Plusieurs « raqi » accusés de viol au Maroc

26 janvier 2023 - 15h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

La justice marocaine est régulièrement saisie des cas de viol commis par des « raqi » sur leurs clientes. Plusieurs de ces charlatans se sont retrouvés en prison après que leurs victimes ont porté plainte. Voici le rappel de l’affaire du charlatan de Tanger.

Le cas le plus récent eu lieu à Tanger il y a deux semaines. Deux sœurs ont été victimes du même charlatan qui pratique la « médecine prophétique » et l’ont découvert bien plus tard. Ce « raqi » les droguait et les violait quand elles perdaient connaissance. Les deux sœurs ont aussi découvert qu’elles ne sont pas les seules victimes du charlatan violeur et ont donc décidé de porter plainte contre lui pour éviter à d’autres femmes de tomber dans son piège, fait savoir le quotidien Assabah.

À lire : Tanger : les victimes du « raqi » accusé d’exploitation sexuelle se multiplient

Un autre cas a été enregistré à Berkane, où un « raqi » a été arrêté après avoir été roué de coups par les frères d’une femme qu’il aurait violée. Le métier de « raqi » attire de plus en plus les escrocs qui n’hésitent pas à abuser des femmes qui les consultent. Aucune formation particulière, ni une quelconque autorisation d’exercer n’est requise pour se lancer dans cette affaire qui semble rapporter beaucoup d’argent.

À lire : Maroc : un « raqi » obsédé sexuel devant la justice

Un jeune casablancais accro à la drogue, s’est rapproché d’un « raqi » de son quartier pour soigner son addiction. Mais constatant l’argent qu’empochait facilement ce dernier, ainsi que les belles femmes qui venaient consulter, il a décidé de se lancer dans l’aventure. Rapidement, il aménage un local, apprend quelques versets, change son look et le tour est joué. Il s’autoproclame « raqi » et a commencé à recevoir en consultation de nombreuses femmes dont certaines l’accusent déjà de viol.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Droits et Justice - Tanger - Berkane - Violences et agressions

Aller plus loin

Maroc : un « raqi » obsédé sexuel devant la justice

Un « raqi » de la localité de Ksar El Kébir, dans la province de Larache, obsédé sexuel, faisait subir des violences sexuelles à sa jeune femme.

Un « raqi » escroc et tortionnaire arrêté à Skhirat

La gendarmerie de Skhirat a arrêté un “raqi” et ses deux complices suite à une plainte pour tortures et d’escroquerie déposée contre eux par une femme et sa fille.

Tanger : les victimes du « raqi » accusé d’exploitation sexuelle se multiplient

L’enquête menée par la police de Tanger suite au dépôt d’une plainte pour agression sexuelle contre un « raqi » a révélé de nouvelles victimes. Ce dernier accueillait des femmes...

Maroc : la famille d’une adolescente violée dénonce les peines légères contre les auteurs

La famille de Fatima Zahra, une adolescente marocaine de 15 ans, originaire de Tata et victime d’un viol collectif, dénonce les peines insignifiantes d’un an de prison...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ali B : un nouvel abum pour faire oublier ses ennuis judiciaires

Après avoir été éclaboussé par une affaire d’agressions sexuelles sur des candidates de l’émission The Voice of Holland, le rappeur néerlandais d’origine marocaine Ali B préparerait son retour sur la scène musicale. Il serait sur le point de sortir un...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.