Une plainte contre Anas Sefrioui et sa famille

28 juin 2021 - 21h40 - Economie - Ecrit par : S.A

EPC Maroc a assigné l’homme d’affaires, Anas Sefrioui, et les membres de sa famille Saad Sefrioui, Kenza Sefrioui et Malik Sefrioui en justice suite à la destruction sans sommation de ses locaux à Bouskoura. En attendant la finalisation des travaux d’expertise et d’évaluation, l’entreprise d’explosifs civils réclame une indemnité provisionnelle à titre de dommages pour les préjudices subis de 10 millions de dirhams.

Dans un communiqué, EPC Maroc fait savoir qu’elle « a intenté plusieurs actions en justice à l’encontre de la Société foncière Iskane » suite à la destruction abusive et sans sommation le 29 mars 2021 des locaux administratifs et commerciaux de EPC Maroc sis à Bouskoura. En complément de ces procédures, toujours en cours, l’entreprise spécialisée dans les explosifs civils destinés aux travaux de carrières, à l’industrie minière et aux chantiers de travaux publics au Maroc a déposé le 8 juin courant une citation directe devant le tribunal correctionnel à l’encontre d’Anas Sefrioui, Saad Sefrioui, Kenza Sefrioui et Malik Sefrioui, indique le document.

À lire : Explosions au siège du groupe immobilier Addoha à Casablanca

Dans le cadre de cette dernière procédure, EPC Maroc réclame une indemnité provisionnelle à titre de dommages pour les préjudices subis de dix millions de dirhams en attendant la finalisation des travaux d’expertise et d’évaluation. La première estimation partielle s’élève à 67 millions de dirhams, uniquement pour les pertes et vols matériels.

Au matin du 29 mars 2021 et sans notification préalable, des engins de démolition ont franchi les grilles du site d’EPC Maroc à Bouskoura et, sans sommation, ont commencé à détruire les bâtiments abritant du matériel et au sein desquels 30 personnes étaient en activité, rapporte l’entreprise d’explosifs. « Les bulldozers ont ainsi pénétré sans aucune précaution dans un site classé sensible et se sont attaqués à des bâtiments occupés, mettant en danger des vies humaines et détruisant du matériel ainsi que des documents juridiques et administratifs importants », raconte-t-elle.

À lire : Anas Sefrioui investit dans une usine de production d’énergies alternatives

« Cette destruction méthodique qui a duré 48 heures a été accompagnée de pillages sauvages au cours desquels du matériel, de la documentation technique, y compris des schémas techniques et des équipements, ont été volés et emportés par des malfaiteurs », précise EPC Maroc, ajoutant qu’une cellule psychologique a été mis en place pour prendre en charge le personnel sévèrement affecté par ces événements.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Bouskoura - Anas Sefrioui

Aller plus loin

Anas Sefrioui investit dans une usine de production d’énergies alternatives

Après avoir investi dans la production de combustibles alternatifs, Anas Sefrioui, s’apprête à lancer la construction de la première unité de production d’énergies alternatives.

Anas Sefrioui réagit à la plainte contre lui et sa famille

Anas Sefrioui, PDG du groupe Addoha, a réagi à la plainte déposée contre lui et certains membres de sa famille par EPC Maroc les accusant d’avoir détruit abusivement et sans...

Le milliardaire Anas Sefrioui et sa famille devant la justice

L’homme d’affaires, Anas Sefrioui et sa famille devront comparaître devant le tribunal de première instance de Casablanca, le 14 septembre. Cette convocation fait suite à la...

Explosions au siège du groupe immobilier Addoha à Casablanca

Quatre explosions quasi simultanées ont été entendues au siège du groupe immobilier Addoha à Aïn Sbaï, à Casablanca, ce mercredi matin, avant que des flammes ne s’échappent du...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.