Des « rafles » de migrants africains dénoncées à Laâyoune

21 mai 2021 - 12h40 - Maroc - Ecrit par : A.T

Les forces de l’ordre marocaines auraient arrêté et déplacé les migrants subsahariens présents à Laâyoune. Parmi eux se trouvaient des femmes enceintes et des enfants, arrivés le 7 mai dernier. Des voix s’élèvent pour dénoncer les violations des droits des migrants.

Ces «  rafles  » de grande ampleur et déplacements forcés ont concerné des Africains, selon un communiqué de l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme. Une situation inquiétante, d’après cet organe qui alerte les autorités marocaines sur le respect des droits des migrants et leur dignité.

Ces migrants ont été, selon le communiqué, transférés de façon inhumaine vers la ville de Tan-Tan, à quelque 300 km de Laâyoune, parfois détenus dans une zone reculée, les laissant sans nourriture ni eau.

Ibrahima, un migrant rencontré par Euro-Med Monitor a déclaré : «  À 23 heures, j’ai été choqué de voir la police marocaine prendre d’assaut mon appartement sans mandat judiciaire ni avertissement préalable ».

« Ils m’ont torturé et arrêté, puis emmené le lendemain dans une région éloignée, qui s’est avérée plus tard être la ville de Tan-Tan. Cette ville est à des centaines de kilomètres de nos maisons. La police a laissé un groupe de détenus et moi sans nourriture ni boisson ».

Selon les informations récoltées par Euro-Med Monitor, cette série d’arrestations et de déplacements n’est pas une première à Laâyoune, le but étant d’éloigner les migrants de la zone frontalière. Les interventions contre les migrants, parfois accompagnées de violence, ont eu lieu pendant la journée, pas seulement la nuit.

La ville de Laâyoune est l’une des zones où les immigrants du Maroc partent pour les îles Canaries à environ 200 km. Le nombre d’immigrants arrivant dans l’archipel espagnol a atteint environ 23 023 à la fin de 2020, soit huit fois plus qu’en 2019.

Face à cette situation, des voix s’élèvent pour alerter les autorités marocaines. Omar Al-Ajlouni, chercheur juridique à Euro-Med Monitor, a déclaré : « Le traitement inhumain des migrants par le biais d’arrestations et de violations ne peut être justifié d’aucune façon ».

«  Les autorités marocaines sont tenues d’appliquer les lois des traités relatifs aux droits des migrants, en particulier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, que l’État marocain a ratifiée le 21 juin 1993 ». L’article 10 de la convention dispose :« Aucun travailleur migrant ou membre de sa famille ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants  ».

Sujets associés : Immigration clandestine - Laayoune - Tan-Tan - Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Aller plus loin

Après Ceuta, Melilla est prise d’assaut par des migrants

Les migrants marocains et subsahariens ont jeté leur dévolu sur Melilla, l’autre enclave espagnole située sur la côte marocaine. Plus de 86 personnes ont réussi à traverser la...

Un réseau de migrants clandestins démantelé à Laâyoune. Cinq arrestations

Cinq individus soupçonnés de liens avec un réseau criminel, ont été interpellés samedi, à Laâyoune, par le service préfectoral de la police judiciaire de la ville.

Ceuta : le poste-frontière pris d’assaut par des Subsahariens

Les forces de sécurité marocaines et la garde civile espagnole ont interpellé tôt mardi, un groupe d’une soixantaine de jeunes migrants d’Afrique subsaharienne qui ont tenté de...

Au Maroc, les migrants font toujours face à des stéréotypes

Au Maroc, notamment dans les villes d’Oujda, Fnideq et Al Hoceima, la population migrante fait toujours face à une méconnaissance et une persistance de clichés. Les observateurs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Consulats à l’étranger : le Maroc passe de la location à l’achat

Afin de rationaliser les dépenses et atténuer les coûts élevés des locations à l’étranger, le ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a mis en place un plan stratégique.

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

Le Maroc nomme 4 nouveaux consuls en France

Un important mouvement de personnel diplomatique a été initié par le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, dont plusieurs en France.

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Les MRE face au défi du développement local

Ce mercredi 10 août, le Maroc célèbre la journée nationale des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Placée sous l’égide du ministère chargé des affaires étrangères et des MRE, ces journées visent à consolider les canaux de dialogue avec les...

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

Immigration : le Maroc recevra 500 millions d’euros d’aide de l’Europe

Le Maroc recevra une enveloppe d’au moins 500 millions d’euros de la part de l’Union européenne pour renforcer ses actions dans la lutte contre l’immigration clandestine. Cette aide couvrira la période 2021-2027.

Drame de Nador : les recommandations de l’ONU au Maroc et à l’Espagne

L’Organisation des nations unies tient également à ce que le drame de Nador ne se répète plus jamais. C’est dans ce cadre que le Mécanisme international indépendant pour la justice et l’égalité raciale des Nations unies envisage d’émettre des...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.