Maroc : nouveau rebondissement dans l’affaire dite viol de la fillette de 11 ans

3 avril 2023 - 18h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les trois accusés du viol d’une fillette de 11 ans condamnés à deux ans de prison ferme devront être bientôt jugées en appel. Le verdict rendu par le tribunal de Rabat est jugé « clément » par la société civile, en l’occurrence Soumaya Naamane Guessous, sociologue, écrivaine et professeur universitaire, qui a, dans une lettre ouverte adressée au ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, appelé à rendre justice à la petite ainsi qu’à sa famille.

Alors qu’ils croyaient se tirer d’affaires après le verdict rendu par le tribunal de première instance de Rabat, les trois hommes accusés du viol de la fillette de Tiflet devront répondre de leur crime devant la Cour d’appel. Face à la polémique et l’indignation soulevées par verdict prononcé, le 20 mars, le parquet a décidé de faire appel, fait savoir le quotidien arabophone Al Akhbar. La Chambre criminelle devrait se pencher sur cette affaire dans les tout prochains jours.

À lire :La cour d’appel de Marrakech exige la comparution d’un accusé de viol en fuite

La victime réside dans un douar près de Tifelt. Trois hommes de son voisinage, âgés de 25, 32 et 37 ans l’avait violée à plusieurs reprises en absence de ses parents. Suite à ce viol, elle est tombée enceinte. Aujourd’hui, elle est âgée de 12 ans et a donné naissance à un enfant. Son affaire a été portée devant le tribunal de première instance de Rabat. Les violeurs ont été tous reconnus coupables. L’un des trois prévenus a écopé d’une peine de deux ans de prison ferme et d’une amende de 30 000 DH. Les deux autres ont, eux, été condamnés à 2 ans de prison dont 18 mois ferme, ainsi qu’à une amende de 20 000 DH. Un verdict jugé “scandaleux”, “clément” par la société civile pour les violeurs, et “injuste” envers la victime.

À lire :Espagne : un homme arrêté pour avoir exploité et violé une Marocaine

Avec ce nouveau rebondissement, la société civile s’attend à ce que les peines des condamnés soient revues à la hausse comme ce fut le cas d’un Espagnol qui avait vu sa peine passer de 3 ans à 8 ans de prison pour des faits similaires.

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Prison - Abdellatif Ouahbi - Violences et agressions

Aller plus loin

La cour d’appel de Marrakech exige la comparution d’un accusé de viol en fuite

Mis en accusation pour viol sur une adolescente de 14 ans en 2020, Abderrahmane Mohamed Samran Al-Azmi, un ressortissant koweïtien de 24 ans à l’époque des faits, avait été...

Maroc : un parlementaire risque la prison pour viols sur mineure

Un député membre du Rassemblement national des indépendants (RNI) et président de commune a été auditionné et cité à comparaître le 22 février prochain pour une affaire...

Justice pour Sanae : la Cour d’appel de Rabat durcit les peines des agresseurs

Les trois accusés du viol de la petite Sanae qui avait 11 ans au moment des faits ont vu leurs peines alourdies par la Cour d’appel de Rabat. Une satisfaction pour la société...

Affaire de viol sur mineur à Tiflet : le procès des trois accusés reporté au 13 avril

Le procès en appel des trois individus accusés d’avoir violé une enfant de 11 ans à Tiflet, qui devait se tenir jeudi, a été renvoyé au jeudi 13 avril suite à la demande...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohamed Ihattaren rattrapé par la justice

Selon un média néerlandais, Mohamed Ihattaren aurait des démêlés avec la justice. Le joueur d’origine marocaine serait poursuivi pour agression et tentative d’incitation à la menace.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Un ancien joueur marocain condamné pour viol sur sa fille

L’ancien joueur néerlandais d’origine marocaine, Tarik Oulida, a été condamné par le tribunal de Marbella (Malaga) à deux ans et demi de prison pour abus sexuels sur sa fille.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.