Des « rafles » de migrants africains dénoncées à Laâyoune

21 mai 2021 - 12h40 - Ecrit par : A.T

Les forces de l’ordre marocaines auraient arrêté et déplacé les migrants subsahariens présents à Laâyoune. Parmi eux se trouvaient des femmes enceintes et des enfants, arrivés le 7 mai dernier. Des voix s’élèvent pour dénoncer les violations des droits des migrants.

Ces «  rafles  » de grande ampleur et déplacements forcés ont concerné des Africains, selon un communiqué de l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme. Une situation inquiétante, d’après cet organe qui alerte les autorités marocaines sur le respect des droits des migrants et leur dignité.

Ces migrants ont été, selon le communiqué, transférés de façon inhumaine vers la ville de Tan-Tan, à quelque 300 km de Laâyoune, parfois détenus dans une zone reculée, les laissant sans nourriture ni eau.

Ibrahima, un migrant rencontré par Euro-Med Monitor a déclaré : «  À 23 heures, j’ai été choqué de voir la police marocaine prendre d’assaut mon appartement sans mandat judiciaire ni avertissement préalable ».

« Ils m’ont torturé et arrêté, puis emmené le lendemain dans une région éloignée, qui s’est avérée plus tard être la ville de Tan-Tan. Cette ville est à des centaines de kilomètres de nos maisons. La police a laissé un groupe de détenus et moi sans nourriture ni boisson ».

Selon les informations récoltées par Euro-Med Monitor, cette série d’arrestations et de déplacements n’est pas une première à Laâyoune, le but étant d’éloigner les migrants de la zone frontalière. Les interventions contre les migrants, parfois accompagnées de violence, ont eu lieu pendant la journée, pas seulement la nuit.

La ville de Laâyoune est l’une des zones où les immigrants du Maroc partent pour les îles Canaries à environ 200 km. Le nombre d’immigrants arrivant dans l’archipel espagnol a atteint environ 23 023 à la fin de 2020, soit huit fois plus qu’en 2019.

Face à cette situation, des voix s’élèvent pour alerter les autorités marocaines. Omar Al-Ajlouni, chercheur juridique à Euro-Med Monitor, a déclaré : « Le traitement inhumain des migrants par le biais d’arrestations et de violations ne peut être justifié d’aucune façon ».

«  Les autorités marocaines sont tenues d’appliquer les lois des traités relatifs aux droits des migrants, en particulier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, que l’État marocain a ratifiée le 21 juin 1993 ». L’article 10 de la convention dispose :« Aucun travailleur migrant ou membre de sa famille ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants  ».

Tags : Immigration clandestine - Laayoune - Tan-Tan - Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Aller plus loin

Ceuta : le poste-frontière pris d’assaut par des Subsahariens

Les forces de sécurité marocaines et la garde civile espagnole ont interpellé tôt mardi, un groupe d’une soixantaine de jeunes migrants d’Afrique subsaharienne qui ont tenté de...

À Ceuta, les migrants vivent de la générosité des habitants

Débarquant par milliers à Ceuta, les migrants posent un véritable problème humanitaire. Même si certains ont été renvoyés au Maroc et que d’autres, des mineurs, ont été hébergés dans...

Un camp de migrants subsahariens démantelé à Casablanca

Un camp de fortune des migrants subsahariens, situé près de la gare routière Oulad Ziane, a été démantelé samedi, par les autorités de Casablanca.

Un réseau de migrants clandestins démantelé à Laâyoune. Cinq arrestations

Cinq individus soupçonnés de liens avec un réseau criminel, ont été interpellés samedi, à Laâyoune, par le service préfectoral de la police judiciaire de la...

Nous vous recommandons

Carburants : bonne suprise à la pompe

Bonne surprise à la pompe. Les prix de vente des différents carburants au Maroc ont baissé vendredi, repassant enfin sous la barre symbolique des 14 DH le litre.

Carton plein pour la Citroën Ami fabriquée au Maroc

Les passionnés de voiture électrique ne cessent de manifester de l’intérêt pour Citroën AMI, la voiture sans permis électrique fabriquée dans l’usine du Groupe PSA installée à Kénitra au Maroc.

Le Maroc accusé d’avoir violé l’espace maritime espagnol

La marine espagnole, en charge de la surveillance des espaces maritimes du pays, a alerté « depuis des mois » contre les mesures prises par le Maroc pour l’installation d’une ferme piscicole près des îles...

Le chien de Rayan refuse de quitter la tombe du garçonnet

Quelques jours après l’enterrement de Rayan, le garçonnet de 5 ans resté coincé dans un puits sec de 45 cm de diamètre près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane pendant 5 jours, après une chute accidentelle, son chien refuse de quitter sa...

Que pensent les Marocains des relations sexuelles hors mariage ?

Au moins trois Marocains sur quatre estiment que les relations hors mariage sont très répandues au Maroc. C’est ce que révèle une enquête sur « les libertés individuelles, représentations et pratiques » réalisée par un groupe de chercheurs et sociologues dans...

Sebta et Melilla veulent contrer les « stratégies hybrides » du Maroc

Les présidents de Ceuta et Melilla, Juan Jesús Vivas et Eduardo de Castro, ont appelé ce mercredi à une plus grande intégration de leurs deux villes dans l’Union européenne (UE) pour contrer les « stratégies hybrides » du...

Mort de Ouassim et Sabrina : trois policiers inculpés par la justice belge

Près de 5 ans après le décès de Ouassim et Sabrina, trois policiers ont finalement été inculpés, mercredi, à Bruxelles, par la chambre des mises en accusation. Les plaidoiries pour débattre du renvoi au tribunal correctionnel auront lieu le 23 février...

Privés de salaire, les joueurs marocains menacent de faire grève

Les joueurs de plusieurs clubs du championnat marocain de football (Botola) menacent de lancer des mouvements de grève pour exiger le paiement de leurs salaires.

La série « Braqueurs », au cœur de la «  Mocro-maffia  » belge

Le réalisateur français, Julien Leclercq, vient d’adapter son film « Braqueurs » en une nouvelle série qui sera disponible cette semaine sur Netflix. L’acteur marocain, Sami Bouajila, qui avait joué dans le film, tient le rôle principal dans cette série qui...

Achraf Hakimi fier d’être officiellement «  Parisien  »

C’est fait ! L’international marocain Achraf Hakimi est officiellement «  Parisien  ». L’annonce a été faite par le club français ce mardi après-midi, après un suspens intenable tant pour les fans du joueurs que pour les supporters du...