Soissons : un Marocain condamné pour violences sur ses parents

14 août 2023 - 08h30 - France - Ecrit par : S.A

Comparaissant pour des faits de violence envers ses parents à Soissons, un quinquagénaire marocain à la rue et alcoolique, a été condamné à 20 mois de prison ferme, dont six avec sursis.

Ma mère « est bipolaire donc chaque acte que je fais envers elle, il y a une raison. Mais je ne suis pas de nature violente », se justifie jeudi Feth-Allah Yanouri, à la barre, avant de se faire expulser de la salle sur ordre de la présidente. Quelques minutes plus tôt, celle-ci l’avait mis en garde de prendre la parole sans en être autorisé, rapporte L’Union. Sans quoi, il finirait l’audience en cellule. Ne pouvant donc pas contenir sa colère, le quinquagénaire marocain a hurlé sur sa mère.

À lire :Montpellier : un Marocain condamné pour violence aggravée sur sa compagne

Les faits de violence qui lui sont reprochés remontent au 5 août dernier. Arrivé au domicile de ses parents à Soissons pour récupérer des affaires, il sera mis au-dehors. En colère, il frappe son père et sa mère. Le jour suivant, il revient chez ses parents. Cette fois, il passe par-dessus le grillage du domicile pour dégrader le pare-brise d’un véhicule sur place. Des comportements dont s’étonne sa mère : « On a tout fait pour notre fils. On l’a logé, nourri, habillé. Mais il sort, il boit de l’alcool et se drogue devant nous et mes petits-enfants. Il me menace et profite de notre gentillesse ».

À lire :France : une Marocaine victime de violences conjugales, son époux condamné

Pour Ludovic Broyon, avocat de Feth-Allah Yanouri, il faut questionner l’enfance de son client avant de le juger. « Il faut remonter à son enfance difficile. Il a été envoyé au Maroc (où il aurait subi des violences, NDLR), il s’est senti abandonné par sa mère et son père, ce qui a généré un premier traumatisme. Le fait qu’il soit passé à l’acte vient de l’alcool. Lorsqu’il consomme, il se montre violent. Lorsqu’il est sobre, il est normal. Quand vous êtes à la rue vous buvez, et l’alcool vous amène à nouveau à la rue ». Pas de quoi convaincre le tribunal.

À lire :Harcèlement scolaire : l’histoire de Fares, victime de violences à répétition

Le casier judiciaire de Feth-Allah Yanouri qui compte déjà cinq condamnations s’alourdit. Il écope de seize mois de prison dont six avec sursis, et d’une révocation de quatre mois de sursis d’une peine précédente, soit quatorze mois de prison ferme au total.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Prison - Violences et agressions - MRE

Aller plus loin

Un MRE a fait vivre l’enfer à sa femme et ses enfants

Le tribunal de Dieppe (Seine-Maritime) a condamné un Marocain de 48 ans à trois ans de prison, dont un an ferme pour violences et harcèlement envers sa femme et ses enfants.

Ibrahim Buselham, victime collatérale de la violence entre gangs à Sebta

Ibrahim Buselham, 16 ans, a été tué le 15 avril 2022, lors d’une fusillade entre réseaux de trafic de drogues à Sebta. Le jeune homme a une victime collatérale de ce règlement...

France : une Marocaine victime de violences conjugales, son époux condamné

Le tribunal correctionnel de Coutances a condamné l’époux d’une Marocaine pour violences conjugales ayant entraîné une interruption de travail de deux jours.

Montpellier : un Marocain condamné pour violence aggravée sur sa compagne

Le tribunal correctionnel de Montpellier a condamné un jeune Marocain à cinq ans de prison dont un avec sursis probatoire pour violence aggravée sur sa compagne. Il est un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Maroc : des changements majeurs pour les MRE en matière de droit de la famille

Le Maroc a décidé d’alléger considérablement les procédures administratives en matière du Droit de la famille, notamment le mariage, le divorce et l’état civil en faveur des Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Le Maroc et l’Espagne se concertent pour l’Opération Marhaba (MRE)

La réunion de la Commission mixte hispano-marocaine s’est tenue ce mercredi au siège du ministère de l’Intérieur en vue de coordonner l’Opération Passage du Détroit 2023 (OPE-23) ou Marhaba 2023 entre l’Espagne et le Maroc.

Nord du Maroc : les gangs de retour sur les routes ?

Sur la toile, des activistes appellent les Marocains à faire preuve de vigilance lorsqu’ils circulent sur certaines routes du nord du Maroc.

Contrôle douanier : Fouzi Lekjaâ rassure les MRE

Suite aux rumeurs sur un supposé renforcement du contrôle douanier des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le ministre délégué chargé du budget, Faouzi Lekjaâ a apporté un démenti formel. Ce contrôle n’intervient que dans les transactions...

Mohamed Chibi viré d’un restaurant en Egypte

Mohamed Chibi, joueur international marocain évoluant au club égyptien Pyramids fait face à de nombreuses pressions en Égypte. Cette situation découle d’un différend avec Hussein El Shahat, joueur emblématique du club rival Al Ahly.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.

Marhaba 2023 : le grand retour des MRE

Cette année, l’opération Marhaba 2023 dédiée à l’accueil des Marocains résidant à l’étranger coïncide avec l’Aïd Al Adha, donnant encore plus de sens aux retrouvailles. En tout, quelques 3 millions de MRE devraient rentrer au Maroc cet été.

Dédouanement de voiture pour les MRE : quelles pièces fournir ?

Les Marocains Résidant à l’Étranger qui remplissent les conditions pour bénéficier de l’abattement de 90 % dans le cadre d’un dédouanement de véhicule doivent fournir plusieurs pièces justificatives.