Voici pourquoi les prix des fruits et légumes ont fortement augmenté au Maroc

12 octobre 2020 - 11h20 - Economie - Ecrit par : I.L

Le renchérissement des prix des fruits et légumes suscite l’inquiétude des Marocains. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation sans précédent.

La sécheresse, le recul des niveaux des barrages, la demande extérieure, les restrictions imposées par le gouvernement suite au coronavirus, la spéculation et la multiplication des intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs sont entre autres les facteurs qui ont entraîné cette situation, rapporte Ecoactu.

Si la hausse des prix est constatée sur tout le territoire national, elle est plus prononcée dans la métropole avec le différentiel des prix qui a atteint 2 à plus de 2,5 DH/kg. Selon les chiffres du département de l’agriculture publié durant la première semaine d’octobre 2020, les prix de la pomme de terre au marché de gros ont connu une hausse de 138 % contre 15% pour le prix de la tomate. Cette augmentation des prix est assez éprouvante pour le portefeuille des ménages, déjà secoués par les revers de l’épidémie du coronavirus.

Dans le Souss, la sècheresse, le stress hydrique et la chute des niveaux d’eau dans les barrages ont porté un coup à l’activité des petits producteurs, qui faute d’eau ont lâché prise. Ils espèrent l’entrée en service de la station de dessalement de l’eau de mer dans la région. Pour l’heure, seuls les grands producteurs ont accès à l’eau grâce aux puits et continuent de produire, entrainant une hausse vertigineuse des prix des fruits et légumes. L’autre raison évoquée qui justifie cette augmentation des prix est l’exportation d’une grande partie de la production marocaine vers la Mauritanie et le Sénégal.

Au dire d’Ahmed Mouflih directeur de la Fédération interprofessionnelle des producteurs et exportateurs des fruits et légumes (FIFEL), cette situation se justifie par la basse saison et les restrictions liées à la pandémie. A l’en croire, le respect de ces restrictions a entraîné la réduction du nombre d’ouvriers dans les exploitations. « Il faut respecter la distanciation physique ce qui impacte à la baisse la récole et à la hausse le temps qui lui est consacré. Bien entendu, les restrictions de déplacement entre les villes (notamment vers la locomotive économique du pays, Casablanca, (fermée depuis des mois maintenant) ont découragé certains professionnels. », a-t-il ajouté. Tous les regards sont tournés vers le ciel en attendant les pluies.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Consommation - Alimentation - Inflation

Aller plus loin

Les espaces verts de Rabat irrigués en eaux usées traitées

Le Maroc a décidé d’utiliser les eaux usées traitées pour irriguer les espaces verts, en raison de la rareté des pluies. La ville de Rabat a été choisie pour la phase...

Maroc : les opérateurs de fruits et légumes veulent une TVA à 0%

Au Maroc, la TVA sur les fruits et légumes est comprise entre 7% et 8%. Elle pénalise également la compétitivité du secteur face à la concurrence.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan (HCP), l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 8,9 % au...

Maroc : voici les villes où les prix ont augmenté

Au terme de l’année 2022, l’inflation a atteint 6,6% et l’indice annuel des prix à la consommation (IPC) a enregistré une hausse de 6,6% par rapport à l’année 2021, selon le Haut-commissariat au plan (HCP), qui précise que certaines villes ont vu...

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Maroc : hausse vertigineuse des faillites d’entreprises

Une « hausse vertigineuse » du nombre de défaillances d’entreprises devrait toucher le Maroc, selon Allianz Trade, leader mondial de l’assurance-crédit.

Maroc : croissance économique malgré l’inflation persistante

Le taux d’inflation au Maroc va poursuivre sa tendance à la baisse, mais ne retrouvera pas son niveau d’avant 2022, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP) dans un récent rapport, notant une croissance de +3,3 % au quatrième trimestre de 2023,...

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Maroc : quand le thermomètre monte, la consommation électrique s’envole

La consommation électrique au Maroc a atteint un niveau record, s’établissant à 7 310 mégawatts, selon le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.