Les avocats de Raissouni et Radi exigent leur liberté conditionnelle

5 mai 2021 - 06h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les journalistes Souleiman Raissouni et Omar Radi, tous deux poursuivis pour agression sexuelle, sont en détention provisoire depuis près d’un an. Leurs avocats continuent de se battre pour leur remise en liberté conditionnelle.

Les avocats de Raissouni, Mohamed Massoudi et Mohamed Kandil, ont indiqué lundi, après avoir rendu visite à leur client à la prison d’Oukacha à Casablanca, que ce dernier est déterminé à poursuivre indéfiniment sa grève de la faim, si sa cause n’est pas entendue. Ils ont précisé qu’en ce mois de Ramadan, l’accusé a décidé de respecter le jeûne et prend de l’eau et des boissons sucrées en fin de journée. Sa femme a annoncé ce lundi sur son compte Facebook, que son mari pèse désormais 58 kilos.

Souleiman Raissouni, rédacteur en chef du journal Akhbar Al Yaoum, est poursuivi pour « viol d’un jeune homme et séquestration ». Il a été arrêté devant son domicile le vendredi 22 mai et déféré plus tard devant le juge d’instruction de la Cour d’appel de Casablanca.

Les avocats ont aussi rendu compte de la situation du journaliste Omar Radi, également en détention préventive dans la même prison depuis le 29 juillet dernier. Il est accusé d’agression sexuelle et d’un crime d’atteinte à la sécurité de l’État. Selon les avocats, l’état de santé de Radi, qui souffrait de la maladie de Crohn, s’est aggravé avec la grève de la faim qu’il a entamée depuis vingt jours et a dû la suspendre vendredi dernier. Sur cette base, ils ont demandé son transfert dans une clinique ou un hôpital externe.

Les cas de Raissouni et de Radi ont suscité une grande solidarité sur les réseaux sociaux. Une pétition a été signée par 300 personnalités dont des journalistes et des hommes politiques pour exiger leur jugement en liberté conditionnelle, et plusieurs sit-in ont été organisés à Rabat et Casablanca pour dénoncer leur détention. La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) a pour sa part, condamné lundi dans un communiqué, « la détention arbitraire et le harcèlement judiciaire » de Radi et Raissouni.

Sujets associés : Droits et Justice - Prison - Violences et agressions - Omar Radi

Aller plus loin

Malade, Omar Radi suspend sa grève de la faim

Le journaliste Omar Radi a suspendu vendredi sa grève de la faim entamée, il y a 21 jours, pour des raisons de santé, a annoncé sa famille.

Souleiman Raissouni maintenu en détention

Souleiman Raissouni, rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoum, poursuivi pour « viol » d’un jeune homme et de sa « séquestration » restera en détention. Ainsi en a décidé...

Le procès du journaliste marocain Omar Radi renvoyé au 27 avril

A peine ouvert, la cour d’appel de Casablanca a suspendu et renvoyé au 27 avril le procès du journaliste Omar Radi poursuivi pour « viol » et espionnage, et en prison depuis fin...

Le procès de Souleiman Raissouni reporté au 2 mars

Après une première audience tenue mardi, la Chambre criminelle près la cour d’appel de Casablanca a reporté le procès du journaliste Souleiman Raissouni au 2 mars, pour laisser...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

L’Union Européenne brise le tabou des droits humains au Maroc

Le Parlement Européen tiendra la semaine prochaine une séance plénière pour discuter des droits humains au Maroc, une première en 25 ans. Cette décision a été prise suite au scandale de corruption « MoroccoGate » qui a touché l’institution européenne,...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.