Rapport 2021 sur les droits l’homme : voici les recommandations du CNDH

15 mai 2022 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : A.T

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a dévoilé vendredi son rapport 2021 sur la situation des droits de l’Homme au Maroc. Le document comporte plusieurs recommandations.

Ces recommandations concernent différents secteurs et portent sur le respect des conventions internationales des droits de l’homme au Royaume ainsi que son interaction avec le cadre juridique et institutionnel et, enfin, les politiques, programmes et pratiques publics.

Plus précisément le CNDH recommande aux autorités, entre autres, d’adopter une approche basée sur les droits humains dans la mise en œuvre du Nouveau modèle de développement (NMD), en tenant compte des objectifs de développement durable et des principes de participation, de reddition des comptes, de non-discrimination, d’autonomisation et de légitimité.

A lire : Maroc : le CNDH appelle les victimes de harcèlement sexuel à briser le silence

Dans le domaine de la santé, le conseil plaide pour l’adoption d’une stratégie nationale de la santé fondée sur une approche basée sur les droits humains et la centralité du rôle de l’État dans la protection du droit à la santé, notamment en termes d’augmentation du budget alloué au secteur, ainsi que le nombre de cadres exerçants, à même d’améliorer leurs conditions de travail, la réhabilitation des infrastructures et la généralisation des centres de santé sur tout le territoire national.

Le Conseil a également recommandé l’amélioration de la qualité de l’enseignement public et la promotion de l’égalité des chances entre les sexes et entre les zones rurales et urbaines. À cet égard, il a appelé à la poursuite des efforts visant à officialiser la langue amazighe dans les écoles, les universités, les tribunaux et au sein des administrations publiques.

A lire : Peine de mort : le CNDH appelle le Maroc à voter en faveur du moratoire universel

Plusieurs suggestions ont été faites, prenant en compte la protection sociale, la liberté d’expression, les discours haineux, l’observation des élections, les relations de coopération aux niveaux national et international et le suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’Instance Équité et Réconciliation (IER).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Conseil national des droits de l’Homme (cndh)

Aller plus loin

Abus sexuels présumés sur mineurs : le CNDH saisit le tribunal de Tanger

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) a demandé l’ouverture d’une enquête au parquet général du tribunal de Tanger, après avoir eu vent des cas d’abus sexuels...

Au Maroc, les plaintes contre des responsables gouvernementaux augmentent

Il ressort de la présentation du rapport annuel sur la situation des droits humains au Maroc au titre de l’année 2021, intitulé « les répercussions du Covid-19 sur les...

Peine de mort : le CNDH appelle le Maroc à voter en faveur du moratoire universel

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) continue ses actions pour l’abolition de la peine de mort. C’est dans cette optique qu’il a suggéré au Maroc de voter en faveur...

Maroc : voici la position du CNDH sur les relations sexuelles hors mariage

Amina Bouayach, présidente du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), affiche son opposition à la pénalisation des relations sexuelles hors mariage. Elle estime que...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.