Maroc : des médicaments contre l’infertilité remboursés

7 janvier 2021 - 02h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

La Société marocaine de médecine de reproduction et de Médecine Fœtale (SMMR) se réjouit de la décision prise par le ministère de la Santé d’intégrer certaines classes thérapeutiques indiquées dans le traitement de l’infertilité à la liste des médicaments soumis au remboursement, dans le cadre de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO)

Publiée dans le Bulletin Officiel du 24 décembre 2020/N6946, cette liste de médicaments permettra un accès plus facile aux soins pour de nombreux patients. Environ 1,75 million de personnes sont concernés par cette décision. Selon le Pr Omar Sefrioui, gynécologue-président de la SMMR, il s’agit d’une décision majeure qui va donner un autre visage à la prise en charge de l’infertilité au Maroc.

Le coût du traitement est très élevé et ne laisse pas trop de chances aux couples dans le besoin. Certains vont jusqu’à abandonner leur désir d’avoir une descendance, faute de moyens. Bien de couples ont volé en éclat ne pouvant faire face aux soucis d’ordre familial, social ou psychique qui ont découlé d’une vie sans enfants. Pour le président de la SMMR, « c’est une première victoire d’un combat de longue haleine mené par la SMMR et toutes sociétés savantes impliquées dans ce domaine ainsi que les associations de soutien aux couples infertiles ».

Cette initiative est une suite logique de la loi 47-14 régissant la Procréation médicalement assistée (PMA), qui reconnait l’infertilité comme une pathologie. La SMMR ne compte pas s’arrêter à cette victoire. Elle est déterminée à poursuivre cette lutte pour aboutir à une démocratisation de la PMA. D’ailleurs, de nombreux cycles de formation, ont été organisés, via la plate-forme digitale de la SMMR : Insémination, fécondation in vitro, diagnostic prénatal, médication.

Actuellement le secteur est très impacté par la crise sanitaire. De nombreux couples ont rangé leur projet de procréation à cause du confinement, alors que le temps est un facteur clé dans la prise en charge de l’infertilité. Malheureusement avec la crise, plusieurs centres ont essuyé de grosses pertes, d’autres ont carrément déclaré faillite, alors qu’il s’agit de très importants investissements.

Selon une enquête de la SMMR, 11.8 % des couples marocains ont du mal à concevoir soit plus de 850 000 couples. C’est en cela que le président de la SMMR a réaffirmé que cette décision représente une avancée considérable dans la prise en charge de l’infertilité et de la procréation médicalement assistée.

Sujets associés : Régularisation - Ministère de la Santé

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : nouvelle baisse de prix de plus de 100 médicaments

Une nouvelle décision relative à la baisse de prix de plus d’une centaine de médicaments, prise conjointement par le ministère de la Santé et les opérateurs pharmaceutiques, vient...

Maroc : 15 % des couples marocains souffrent d’infertilité

L’infertilité touche quelque 15 % des couples marocains, en hausse continue depuis plusieurs années. Les experts en donnent aujourd’hui les...

Forte baisse du taux de fécondité chez les Marocaines

« La femme marocaine en chiffres : 20 ans de progrès ». C’est le titre de la nouvelle version du rapport annuel sur la condition féminine au Maroc, publié vendredi par le...

Le Maroc baisse le prix de 70 médicaments

Le ministère de la Santé a publié une nouvelle liste des médicaments dont les prix vont baisser. Au total, 70 médicaments sont concernés.

Nous vous recommandons

Régularisation

Covid-19 : reprise imminente de la campagne de vaccination au Maroc

Après quelques jours de pause, la campagne de vaccination contre le Covid-19, qui souffrait d’un manque de vaccins, pourra redémarrer. Plusieurs millions de vaccins sont attendus et les autorités sanitaires ont commencé à recueillir auprès de ceux qui...

Le CESE s’intéresse aux souks hebdomadaires au Maroc

Le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) s’est intéressé au mode de fonctionnement et à la vie dans les souks hebdomadaires. Ces marchés sont des espaces vitaux qui contribuent au développement des communes du Royaume, même s’ils souffrent...

Le Consulat du Maroc à Milan part en guerre contre les intermédiaires

Les intermédiaires ont pris d’assaut les consulats en Italie, depuis l’annonce du gouvernement italien de régulariser la situation des sans-papiers. Le Consul marocain à Milan, excédé par ces pratiques, envisage sérieusement de mettre fin à ces...

Maroc : un cadeau de la part des services des impôts

Initialement prévue pour s’achever le 30 juin, l’opération de la régularisation volontaire de la situation fiscale du contribuable, lancée en janvier dernier, est prolongée jusqu’au 31 août.

Un électrochoc pour ressusciter la boxe marocaine

Après les piètres prestations des boxeurs marocains aux JO de Tokyo, la dissolution de la direction technique nationale de la Fédération royale marocaine de boxe (FRMB) et les critiques qui pleuvent sur cette discipline, il est urgent de mettre en place...

Ministère de la Santé

Maroc : se dirige-t-on vers la fabrication locale du vaccin anti-Covid-19 ?

À un mois du début de la campagne de vaccination au Maroc, la question de la production locale du vaccin anti-Covid-19 est plus que d’actualité. Un laboratoire pharmaceutique marocain serait déjà entré en...

Maroc : colère du corps médical après l’annulation des congés

Quelques heures après la décision du ministre marocain de la Santé, Khalid Aït Taleb, d’annuler les congés du corps médical, la colère est déjà perceptible. Ainsi, des manifestations ont été lancées dans les hôpitaux et les centres de santé du...

Maroc : voici les régions les plus touchées par le Sida

Près de 22 000 personnes vivent avec le VIH au Maroc sans le savoir, soit 22% des séropositifs marocains, indique l’Association de lutte contre le Sida (ALCS).

Les Marocains devraient être confinés de 19h à 5h durant le ramadan

Pour faire face à la propagation ces deux dernières semaines des cas de contamination du Covid-19, le gouvernement envisage un confinement nocturne strict lors du mois de ramadan en décrétant un couvre-feu sanitaire allant de 19h00 à 05h00 du...

Le Maroc va continuer à utiliser le vaccin AstraZeneca

Alors que plusieurs pays européens comme la France, l’Allemagne et l’Italie ont suspendu l’utilisation du vaccin britannique AstraZeneca, le Maroc a décidé de continuer à l’utiliser dans les campagnes de vaccination à l’échelle nationale. Telle est la...