Sahara : un changement de position de l’Espagne fin juillet ?

13 juin 2023 - 14h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La politique étrangère de l’Espagne envers le Maroc, notamment sa position sur le Sahara, pourrait changer après les élections du 23 juillet. Le royaume suit de près ces élections anticipées qui pourraient conduire à un changement de gouvernement avec l’arrivée du Parti populaire (PP) à la Moncloa.

Si le Parti populaire (PP) remporte les élections anticipées du 23 juillet, il travaillera avant tout à « rétablir » la position de l’Espagne en Afrique du Nord. « L’Espagne a toujours eu une relation très particulière et privilégiée avec le Maroc, mais cela n’a jamais posé de problème avec l’Algérie. Et en ce moment, nous devons retrouver une position en Afrique du Nord qui nous permette de jouer le rôle que nous jouons traditionnellement », a déclaré dans un entretien à El Independiente, Esteban González Pons, secrétaire général adjoint aux affaires institutionnelles et internationales du PP depuis 2014.

À lire : L’Algérie attend un changement à la Moncloa pour reprendre ses relations avec l’Espagne

Avec son changement de position sur le Sahara en faveur du Maroc, l’Espagne a ouvert une crise avec l’Algérie, alliée du Polisario dans ce conflit. Une crise que devra dénouer le prochain gouvernement. « José Manuel Albares a été un grand ministre des Affaires étrangères du Maroc », ironise González Pons. Le président du PP, Alberto Núñez Feijóo, a déjà annoncé qu’il rétablirait les relations avec l’Algérie s’il prenait le pouvoir. La suspension par l’Algérie des échanges commerciaux entre les deux pays, après le changement de position sur le Sahara en mars 2022, a créé plus d’un milliard d’euros de pertes pour les entreprises espagnoles, indique-t-on.

À lire : Sahara : le président du Parti populaire promet de faire volte-face

« L’Espagne joue un rôle dans l’axe Algérie-Maroc et doit le jouer à nouveau. Et nos bonnes relations avec l’Algérie ne doivent en aucun cas occulter ou entraver notre amitié fraternelle avec le Maroc », détaille González Pons. Des sources proches du régime algérien préviennent que ce dernier pourrait exiger un revirement de la position sur le Sahara avant toute reprise des relations. « Il est possible de revenir à la position traditionnellement maintenue par l’Espagne dans laquelle la fraternité avec le Maroc n’a pas empêché les bonnes relations avec l’Algérie », insiste González Pons, ajoutant que sur cette question, « le PP restera dans le cadre des résolutions des Nations unies ».

À lire : Le Parti populaire espagnol change de cap sur sa politique étrangère envers le Maroc

Concernant les revendications du Maroc sur Sebta et Melilla, Gonzales Pons affirme qu’aux yeux de la communauté internationale, les deux présides « font partie de l’Espagne, comme n’importe quelle autre province, et que l’Espagne va les défendre dans toutes les instances ». Le responsable du PP estime par ailleurs que le piratage des téléphones de Pedro Sanchez à l’aide de Pegasus, a un lien avec le changement de position sur le Sahara. « Je ne dis pas que c’était le Maroc, mais le président s’est fait voler près de trois gigaoctets de son mobile, selon le Centre national de cryptologie… », rappelle-t-il, assurant que son parti cherchera à faire la lumière sur cette affaire s’il prend le pouvoir.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Algérie - Diplomatie - Elections - Sahara Marocain

Aller plus loin

L’Algérie attend un changement à la Moncloa pour reprendre ses relations avec l’Espagne

L’Algérie ne veut plus négocier avec le gouvernement de Pedro Sanchez. Les autorités algériennes attendent la tenue des élections législatives anticipées du 23 juillet en...

Sahara : changement de position de l’Espagne, et après ?

Le changement de position de l’Espagne sur le Sahara sonne certes la fin de la crise avec le Maroc, mais pas du conflit au Sahara, encore moins de la crise entre l’Algérie et le...

Le Parti populaire espagnol change de cap sur sa politique étrangère envers le Maroc

Le Parti populaire (PP), dont le leader Alberto Núñez Feijóo pourrait être le prochain locataire de la Moncloa, change de posture vis-à-vis du Maroc. Désormais, l’actuel parti...

Sahara : le président du Parti populaire promet de faire volte-face

Le président du Parti populaire (PP), Alberto Núñez Feijóo, a rencontré le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, à Rotterdam aux Pays-Bas, en marge du Congrès du Parti...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc déploie de grands moyens pour surveiller ses frontières

Le Maroc mobilise d’importantes ressources matérielles et humaines pour contrôler et surveiller ses frontières terrestres longues de 3 300 km et maritimes sur une distance de 3 500 km en plus de l’espace aérien.

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Comment les drones marocains ont changé les règles du jeu face au Polisario

Depuis la rupture du cessez-le-feu le 13 novembre 2020, le Maroc utilise des drones pour contrer les attaques du Polisario.

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le Maroc menace d’occuper le reste du Sahara

L’ambassadeur du Maroc aux Nations-Unies, Omar Hilale, a laissé entendre que le Maroc pourrait récupérer la partie du Sahara située à l’est du mur de séparation.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.