« La société espagnole doit commencer à accepter les noms étrangers »

1er février 2023 - 12h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’auteur d’origine marocaine Youssef El Maimouni vient de publier son deuxième roman, « Nadie salva a las rosas » (Éditorial Roca), de ce qu’il appelle la « Trilogie de la discrimination ».

Dans cet ouvrage, El Maimouni, éducateur social pour mineurs à Barcelone, peint les différentes réalités liées à l’immigration, à l’identité, à l’intégration sociale. « Les enfants, futurs migrants en Europe…, […] sont traités comme des déchets humains. Un fléau pour un pays qui se nourrit du tourisme et tente de cacher l’image honteuse de la pauvreté infantile », peut-on lire dans le livre.

L’auteur y raconte le déroulement de l’enquête ouverte après le meurtre de Rihanna, une jeune femme transsexuelle qui a fui le Maroc et qui sera torturée à mort dans la capitale catalane. « Il est né dans le mauvais corps, au mauvais endroit et au mauvais moment », souligne-t-il dans l’œuvre. « À l’Institut Cervantes de Tanger, ils m’ont déjà dit qu’ils auront le livre mais qu’ils ne pourront pas l’exposer. Le sexe est un sujet très tabou », ajoute-t-il.

À lire : « Quand on s’appelle Hassan, on est forcément étranger »

« Nadie salva a las rosas » est un condensé de dénonciation sociale et de revendication dans les rues d’une ville de Barcelone moins accueillante qu’il n’y paraît. « C’est ma ville et je l’aime, mais c’est très difficile si vous n’êtes pas issu de la classe moyenne », explique El Maimouni. Né à Ksar el Kebir, l’auteur est arrivé à Coma-Ruga à l’âge de 15 jours. Ses parents y vivaient depuis 1970.

« Je me sens catalan. Je suis arrivé ici quand j’avais deux semaines, c’est donc la société qui doit commencer à accepter que les noms étrangers soient aussi catalans. C’est évident pour moi », précise El Maimouni qu’on présente au Maroc « comme un auteur marocain hispanophone. Quand vous êtes important, vous êtes Marocain, le cas contraire, non », tranche l’auteur.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Barcelone - Livres - Intégration - Immigration - MRE - Youssef el Maimouni

Aller plus loin

Hamza, un exemple d’intégration d’un mineur marocain en Espagne

Hamza Bouqaid, un migrant marocain qui vient d’avoir 18 ans, a obtenu son premier contrat de travail en tant qu’agent d’entretien au club Nazareth pendant cette saison estivale.

La communauté marocaine en Espagne a presque triplé en dix ans

La communauté marocaine en Espagne a augmenté de 136 % en dix ans, passant de 370 000 en 2003 à 872 759 en 2023. C’est ce que révèle un récent rapport de la Fondation Disenso,...

Hajar "El Bahraoui​" Brown : « Je suis plus qu’un voile, je suis plus qu’un discours »

L’actrice et influenceuse d’origine marocaine, Hajar Brown, fait part des discriminations racistes et islamophobes dont elle continue d’être victime, lors des castings ou dans...

Les discriminations et violences envers les musulmanes continuent en Espagne

Les femmes musulmanes continuent de subir des violences sexistes et diverses discriminations en Espagne. C’est ce que révèle l’enquête menée par l’Association marocaine pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Transferts de fonds des MRE : un record et une bouffée d’air pour le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent fortement à l’économie marocaine à travers les transferts de fonds qui vont crescendo ces dernières années. Ces flux sont passés de 22,96 milliards de dirhams en 2000 à 93,67 milliards en 2021.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Nicole Kidman dans l’adaptation du livre « Chanson douce » de Leïla Slimani

Un thriller basé sur le roman de l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, intitulé La nounou parfaite (chanson douce, titre original) devrait être produit par l’actrice et réalisatrice australo-américaine Nicole Kidman. HBO développera La nounou...

Prix des billets de bateau pour les MRE : un réduction de 25 % ?

Une augmentation de 28 % du nombre des arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a été constatée depuis le lancement de l’Opération Marhaba, selon Mohamed Abdeljalil, le ministre du transport et de la logistique, à la Chambre des Conseillers,...

L’économie marocaine dopée par les MRE

Le dernier rapport de la Banque mondiale sur les migrations et le développement indique que 20 % des transferts d’argent de la région MENA proviennent des Marocains résidant à l’étranger (MRE).