La fille qui ne joue plus : les violeurs presque impunis au Maroc

8 avril 2023 - 18h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Une fille marocaine de 11 ans, violée à plusieurs reprises par trois hommes il y a deux ans, est tombée enceinte après cette agression et a accouché. Son père a porté plainte et les auteurs de ce crime ont été arrêtés et condamnés récemment à des peines d’un an et demi à deux ans de prison. Des peines insignifiantes qui ont suscité l’indignation dans le royaume.

Karim A. (36 ans), son neveu Youssef Z. (22 ans) et Abdelouahed B. (29 ans) sont les trois prévenus qui ont été condamnés pour l’agression sexuelle sur la mineure âgée de 11 ans au moment des faits. Pourtant, selon le Code pénal marocain, le crime de viol est puni d’une peine de cinq à dix ans de prison, de 10 à 20 ans de prison si la victime est mineure et jusqu’à 30 ans si elle perd sa virginité. Sanae se retrouve dans le dernier cas et ses agresseurs devraient écoper de 30 ans de prison, mais le tribunal de Rabat a trouvé trois circonstances atténuantes et réduit la peine des accusés, rapporte EFE.

La mineure, qui a donné naissance à un garçon il y a un an, vit avec ses parents et sa grand-mère dans une région à l’est de Rabat. La famille cultive des hectares de pommes de terre, de citrouilles et de céréales. « Quarante jours après la mort de mon père, je suis allé au marché et un homme m’a raconté l’histoire. J’ai eu le vertige, je ne savais pas quoi dire », confie Mohamed, le père de la fillette. Karim et Youssef, oncle et neveu, habitent à 30 mètres de la maison de la mineure et l’ont vu grandir, poursuit Mohamed. Le troisième agresseur, lui, habite à 400 mètres de là.

À lire : Maroc : nouveau rebondissement dans l’affaire dite viol de la fillette de 11 ans

Depuis deux ans, la mineure n’est plus la même. « Elle ne sait pas si elle est une fille ou une adulte. Elle ne veut pas jouer avec ses frères. Et ça s’est aggravé depuis la condamnation, qui va être réexaminée par la cour d’appel à Rabat », souligné Mohamed qui compte aller jusqu’au bout pour obtenir justice pour le viol de sa fille. Le ministre de la Justice, Abdelatif Ouahbi, a promis des peines plus sévères concernant le cas de la fillette. Mais le problème est plus profond, souligne Loubna Rais, membre du groupe féministe Masakatch (Je ne me tais pas en français).

La militante dénonce une « culture du viol », une « banalisation » des violences subies par les femmes et les filles et une « minimisation » de leurs souffrances. « Si les sanctions étaient appliquées comme le prévoit la loi, ce serait déjà un exploit », plaide-t-elle. Selon une étude réalisée en 2020 par ce mouvement, sur 1 169 affaires devant 21 tribunaux de première instance du Maroc, 80 % des personnes reconnues coupables de viol écopent d’une peine de moins de cinq ans, de trois ans et un mois en moyenne.

Sujets associés : Droits et Justice - Enfant - Sexualité - Code pénal marocain - Violences et agressions

Aller plus loin

Plusieurs « raqi » accusés de viol au Maroc

La justice marocaine est régulièrement saisie des cas de viol commis par des « raqi » sur leurs clientes. Plusieurs de ces charlatans se sont retrouvés en prison après que leurs...

Maroc : nouveau rebondissement dans l’affaire dite viol de la fillette de 11 ans

Les trois accusés du viol d’une fillette de 11 ans condamnés à deux ans de prison ferme devront être bientôt jugées en appel. Le verdict rendu par le tribunal de Rabat est jugé...

Maroc : un parlementaire risque la prison pour viols sur mineure

Un député membre du Rassemblement national des indépendants (RNI) et président de commune a été auditionné et cité à comparaître le 22 février prochain pour une affaire...

Affaire de viol sur mineur à Tiflet : le procès des trois accusés reporté au 13 avril

Le procès en appel des trois individus accusés d’avoir violé une enfant de 11 ans à Tiflet, qui devait se tenir jeudi, a été renvoyé au jeudi 13 avril suite à la demande...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Catalogne : un Algérien suspecté d’agression violente d’un Marocain arrêté

L’homme d’origine algérienne qui a violemment agressé un ressortissant marocain cette semaine dans le nord de l’Espagne a finalement été arrêté par la police. Un avis de recherche avait été émis le qualifiant d’individu « très dangereux ».

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...