La ville de Rabat au cœur d’un scandale

20 décembre 2022 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Des élus dont un adjoint à la maire de Rabat perçoivent plusieurs indemnités pour différentes fonctions assumées, et ce, en violation flagrante des lois régissant les collectivités territoriales et de la circulaire du ministre de l’Intérieur relative au cumul des mandats.

À Rabat, de nombreux élus bénéficient d’un cumul de différentes rémunérations pour chacune des fonctions assumées, rapporte le quotidien Al Akhbar. Parmi eux, un membre de la majorité qui exerce dans une société de développement dépendante du Conseil de la ville de Rabat, en contrepartie d’un salaire de plus de 10 000 dirhams. Il perçoit également des indemnités de l’ordre de 3 000 dirhams des finances de la mairie pour une responsabilité déléguée par la présidente du Conseil de la ville, Asmae Rhlalou. Sans oublier les autres avantages, notamment le carburant, le téléphone et la voiture de service.

À lire : Meknès : quatre fonctionnaires en prison pour dilapidation de deniers publics

Selon des sources de l’opposition au sein de la commune urbaine de Rabat, d’autres élus du Conseil de la ville de Rabat se trouveraient dans la même situation de conflits d’intérêts et de cumul d’indemnités. Elles appellent la maire de la ville à mettre en application les lois en vigueur, notamment l’article 65 de la loi n° 113.14 relative aux communes. Celle-ci stipule qu’« il est interdit à tout membre du Conseil de la commune d’entretenir des intérêts privés avec la commune, les établissements de coopération intercommunale et les groupements des collectivités territoriales dont la commune est membre, ou encore avec les instances ou établissements publics et les sociétés de développement qui en dépendent. Il est de même interdit de conclure avec eux des actes ou des contrats de location, d’acquisition, d’échange ou toute autre transaction portant sur des biens de la commune ».

Sujets associés : Rabat - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Asmaa Rhlalou

Aller plus loin

Maroc : où en est l’enquête sur le scandale des appels d’offre au ministère de la Santé ?

L’enquête sur le scandale des appels d’offres du ministère de la Santé impliquant 31 personnes, y compris des cadres, des fonctionnaires et des ingénieurs des services centraux...

Meknès : quatre fonctionnaires en prison pour dilapidation de deniers publics

Quatre fonctionnaires accusés de malversations financières à Meknès, ont été condamnés mardi par la cour d’appel de la ville à un an de prison dont 4 mois avec sursis.

Maroc : des présidents de communes poursuivis pour crimes financiers

Les dossiers de neuf présidents de communes sur qui pèsent de lourds soupçons de dilapidation de deniers publics et d’abus de confiance, ont été confiés à la justice. Certains...

Des ennuis judiciaires en perspective pour Asmaa Rhlalou ?

Suite à une plainte déposée par la Fédération de la gauche démocratique (FGD), la maire de Rabat, Asmaa Rhlalou, accusée de dilapidation de deniers publics, devra être entendue...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les restaurateurs marocains accusés d’empoisonner leurs clients

Les propriétaires des cafés et restaurants ont rejeté les accusations de fraude formulées contre eux par une députée du Rassemblement national des indépendants (RNI). Celle-ci a adressé une question écrite au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Au Maroc, certains fonctionnaires ont besoin d’une autorisation pour quitter le territoire

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, a apporté un démenti formel au sujet de l’existence de toute décision qui interdit à tous les fonctionnaires de quitter le territoire national s’ils ne présentent pas une autorisation dans les aéroports et...

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Au Maroc, désormais, le silence de l’administration vaut accord

Suite à la publication par les ministères de l’Intérieur et de l’Aménagement du territoire et de l’urbanisme d’un arrêté conjoint relatif à la simplification des procédures dans le domaine de l’urbanisme, Abdelouafi Laftit a adressé une circulaire aux...

Urbanisme au Maroc : vers le renforcement des opérations d’inspection

Les ministères de l’Intérieur et de l’habitat veulent renforcer les opérations d’inspection menées dans le domaine d’urbanisme. De nouveaux contrôleurs seront nommés.

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...