Maroc : l’obligation du pass vaccinal fait déjà des mécontents

20 octobre 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

La décision du gouvernement de rendre obligatoire à partir de jeudi prochain le pass vaccinal ne fait pas l’unanimité au sein des Marocains. Ils sont nombreux à crier leur mécontentement sur les réseaux sociaux, accusant le gouvernement d’avoir pris une décision inopportune et inappropriée.

Sous le hastag #PassDeLaHonte que de nombreux Marocains ont crié leur mécontentement sur l’entrée en vigueur du pass vaccinal. Ils reprochent surtout au gouvernement d’avoir pris une décision avec une mise en application immédiate. « Ce pass vaccinal rendu obligatoire est une honte et un abus d’autorité. L’imposer est une aberration, le faire sans un moratoire d’au moins un mois est une atteinte à la dignité des Marocains », estiment certains.

À lire : Le pass vaccinal désormais obligatoire au Maroc

Pour d’autres, « cette décision est une stratégie adoptée par les autorités compétentes, dans le but d’accélérer la campagne de la vaccination et obliger les réfractaires à se rendre auprès des centres de vaccination ». Selon le ministère de la Santé, environ 6,5 millions de Marocains sont toujours hésitants et peinent à se faire vacciner contre le Covid-19.

À lire : Maroc : mise en garde contre toute falsification du passeport vaccinal

Malgré les raisons avancées par le gouvernement pour justifier la décision, les Marocains réfractaires y voient une façon déguisée d’imposer le vaccin. Pour eux, ils s’attendaient à un allègement des mesures restrictives et non à un durcissement. « Dans la plupart des pays du monde, quand la situation sanitaire s’améliore, on allège les mesures restrictives. Chez nous, c’est l’inverse. Alors que presque tous les indices sont dans le vert, on impose un #passvaccinal généralisé pour accéder aux espaces publics et privés », s’indigne un internaute.

À lire : La Turquie accepte le pass vaccinal marocain

Mais il n’y a pas que les mécontents. Certains citoyens ont applaudi l’initiative, appelant le gouvernement à tenir bon afin que l’immunité collective soit atteinte dans les plus brefs délais. À partir de jeudi 21 octobre 2021, accéder aux établissements hôteliers et touristiques, aux restaurants, aux cafés, aux espaces fermés, aux commerces, aux salles de sport et aux hammams, se fera sur présentation du pass vaccinal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Maroc : pas de retour du public dans les stades sans pass vaccinal

La Fédération royale marocaine de Football (FRMF) a annoncé mardi, que le retour des supporters dans les gradins se fera sous des conditions bien définies. Selon Fouzi Lekjaâ,...

Maroc : plainte contre le pass vaccinal

La décision du gouvernement d’imposer le pass vaccinal dans les administrations et certains lieux publics continue de faire réagir. Après les internautes, c’est le tour de...

L’Europe accepte le pass vaccinal marocain

Voyager dans les pays de l’Union européenne sera désormais plus facile pour les ressortissants marocains. La Commission européenne a décidé mercredi, que les certificats...

La Turquie accepte le pass vaccinal marocain

La Turquie reconnait désormais le pass vaccinal marocain. De quoi faciliter les voyages aux Marocains souhaitant de se rendre dans ce pays en ces temps de Covid-19.

Ces articles devraient vous intéresser :

Abdelhamid Sabiri de retour sur le terrain après sa blessure

L’international marocain Abdelhamid Sabiri a repris l’entraînement avec la Sampdoria après une absence causée par une blessure musculaire.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Punaises de lit : la psychose atteint le Maroc

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale a confirmé, mercredi, l’absence d’une propagation exceptionnelle des punaises de lit au Maroc. Dans un communiqué, les autorités sanitaires affirment avoir mis en place des mesures préventives en...

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.