Une plainte contre Anas Sefrioui et sa famille

28 juin 2021 - 21h40 - Ecrit par : S.A

EPC Maroc a assigné l’homme d’affaires, Anas Sefrioui, et les membres de sa famille Saad Sefrioui, Kenza Sefrioui et Malik Sefrioui en justice suite à la destruction sans sommation de ses locaux à Bouskoura. En attendant la finalisation des travaux d’expertise et d’évaluation, l’entreprise d’explosifs civils réclame une indemnité provisionnelle à titre de dommages pour les préjudices subis de 10 millions de dirhams.

Dans un communiqué, EPC Maroc fait savoir qu’elle « a intenté plusieurs actions en justice à l’encontre de la Société foncière Iskane » suite à la destruction abusive et sans sommation le 29 mars 2021 des locaux administratifs et commerciaux de EPC Maroc sis à Bouskoura. En complément de ces procédures, toujours en cours, l’entreprise spécialisée dans les explosifs civils destinés aux travaux de carrières, à l’industrie minière et aux chantiers de travaux publics au Maroc a déposé le 8 juin courant une citation directe devant le tribunal correctionnel à l’encontre d’Anas Sefrioui, Saad Sefrioui, Kenza Sefrioui et Malik Sefrioui, indique le document.

À lire : Explosions au siège du groupe immobilier Addoha à Casablanca

Dans le cadre de cette dernière procédure, EPC Maroc réclame une indemnité provisionnelle à titre de dommages pour les préjudices subis de dix millions de dirhams en attendant la finalisation des travaux d’expertise et d’évaluation. La première estimation partielle s’élève à 67 millions de dirhams, uniquement pour les pertes et vols matériels.

Au matin du 29 mars 2021 et sans notification préalable, des engins de démolition ont franchi les grilles du site d’EPC Maroc à Bouskoura et, sans sommation, ont commencé à détruire les bâtiments abritant du matériel et au sein desquels 30 personnes étaient en activité, rapporte l’entreprise d’explosifs. « Les bulldozers ont ainsi pénétré sans aucune précaution dans un site classé sensible et se sont attaqués à des bâtiments occupés, mettant en danger des vies humaines et détruisant du matériel ainsi que des documents juridiques et administratifs importants », raconte-t-elle.

À lire : Anas Sefrioui investit dans une usine de production d’énergies alternatives

« Cette destruction méthodique qui a duré 48 heures a été accompagnée de pillages sauvages au cours desquels du matériel, de la documentation technique, y compris des schémas techniques et des équipements, ont été volés et emportés par des malfaiteurs », précise EPC Maroc, ajoutant qu’une cellule psychologique a été mis en place pour prendre en charge le personnel sévèrement affecté par ces événements.

Tags : Droits et Justice - Bouskoura - Anas Sefrioui

Aller plus loin

Explosions au siège du groupe immobilier Addoha à Casablanca

Quatre explosions quasi simultanées ont été entendues au siège du groupe immobilier Addoha à Aïn Sbaï, à Casablanca, ce mercredi matin, avant que des flammes ne s’échappent du...

Anas Sefrioui réagit à la plainte contre lui et sa famille

Anas Sefrioui, PDG du groupe Addoha, a réagi à la plainte déposée contre lui et certains membres de sa famille par EPC Maroc les accusant d’avoir détruit abusivement et sans...

Le milliardaire Anas Sefrioui ne s’est pas rendu au tribunal

L’homme d’affaires, Anas Sefrioui et sa famille ont manqué mardi leur rendez-vous avec le tribunal de première instance de Casablanca. Ils avaient été convoqués suite à la plainte...

Anas Sefrioui investit dans une usine de production d’énergies alternatives

Après avoir investi dans la production de combustibles alternatifs, Anas Sefrioui, s’apprête à lancer la construction de la première unité de production d’énergies...

Nous vous recommandons

Maroc : appels au boycott des produits français

Des appels au boycott des produits français ont été lancés au Maroc suite à la décision de la France de réduire à 50 %l’octroi des visas pour les Marocains et à celle de la justice européenne relative à l’annulation de deux accords de libre-échange portant sur...

Erasmus+ : jusqu’à 28 000 euros pour des étudiants marocains

Le Campus d’excellence agroalimentaire internationale (ceiA3) a offert onze bourses Erasmus+ aux doctorants, enseignants et chercheurs de différentes universités de plusieurs pays dont le Maroc, pour un montant de 28 560...

L’Espagne appelle ses ressortissants à quitter le Maroc

Les Espagnols se trouvant encore au Maroc sont invités à planifier leur retour, en raison de la fermeture des frontières par le royaume.

Un navire militaire espagnol en mission dans les eaux proches du Maroc

Le patrouilleur à haute altitude « Vigía » a quitté la base navale de Puntales (Cadix), pour effectuer des opérations permanentes de surveillance au large du Maroc.

Opération Marhaba 2022 : les restaurateurs espagnols se frottent les mains

L’Opération Marhaba 2022 va générer 9 millions d’euros à la province de Salamanque, notamment aux restaurants et hôtels de l’A-66 où font escale les Marocains de France, du Royaume-Uni, d’Italie, de Belgique, d’Allemagne ou des Pays-Bas avant de rejoindre le...

Maroc : les jeunes recevront une aide de 2000 dirhams

À compter de 2022, le gouvernement va honorer sa promesse d’octroi aux personnes âgées d’une indemnisation de 400 DH et 2000 DH aux jeunes contre des travaux et des services.

Emoi à Agadir, un homme tue sa soeur et son neveu

Un individu a été arrêté dimanche par la police d’Agadir pour son implication présumée dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort de deux membres de sa famille.

Les confidences de « Petit Mustapha », l’ex-gamin « qui faisait peur à la police »

Auteur de plusieurs braquages, Mustapha Riffi alias « Petit Mustapha », emprisonné à 12 ans, est devenu aujourd’hui un adulte de 42 ans, mais est toujours derrière les barreaux, à Marche (Belgique). Ses confidences sont consignées dans un livre intitulé «...

Recalé pour la CAN : Tarik Tissoudali exprime sa déception

L’international Marocain Tarik Tissoudali, évoluant à la Gantoise, a exprimé sa déception, suite à la publication de la liste des joueurs sélectionnés pour participer à la CAN 2022.

L’ayatollah Khamenei critique à nouveau le Maroc

Le Leader de la Révolution islamique d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei a critiqué la normalisation des relations entre plusieurs pays arabes, dont le Maroc, avec Israël, affirmant que les liens avec ce dernier nuiraient à ces...