Recherche

Spoliation foncière : une association « majoritairement composée de voleurs » dénoncée au Parlement marocain

© Copyright : DR

29 juillet 2020 - 14h30 - Economie

Face au Parlement, le Directeur général de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, Karim Tajmouati a présenté un exposé sur le recensement des biens immobiliers en déshérence (4200 environ) au Maroc. Lors de sa présentation, il a pointé d’un doigt accusateur l’Association droit et justice au Maroc (ADJM) représentant des victimes de spoliation foncière.

Le directeur général reproche à l’ADJM de n’avoir jamais remis les 400 dossiers qu’elle avait évoqués lors de la réunion du 4 juin 2018 avec le ministère de la Justice à l’époque de l’ancien ministre, Mohamed Aujjar, rapporte L’Économiste. « Je n’ai pas vu un seul dossier à ce jour. À ma connaissance, ces affaires dont se prévaut l’association n’ont pas été non plus transférées aux autorités compétentes », déclare Karim Tajmouati. Pour lui, l’ADJM est « majoritairement composée de voleurs ».

Seulement, cette association n’a jamais reconnu le nombre officiel des dossiers de spoliation foncière. À en croire son secrétaire général, Stéphane Vabre, il n’existe qu’une centaine de dossiers. « La liste dont nous disposons depuis 2018 se base sur un recensement effectué via le site de l’association (www.droitjustice maroc.fr). Les requérants y déposent leurs documents accompagnés d’une déclaration sur l’honneur », fait-il savoir.

L’ADJM s’étonne des accusations portées à son encontre. Par la voix de son porte-parole, l’association dit n’avoir jamais été convoquée à la réunion trimestrielle convenue avec le ministère, ni à celle de la commission anti-spoliation malgré sa demande insistante. L’ADJM annonce qu’il enverrait une correspondance au roi Mohammed VI et se dit prête à s’expliquer.

De même, elle entend saisir le DG de l’administration foncière pour qu’il l’éclaire sur les fondements de ses accusations. « Ses déclarations sont surprenantes ! M. Tajmouati est peut-être victime de fausses informations », déclare le SG de l’association des victimes de spoliation foncière. L’association enverra un troisième courrier aux parlementaires.

Mots clés: Spoliation immobilière au Maroc , Parlement marocain

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact