Du nouveau pour la plainte de Pizzorno contre le Maroc

5 septembre 2023 - 11h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Le différend opposant le groupe français Pizzorno Environnement, qui intervient dans les métiers de services à l’environnement et de l’économie circulaire auprès des collectivités et industriels, à l’État marocain, entre dans une nouvelle phase.

Après avoir saisi le tribunal arbitral de la Banque mondiale, le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) pour « violations contractuelles et impayés du Maroc », Pizzorno Environnement réclame « entre 40 à 50 millions d’euros » de réparation à l’État marocain, dans le différend l’opposant aux ministères de l’Économie et des Finances, de l’Intérieur et de la Justice, fait savoir Africa Business+ citant le cabinet d’avocats international Bird & Bird, conseil du groupe français dans cette affaire. Il n’est toutefois pas exclu que cette somme soit réévaluée.

À lire :Pizzorno quitte Marrakech

Pizzorno Environnement s’était vu attribuer des marchés de collecte, traitement et valorisation de déchets à Casablanca, Marrakech, Meknès, Fnideq, Al Hoceima, etc. à travers ses filiales Teodem, Teorif, Teomara et Segedema. Les ministères de l’Économie et des Finances ainsi que de l’Intérieur avaient revu et validé les contrats. Sauf que la reconduction de plusieurs accords n’a plus été effective ces dernières années. Naissent alors des différends entre le groupe français et l’État marocain. En 2020, le contrat de Teodem avait été résilié à l’amiable au centre de traitement et de valorisation des déchets d’Oum Azza, avec l’Établissement de coopération intercommunale (ECI) Al Assima et les représentants du ministère de l’Intérieur, avait précisé Pizzorno, dans un communiqué.

À lire :Rabat-Gestion des déchets : Pizzorno plie bagage

La partie marocaine a expliqué que les désaccords sont nés de l’incapacité du délégataire à trouver une solution au problème de traitement du lixiviat. « 300 000 m³ actuellement stockés dans les six bassins du centre de traitement de valorisation des déchets d’Oum Azza dans la région de Skhirat-Temara) dégageaient des odeurs nauséabondes avec un impact négatif sur les ressources en eaux souterraines », fait-on savoir.

À lire : Saida, une Belgo-marocaine, réclame son argent à un avocat «  escroc  »

Installé au Maroc depuis 1996, Pizzorno Environnement s’est, à travers sa filiale Segedema, occupé de la collecte des déchets ainsi que de la salubrité de Casablanca, Rabat, Kénitra, El Jadida, Mekhnès et d’Essaouira, avant d’étendre ses activités dans d’autres villes marocaines.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Environnement - Pizzorno Environnement

Aller plus loin

Un Marocain en instance de divorce marche sur Paris pour réclamer ses droits

Le Marocain Abdel Merzak, en instance de divorce depuis 2017, est parti de Fleurance à pied il y a deux semaines pour rejoindre Paris où il espère rencontrer le ministre de la...

Pizzorno quitte Marrakech

Le groupe Pizzorno Environnement à travers sa filiale Téomara, qui s’occupe depuis 2007 de la collecte des déchets ainsi que de la salubrité de la ville de Marrakech, vient de...

Saida, une Belgo-marocaine, réclame son argent à un avocat «  escroc  »

Saida, une habitante de Farciennes, dans le Hainaut, a dû payer environ 1 000 euros à un avocat dans le cadre d’un divorce et dont elle n’a pas été satisfaite du travail....

Rabat-Gestion des déchets : Pizzorno plie bagage

Depuis le 30 juin, la société Téodem, filiale de l’entreprise française Pizzorno, n’est plus en charge de la gestion de la décharge des déchets d’Oum Azza de Rabat.

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : les écologistes s’insurgent contre l’invasion des palmiers américains

Au Maroc, des écologistes appellent à mettre fin à la « plantation anarchique » de palmiers d’origine américaine et à adopter une « politique de reboisement réfléchi dans l’aménagement du territoire ».

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Environnement : l’engagement fort Royal Air Maroc

Royal Air Maroc (RAM) a adhéré au programme d’évaluation environnementale de l’Association Internationale du Transport Aérien (IEnvA), visant à atteindre la durabilité dans tous les domaines des opérations aériennes et au sol.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.