Scandale à Fès : Député, élus et fonctionnaires impliqués dans une énorme fraude

2 octobre 2023 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

À Fès, un député, des élus et des fonctionnaires se retrouvent dans le collimateur de la justice, pour fraude dans une vente aux enchères de voitures saisies à la fourrière municipale après des révélations au procureur général du roi près la cour d’appel de la ville.

Tout est parti d’une plainte du wali de la région de Fès-Meknès concernant des soupçons de fraude dans une vente aux enchères de voitures saisies à la fourrière municipale. Dans sa plainte, la commune de Fès a fait savoir qu’elle avait procédé, le jeudi 28 juillet dernier, à une opération de vente de 130 voitures saisies et mises à la fourrière, devenues inutilisables et inaptes à la circulation – destinées à la casse – et que la mise aux enchères a été adjugée au dénommé A.F. A., l’unique soumissionnaire ayant participé à cette opération, rapporte le quotidien arabophone Al Akhbar.

À lire : Un député marocain en prison pour crimes financiers

Mais il a été constaté que plusieurs voitures figurant dans la liste des acquisitions « ont fait l’objet de légalisation de signatures » dans la commune de la part de A.F. A. Par la suite, ces voitures sont revendues et remises à la circulation, à travers des formulaires portant la signature du troisième vice-président du conseil de la commune de Fès, le député de l’USFP Abdelkader Boussairi. Les autres complices seraient plusieurs responsables, des élus de la commune et de fonctionnaires du centre d’immatriculation des véhicules.

À lire :Corruption au Maroc : 8 ans de prison pour le député Rachid El Fayek

La commune de Fès a alors décidé de porter l’affaire devant la justice. Après transmission de plusieurs documents attestant des cas de fraude dans ce marché par le wali de la région de Fès-Meknès au procureur général du roi, le substitut de celui-ci chargé des crimes financiers a instruit la Brigade régionale de la police judiciaire à l’effet d’ouvrir une enquête. D’ores et déjà, plusieurs ordinateurs et documents notamment des formulaires pour l’obtention de cartes grises portant la signature de l’élu de l’USFP Abdelkader Boussairi ont été saisis.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fès - Droits et Justice - Enquête

Aller plus loin

Un député marocain en prison pour crimes financiers

La chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca chargée des crimes financiers a rendu son verdict dans l’affaire de dilapidation et de détournement de fonds publics...

Corruption : scandale à Moulay Yacoub

Le conseil provincial de Moulay Yacoub, localité connue pour sa station thermale, située près de Fès, est secoué par un scandale financier. Son président Jawad Al-Dawahi est...

Maroc : le député de Nador condamné à cinq ans de prison

Le député de Nador, Mohamed Aberchane, membre de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), a été condamné mercredi par la chambre criminelle chargée des crimes financiers...

Corruption au Maroc : un ancien député condamné à 9 ans de prison

L’ancien député et maire de Had Soualem, Zine El Abidine El Howass, surnommé « Moul 17 milliards », a vu sa peine initiale de 7 ans de prison s’alourdir à 9 ans en appel en...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.