Sous-traitance aéronautique : Les commandes en hausse

23 novembre 2007 - 23h45 - Economie - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les commandes d’avions décollent et les sous-traitants marocains se frottent déjà les mains. La soixantaine d’entreprises opérant dans l’aéronautique s’attend en effet à une hausse d’activité. « Les commandes passées au Bourget et à Dubaï viennent grossir les carnets de commandes. La répercussion directe se résume en une augmentation de la cadence de production », souligne Thomas Corbel, secrétaire général du Groupement des industriels aéronautique et spatial (GIMAS), installé à Casablanca.

La bataille commerciale que se sont livrée Airbus et Boeing aux précédents salons aéronautiques aura donc des retombées positives sur le secteur au Maroc. Celui-ci connaît déjà un développement accéléré depuis 3 ans, de plus de 30% l’an. Aujourd’hui, l’activité compte 6.000 emplois hautement qualifiés (11.000 prévus en 2012) et affiche un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de DH pour 1,5 millard d’investissements.

« Le marché est sur des sommets, ce qui profite aux entreprises marocaines puisqu’il leur assure une meilleure visibilité sur les cadences de fabrication qui vont être très soutenues sur les prochaines années », confirme Bruno Igounenc, directeur général de EADS Maroc Aviation. La filiale marocaine du groupe européen prévoit déjà de passer à 300 millions de DH de chiffre d’affaires en 2010 contre 203 millions en 2006.

Les structures qui opérent au Maroc doivent se préparer à ces marchés potentiels. « En effet, les groupes industriels sont tous dans une phase d’expansion : réservation de terrains, recrutement massif », annonce le DG. « L’industrie est confrontée à une situation unique, celle d’une demande très forte et une pression sur les coûts », signale pour sa part Hamid Benbrahim Al Andaloussi, président de MA Aerospace Consulting et délégué général du groupe français Safran.

Les avionneurs abandonnent les métiers de construction au bénéfice de sites ouverts dans des pays à bas coûts. « Le Maroc a su ainsi créer une base crédible avec la présence de groupes de références tels que EADS, Safran, Matis Aerospace, et cela attire les PME. On peut donc véritablement parler de l’émergence d’un pôle de compétitivité aéronautique national », soutient Benbrahim.

La croissance du secteur est favorable aussi à l’émergence de nouveaux métiers de conseil et d’ingénierie. Teuchos, filiale du groupe Safran, s’y est positionnée et compte à elle seule 1.400 personnes « hautement qualifiées ».

Rappelons que le groupe a 6 filiales au Maroc dont Aircelles Maroc (fabrication de pièces composites), Labinal Maroc (câblage aéronautique), Snecma (maintenance et réparation de moteurs d’avions). L’embellie du secteur attire même de nouveaux investisseurs. Le Gimas annonce avoir été approché par une dizaine d’entreprises dont il ne dévoilera pas les noms pour l’heure. Si les négociations aboutissent, elles devraient s’installer à Nouaceur et Bouskoura dans la périphérie casablancaise. « Notre rôle est de les accompagner quant aux aspects pratiques, pour éviter les erreurs qui ont pu être commises autrefois en termes de ressources humaines et d’achat notamment », ajoute Corbel.

Le salon Aeroexpo prévu du 23 au 26 janvier 2008 à Marrakech se tiendra donc dans une conjoncture propice. Aux industriels de saisir leur chance !

Formation : Ça presse !

Le manque de compétences handicape le développement du secteur au Maroc. « Des considérations prétechniques sont à prendre en compte : compétences, capacité de réactivité des entreprises, infrastructure », signifie Mohamed El Bantli, directeur de la Bourse nationale de sous-traitance et de partenariat (BNSTP). « La main-d’œuvre marocaine a une très bonne capacité d’apprentissage. Mais, nous devons investir massivement dans la formation », signale pour sa part Bruno Igounenc, DG d’EADS Maroc Aviation.

Un accord-cadre a été signé entre le Gimas et le gouvernement pour créer l’Institut des métiers aéronautiques, l’IMA, en partenariat avec l’OFPPT. « Ce sont les industriels qui valideront les programmes. Dans une phase transitoire, l’OFPPT entre autres prêtera ses locaux pour démarrer les formations courant 2008 car les besoins sont urgents », indique Thomas Corbel, SG du Gimas. Basé à la technopôle de Nouaceur, l’institut verra probablement le jour fin 2008. Il devra former 400 lauréats par an. Les professionnels espèrent voir le projet aboutir rapidement. « Il faut adapter d’urgence la formation pour répondre aux besoins de nouveaux métiers. Les opportunités ne vont pas durer éternellement », lance Benbrahim.

