Maroc : des disparités dans la reprise économique des régions

29 octobre 2021 - 11h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Les répercussions économiques de la pandémie du Covid-19 ont été de différentes intensités selon les régions marocaines. Voici celles qui ont tiré leur épingle du jeu et celles qui ont sombré.

Saluée par toutes les institutions financières internationales, la résilience de l’économie marocaine a eu des effets positifs sur toutes les régions, fait savoir Aujourd’hui Le Maroc, qui note néanmoins des disparités régionales en matière de développement socio-économique.

Se référant au rapport économique et financier accompagnant le projet de loi de Finances 2022, le journal indique que « les perspectives de croissance des régions restent en effet tributaires du degré de diversification du tissu productif local, de son insertion dans les chaînes de valeur mondiales ou encore du niveau de dépendance de chaque région des secteurs qui tardent à se relever des effets de la crise, notamment le tourisme et le transport ».

À cet effet, le rapport note dans le classement des régions qui se sont mieux portées après la crise en 2021, que la région de Drâa-Tafilalet arrive en tête des territoires, portée essentiellement par le secteur de l’immobilier, la location ainsi que les services rendus aux entreprises à concurrence de 2,7 %, soit 742 millions de dirhams d’un total de 1,74 milliard de dirhams.

A lire : Maroc : quelles sont les régions créant le plus de richesses ?

Ensuite, se positionne la région de Rabat-Salé-Kénitra tirée à hauteur de 1,9 % par le secteur immobilier, la location et services rendus aux entreprises ainsi que de 1,7 % par l’administration publique et sécurité sociale.

Le reste du classement est occupé respectivement par les régions de Guelmim-Oued Noun tirée principalement par les secteurs de l’administration publique et sécurité sociale (3,5 %) et de l’éducation, santé et action sociale (1,4 %)  », Casablanca-Settat, portée par les secteurs des industries alimentaires et tabac à concurrence de 2,4 %, au secteur de l’administration publique et sécurité sociale (1 %) et à l’immobilier, location et services rendus aux entreprises (0,08 %), et enfin l’Oriental qui espère une récupération qui dépasserait la valeur ajoutée observée en 2019 (2,1 %). L’administration publique et sécurité sociale ressort parmi les premiers secteurs contributeurs à cette dynamique (1,3 %), suivie de l’éducation, la santé et l’action sociale (1,1 %)  », poursuit la DEPF.

Par ailleurs, le rapport précise que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima continuerait de subir les effets négatifs de la crise sanitaire, et afficherait ainsi une récupération partielle du niveau post-crise. Notons que la région enregistrerait une perte de 2,3 % de sa valeur ajoutée par rapport à 2019, un repli tiré par le secteur des industries mécaniques, métallurgiques et électriques (−2 %), les hôtels et restaurants (−1,8 %), le commerce (−1,1 %) et le transport (−0,8 %).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Ministère de l’Economie et des Finances - Loi de finances (PLF 2024 Maroc) - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : quelles sont les régions créant le plus de richesses ?

Les comptes régionaux pour 2019 sont désormais disponibles. Le Grand Casablanca, Rabat-Salé-Kénitra et Tanger-Tétouan-Al Hoceima sont les trois régions qui contribuent à plus de...

Chômage : voici la région la plus touchée au Maroc

La région la plus affectée par le chômage au Maroc est l’Oriental. Ce phénomène est causé par « la sécheresse ainsi que les répercussions économiques de la crise sanitaire.

Voici les plus grandes régions économiques du Maroc

L’analyse des comptes régionaux de l’année 2019 a révélé que la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima (TTA), a conservé sa place parmi les régions leaders de la croissance, avec un...

Covid-19 au Maroc : plusieurs régions touchées par le variant britannique

Malgré les mesures de précaution prises par les autorités marocaines, le dispositif de veille génomique du SARS-CoV2 a détecté la circulation du variant Britannique et sa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Le PLF 2023 adopté par le conseil de gouvernement

Au lendemain du conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI, le conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat et a procédé à l’adoption du projet de loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 et les textes l’accompagnant.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Maroc : les recettes touristiques explosent

Les recettes touristiques se sont élevées à quelque 36,7 milliards de dirhams à fin juillet dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 179,1 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.