Maroc : nouveau rebondissement dans l’affaire dite viol de la fillette de 11 ans

3 avril 2023 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les trois accusés du viol d’une fillette de 11 ans condamnés à deux ans de prison ferme devront être bientôt jugées en appel. Le verdict rendu par le tribunal de Rabat est jugé « clément » par la société civile, en l’occurrence Soumaya Naamane Guessous, sociologue, écrivaine et professeur universitaire, qui a, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, appelé à rendre justice à la petite ainsi qu’à sa famille.

Alors qu’ils croyaient se tirer d’affaires après le verdict rendu par le tribunal de première instance de Rabat, les trois hommes accusés du viol de la fillette de Tiflet devront répondre de leur crime devant la Cour d’appel. Face à la polémique et l’indignation soulevées par verdict prononcé, le 20 mars, le parquet a décidé de faire appel, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar. La Chambre criminelle devrait se pencher sur cette affaire dans les tout prochains jours.

À lire :La cour d’appel de Marrakech exige la comparution d’un accusé de viol en fuite

La victime réside dans un douar près de Tifelt. Trois hommes de son voisinage, âgés de 25, 32 et 37 ans l’avait violée à plusieurs reprises en absence de ses parents. Suite à ce viol, elle est tombée enceinte. Aujourd’hui, elle est âgée de 12 ans et a donné naissance à un enfant. Son affaire a été portée devant le tribunal de première instance de Rabat. Les violeurs ont été tous reconnus coupables. L’un des trois prévenus a écopé d’une peine de deux ans de prison ferme et d’une amende de 30 000 DH. Les deux autres ont, eux, été condamnés à 2 ans de prison dont 18 mois ferme, ainsi qu’à une amende de 20 000 DH. Un verdict jugé “scandaleux”, “clément” par la société civile pour les violeurs, et “injuste” envers la victime.

À lire :Espagne : un homme arrêté pour avoir exploité et violé une Marocaine

Avec ce nouveau rebondissement, la société civile s’attend à ce que les peines des condamnés soient revues à la hausse comme ce fut le cas d’un Espagnol qui avait vu sa peine passer de 3 ans à 8 ans de prison pour des faits similaires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Prison - Abdellatif Ouahbi - Violences et agressions

Aller plus loin

La fille qui ne joue plus : les violeurs presque impunis au Maroc

Une fille marocaine de 11 ans, violée à plusieurs reprises par trois hommes il y a deux ans, est tombée enceinte après cette agression et a accouché. Son père a porté plainte et...

Affaire de viol sur mineur à Tiflet : le procès des trois accusés reporté au 13 avril

Le procès en appel des trois individus accusés d’avoir violé une enfant de 11 ans à Tiflet, qui devait se tenir jeudi, a été renvoyé au jeudi 13 avril suite à la demande...

Accusé de viols sur mineures, Jacques Bouthier remis en liberté conditionnelle

Alors que la chambre criminelle de Tanger a décidé de juger les huit personnes impliquées au Maroc dans l’affaire Jacques Bouthier, l’ex-PDG du groupe Assu 2000 arrêté et mis en...

Maroc : la famille d’une adolescente violée dénonce les peines légères contre les auteurs

La famille de Fatima Zahra, une adolescente marocaine de 15 ans, originaire de Tata et victime d’un viol collectif, dénonce les peines insignifiantes d’un an de prison...

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Violences faites aux hommes : les Arabes brisent le silence

Dans les pays arabes, les hommes victimes de violences conjugales commencent à briser le silence. Au Maroc, on dénombre environ 24 000 cas et les chiffres sont sans doute sous-estimés.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...