L’Economiste - Jihane Kabbaj

Sujets associés : Transport aérien - Airbus - Sous-traitance - Aéronautique - Boeing

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Transport aérien

Royal Air Maroc doit être encore aidée, selon l’IATA

Face aux dommages causés par la crise sanitaire, les compagnies aériennes ont besoin d’être accompagnées pour éviter d’être clouées au sol. C’est à cela que l’Association Internationale du transport aérien (IATA) exhorte les gouvernements...

Coronavirus : la faillite attend de nombreuses compagnies aériennes

Durement touchées par la crise sanitaire du covid-19, les compagnies des pays d’Afrique et du Moyen-Orient, en raison des mises en quarantaine systématiques, risquent tout simplement la faillite, selon une étude de l’Association internationale du...

Royal Air Maroc intègre officiellement Oneworld

Royal Air Maroc a annoncé lundi qu’elle fait désormais partie du prestigieux réseau Oneworld, qui regroupe les principales compagnies aériennes du monde connues pour leurs services et prestations de...

Le tourisme marocain baisse pavillon à cause du confinement en Europe

A peine le Maroc a-t-il entamé une relance graduelle de son secteur touristique, que cet élan prend du plomb dans l’aile. Les mesures restrictives imposées un peu partout en Europe l’ont contraint à baisser...

Royal Air Maroc contrainte de transférer des vols

Les nouvelles restrictions aéroportuaires imposées par les autorités de l’aéroport d’Amsterdam Schiphol contraignent Royal Air Maroc et d’autres compagnies aériennes à transférer les vols au départ et à l’arrivée de l’aéroport d’Amsterdam vers l’aéroport de...

Airbus

L’Espagne se réarme-t-elle face au Maroc ?

L’Espagne a commandé 36 nouveaux hélicoptères auprès du constructeur européen Airbus. De quoi renforcer son armement dans un contexte marqué par des tensions entre Rabat et Madrid.

Le Maroc veut acquérir des avions de patrouille maritime MPA

Le Maroc envisage d’acquérir deux avions MPA (Maritime Patrol Aircraft) au profit de la Marine royale. Plusieurs sociétés se bousculent pour fournir ces engins qui seront destinés au renseignement, à la surveillance et reconnaissance, à la recherche et au...

Airbus va-t-il licencier ses employés marocains ?

L’avionneur européen Airbus présent au Maroc, en France et dans d’autres pays du monde a décidé de supprimer "approximativement 15 000 postes" à l’horizon 2021. Ses employés marocains seront-ils concernés par cette vague de licencieusement...

Sous-traitance

Aéronautique

L’appel de Ryanair à ses clients marocains

Ryanair a lancé un appel à ses clients marocains et d’autres nationalités dont les vols ont été annulés pendant la période de mars à juin 2020 en raison des restrictions de voyage liées au coronavirus et qui n’ont pas encore reçu leur remboursement à contacter...

Air France va reprendre ses vols vers le Maroc

Le trafic aérien suspendu en raison de la crise sanitaire, semble reprendre progressivement. La compagnie aérienne française Air France a annoncé sur son site internet la reprise des réservations de vols vers le Maroc et d’autres pays du...

TUI reprend ses vols vers le Maroc

La compagnie aérienne TUI a décidé de reprendre ses vols vers le Maroc et d’autres destinations cet été.

Les préoccupations des pilotes de ligne de Royal Air Maroc

Après avoir étudié le plan de sortie de crise de la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM), les commandants de bord et officiers pilotes de ligne se disent préoccupés par ses répercussions.

Ryanair propose des vols à 19,99 euros pour le Maroc

La compagnie aérienne Ryanair envisage de lancer une nouvelle liaison vers le Maroc l’aéroport Beauvais-Tillé. Le lancement de cette ligne s’inscrit dans le cadre du programme de reprise 2021.

Boeing

Le Maroc veut acquérir des avions de patrouille maritime MPA

Le Maroc envisage d’acquérir deux avions MPA (Maritime Patrol Aircraft) au profit de la Marine royale. Plusieurs sociétés se bousculent pour fournir ces engins qui seront destinés au renseignement, à la surveillance et reconnaissance, à la recherche et au...

Royal Air Maroc va t-elle faire voler les Boeing 737 Max ?

Cloués au sol depuis mars 2019, après deux crashs en Indonésie et en Éthiopie, les deux Boeing 737 Max de Royal Air Maroc pourraient à nouveau voler. En attendant l’accord de l’Union européenne, l’Agence fédérale de l’aviation américaine a déjà donné son feu...

Il y a 47 ans, un Boeing 707 s’écrasait au Maroc

Le 3 août 1975, un Boeing 707 de la compagnie aérienne jordanienne Alia et affrété par Royal Air Maroc, en provenance de l’aéroport du Bourget à Paris, s’est écrasé dans les montagnes au Maroc. Les passagers à bord, tous des Marocains hormis quatre Européens,...