Un rapport inquiétant sur la pauvreté au Maroc

14 juin 2021 - 18h20 - Maroc - Ecrit par : A.T

C’est le ressenti qui renseigne sur la situation sociale des Marocains. La moitié d’entre eux se considèrent comme pauvres alors que, en réalité, le taux de pauvreté absolue ne représente plus que 1,2 %.

45 % des Marocains se considèrent comme pauvres. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée courant 2012-2019, par l’Observatoire national du développement humain (ONDH) qui a publié ce chiffre dans son dernier rapport sur la « dynamique de la pauvreté » au Maroc. Cet indice ne prend pas en compte l’épidémie de Covid-19 qui a frappé le pays, et met probablement l’accent sur les émotions.

Il s’agit d’une « pauvreté subjective » rassure l’observatoire qui précise dans le quotidien que c’est un pourcentage des chefs de ménages qui se considèrent en situation de pauvreté et qui varie nettement entre le monde rural et le milieu urbain.

En effet, A la question de savoir « dans quel niveau social classez-vous votre ménage en comparaison avec ce qui règne dans votre environnement social : est-ce parmi les très riches, les relativement riches, les moyens, les relativement pauvres ou les très pauvres ? » « Seulement » 38,6 % des Marocains en milieu urbain se considèrent comme pauvres, contre 58,4 % en milieu rural.

Curieusement, lorsque la courbe de pauvreté réelle descend (en termes de revenu), la courbe de pauvreté subjective monte. Les statistiques montrent que le Maroc contrôle la pauvreté absolue. Mais l’instabilité, la peur du lendemain et les inégalités sont toujours très présentes. Le royaume est le pays le plus inégalitaire d’Afrique du Nord.

Partant de là, le Maroc est appelé à adopter des stratégies de ciblage individuel dans le cadre des programmes de lutte contre la pauvreté pour mieux la cerner afin de bien la combattre. En réalité, la lutte contre la pauvreté au Maroc implique de la mesurer et d’en analyser les causes pour proposer des politiques adéquates et ciblées. En effet, la pauvreté demeure un phénomène très complexe, rendant nécessaire le recours aux approches dites « longitudinales ». Ainsi, il est nécessaire, par exemple, d’analyser les trajectoires individuelles, en l’occurrence l’entrée et la sortie de la pauvreté.

A lire : Plus d’un million de Marocains menacés de pauvreté à cause du coronavirus

Le déclassement est déjà géographique, car le Maroc de la « ville » et le Maroc de la « campagne » continue de se creuser. La pauvreté frappe la plupart des gens dans les zones rurales où près de 60 % de la population se considère pauvre. En ville, le taux tombe à 40 %. Ce sentiment continue de croître dans les zones rurales, mais stagne dans les zones urbaines.

Ainsi, vivre dans un quartier abandonné accentue le sentiment de pauvreté. Par conséquent, le manque d’infrastructures telles que l’accès à l’eau potable, l’assainissement et les voies de communication pointe fortement vers certaines zones, notamment dans la partie est ou sud du pays. A Zagora en 2017 «  Signes de soif  », les habitants réclamaient un meilleur service pour l’accès à l’eau potable, indique le document.

Le régime fiscal impose également la plupart des impôts à la classe moyenne. La moitié de la population ne paie pas d’impôt sur le revenu parce que ses revenus sont trop faibles ou en raison de l’économie informelle. Les entreprises participent rarement aux efforts nationaux. 82 % des recettes de l’impôt sur les sociétés proviennent de seulement 2 % des entreprises. Il y a aussi une taxe foncière qui est quasi inexistante, précise la même source

Mais tout n’est pas perdu. En se fiant aux résultats de l’étude réalisée par l’ONDH, dont les conclusions ont été présentées, le 8 juin, dans le cadre d’un webinaire, il ressort qu’un individu pauvre a plus de chance de sortir de la pauvreté que de le rester (55,7 % contre 43,3 %) et qu’un individu non pauvre a plus de chance de rester non pauvre (86,3 %) que de tomber en pauvreté (13,7 %). Plus encore, les risques d’entrée dans la pauvreté sont particulièrement liés à des situations de non-emploi, à la faiblesse du niveau éducatif ou encore à la composition démographique du ménage, conclut le rapport.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Famille - Etude - Enquête - Développement - Inflation

Aller plus loin

Le rapport sur le développement remis au roi Mohammed VI

Il est finalement disponible. Le rapport général de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a été présenté mardi, au roi Mohammed VI. C’était au cours d’une...

«  Aussi riche que le roi  » ou les formes de domination à l’œuvre au Maroc

La Marocaine Abigail Assor a publié son premier roman intitulé : « Aussi riche que le roi ». Elle dénonce les inégalités au Maroc, les formes de domination, notamment celles des...

La crise sanitaire a aggravé la pauvreté et la vulnérabilité au Maroc

À l’instar de tous les pays, le Maroc a subi les effets de la crise du coronavirus, avec de graves conséquences sur la vie des hommes et des entreprises, aggravant sur tout le...

Le taux de pauvreté absolu recule au Maroc

En 2019, le taux de pauvreté absolu s’établissait à 1,2 % au Maroc, avec l’amélioration globale du niveau de vie des Marocains, en particulier en milieu urbain. C’est ce que...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Maroc : bonne nouvelle pour les salariés

Le projet de décret concernant une révision du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du salaire minimum agricole garantie (SMAG) a été validé par le conseil de gouvernement.

Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation...

Les Marocains paieront plus cher la bonbonne de gaz

Comme décidé par le gouvernement, le prix de la bonbonne de gaz va augmenter dès l’année prochaine. Celle-ci devrait se poursuivre les années suivantes.

Zara, Bershka : pourquoi les prix au Maroc sont plus chers qu’en Europe ?

Les prix pratiqués par les grandes enseignes au Maroc font encore polémique. Il n’est pas rare de trouver des vêtements avec des prix supérieurs de 50 ou 70 % dans les grands magasins au Maroc, par rapport à certains pays européens.

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan (HCP), l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 8,9 % au...

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Très cher Aid al adha pour les Marocains

L’augmentation continue du prix de la viande au Maroc affecte le coût du sacrifice de l’Aïd Al-Adha pour de nombreux ménages marocains.