L’incroyable parcours de Hicham, atteint d’une maladie rare à Malaga

3 octobre 2022 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Hicham El Hafed, 25 ans, est arrivé à San Pedro Alcántara (Marbella) dans le coma en 2006 en provenance du Maroc avec un visa humanitaire grâce à l’aide de la Croix Rouge. Aujourd’hui, il est à la tête d’une startup.

« J’ai été admis à l’hôpital de la mère et de l’enfant de Malaga où j’ai passé trois mois. On m’a diagnostiqué une agammaglobulinémie, connue sous le nom de maladie de Bruton. C’est une maladie qui vous rend beaucoup plus vulnérable aux infections et nécessite un traitement chronique », confie Hicham à Diario Sur. Tout le temps malade, il n’a pas eu un cursus scolaire normal. Mais cela ne l’a pas empêché d’être aujourd’hui le directeur du projet Procrys, une startup d’intelligence artificielle.

A 16 ans, où il a abandonné l’école à cause de sa maladie, il a commencé « à s’essayer à la création de sites web pour des entreprises via Internet ». Autodidacte déjà à 18 ans, il a essayé de reprendre les cours pour adultes, mais s’est rendu compte « qu’étudier n’était pas la bonne chose à faire ». Depuis maintenant trois ans, il travaille à distance pour la société néerlandaise Open Provider, ce qui lui a donné l’opportunité de diriger cette startup.

À lire : Hassan Bouadar : le parcours exceptionnel d’un jeune Marocain

Le projet Procys a été lancé sur le marché il y a quelques semaines, après près d’un an de préparation. Il permet « l’automatisation des processus manuels. Vous lui donnez une facture et il se charge d’extraire toutes les informations de manière structurée, et en moins de 15 secondes par facture », explique-t-il. La société néerlandaise ouvrira un bureau à Malaga ce mois et sera dirigé par Hicham. Il sera animé par treize personnes.

« Nous avons commencé par l’automatisation des factures, mais il est possible d’avoir d’autres processus comme les étiquettes d’expédition aussi bien pour les colis que pour les conteneurs, les polices d’assurance ou les passeports. Toutes les données peuvent être extraites de n’importe quel fichier de manière automatisée », détaille-t-il, appelant par ailleurs les jeunes à ne « jamais abandonner » quelles que soient les difficultés, car « tout a une solution dans la vie, sauf la mort ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Malaga

Aller plus loin

Hassan Bouadar : le parcours exceptionnel d’un jeune Marocain

Hassan Bouadar, un Marocain dont les parents ont immigré en France à la fin des années 60 a gravi les échelons pour devenir aujourd’hui vice-président de FedEx Express, une...

Jude, 10 ans, atteint d’une maladie rare détectée au Maroc

Après plus de 300 jours à l’hôpital, Jude, un Anglais de 10 ans, va pouvoir rentrer à la maison. Atteint d’une maladie rare dont les premiers signes sont apparus alors qu’il...

Maroc : une anomalie génétique rare révélée

Alors qu’elle s’est rendue à l’hôpital en raison de crampes abdominales causées par une appendicite, une Marocaine de 15 ans, originaire d’Al Hoceima, a découvert qu’elle...

Montpellier : la Marocaine El Rhalia Bougrine, une figure du quartier Gambetta

Du Maroc à la France en passant par l’Italie, la Marocaine El Rhalia Bougrine, 52 ans, a un parcours qui suscite l’admiration. Au fil des ans, elle est devenue patronne d’un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Le jeûne du ramadan est-il compatible avec le diabète ?

Quel est l’impact du jeûne de ramadansur la santé d’un fidèle diabétique et quels sont les risques encourus ? Abdul Basit et Yakoob Ahmedani, tous deux médecins, donnent leur avis sur cette question qui préoccupe de nombreux fidèles musulmans.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Samira Saïd : la retraite ?

La chanteuse marocaine Samira Saïd, dans une récente déclaration, a fait des confidences sur sa vie privée et professionnelle, révélant ne pas avoir peur de vieillir et avoir pensé à prendre sa retraite.

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc ouvre ses portes aux médecins étrangers

Des médecins étrangers pourront bientôt exercer au Maroc. C’est ce que vient de confirmer le ministre de la Santé Khaled Ait Taleb.