De scooters électriques assemblés au Maroc

14 janvier 2022 - 05h20 - Economie - Ecrit par : A.T

La société e-Move Véhicules Company commercialise des motos électriques entièrement assemblées au Maroc. La batterie d’une autonomie de 70 km à 140 km selon modèle, peut être rechargée à partir d’une prise de courant normal. Pas de bruit, ni de fumée, ni d’entretien… les avantages sont multiples.

Il s’agit des motos de marque « E-Move », dont les premiers points de ventes sont ouverts à Fès, rapporte L’Économiste, ajoutant que les prix sont compris entre 4 500 DH et 10 000 DH pour les scooters. Le coût de l’assurance est d’environ 500 DH par an pour toute la gamme.

Ces cyclomoteurs sont entièrement montés dans une usine industrielle implantée sur un terrain de 6 ha à Berrechid, montée avec un capital 100 % marocain, précise le journal.

Selon Abdelaziz Alazrak, président de la société, filiale de la holding Azzahra, l’investissement est handicapé par la rareté des ressources humaines qualifiées. Une des solutions envisagées consiste à recruter parmi les lauréats de l’Institut de formation aux métiers de l’automobile (Ifmia).

A lire : Voilà le scooter marocain 100% électrique

« Notre démarche s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de développement durable dont les recommandations portent sur la recherche de moyens de transport à la portée des citoyens. Ainsi, les motos que nous fabriquons ciblent notamment les lycéens et les étudiants. Grâce à leur prix accessible, ils contribueront au désenclavement des régions reculées et dépourvues de moyens de transport en commun », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter « nous avons une capacité installée d’une centaine d’unités par jour. Mais pour une phase de démarrage, la production varie autour d’une quarantaine par jour. Nous employons une trentaine de salariés, dont des ingénieurs et des techniciens et nous comptons passer à une centaine avant fin 2022 »

Le responsable a rassuré de la certification de ces engins, indiquant que les motos e-Move ont fait l’objet d’une homologation auprès du CNEH et du laboratoire d’accréditation européen Idiada sur la base des recommandations européennes et onusiennes. Ce qui ouvre la voie à l’export. Après Fès, l’usine e-Move est en discussion avec d’autres revendeurs, notamment à Casablanca, Agadir, Beni Mellal, Meknès, Taza…

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Fès - Industrie

Aller plus loin

Des motos électriques (presque) "made in Maroc"

Les Marocains pourront à l’avenir "rouler propre" en moto. Des motos électriques, d’une autonomie de 80 km et dotées de pièces importées de Hong Kong, sont depuis peu assemblées...

Maroc : les autorités durcissent le ton face aux motos légères, les propriétaires protestent

Dès demain 1er juillet, deux lois importantes vont entrer en vigueur au Maroc. C’est d’abord officiellement le début de la fin pour les sacs plastique, mais c’est aussi...

Une usine de vélos-taxis électriques et solaires prévue à Tanger

Un nouvel investissement dans le domaine du transport vient d’être annoncé à Tanger. Il s’agit de la société International Bike Manufacture (IBMA) qui va construire une usine...

Voilà le scooter marocain 100% électrique

Le premier scooter 100% électrique, LIPO, est lancé au Maroc par Obamotors, le spécialiste marocain des technologies de mobilité urbaine. Cette firme marocaine, qui a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un nouveau géant de la production de batteries ?

Le scientifique marocain Rachid Yazami, inventeur de l’anode graphite pour les batteries au lithium, se dit persuadé que le Maroc peut devenir un producteur majeur de batteries lithium-ion.

Le Palace de La Mamounia change de mains

Le géant mondial du phosphate, OCP, est devenu l’actionnaire majoritaire de l’hôtel La Mamounia à la suite de la cession par l’État de sa part dans l’établissement. Cette opération s’inscrit dans le cadre de la politique de désinvestissement des actifs...

Maroc : investissements publics records en 2024

L’investissement public au Maroc devrait s’élever à 335 milliards de dirhams (MMDH) l’année prochaine, d’après la note de présentation du Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un effort qui contribuera à améliorer les conditions de vie des populations.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

Sortie imminente du premier véhicule militaire 100% marocain

Les choses se précisent pour la sortie du premier véhicule blindé 100 % marocain destiné aux Forces armées royales (FAR). Rendez-vous à la 5ᵉ édition des Journées de l’industrie, Industry Meeting Days.

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Un avion « made in Morocco » d’ici 2030

Le Maroc affiche de grandes ambitions concernant le secteur de l’industrie aéronautique. Il compte fabriquer son propre avion.