroc : voici les salaires des ministres

Le chef du gouvernement va percevoir un salaire de base de 32 000 DH auquel s’ajoutent une indemnité de représentation de 18 000 DH, une indemnité de logement de 15 000 DH et des frais d’aménagement de 5 000 DH, ce qui lui fait une rémunération mensuelle...