Spoliation foncière : une association "majoritairement composée de voleurs" dénoncée au Parlement marocain

29 juillet 2020 - 14h30 - Economie - Ecrit par : S.A

Face au Parlement, le Directeur général de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, Karim Tajmouati a présenté un exposé sur le recensement des biens immobiliers en déshérence (4200 environ) au Maroc. Lors de sa présentation, il a pointé d’un doigt accusateur l’Association droit et justice au Maroc (ADJM) représentant des victimes de spoliation foncière.

Le directeur général reproche à l’ADJM de n’avoir jamais remis les 400 dossiers qu’elle avait évoqués lors de la réunion du 4 juin 2018 avec le ministère de la Justice à l’époque de l’ancien ministre, Mohamed Aujjar, rapporte L’Économiste. "Je n’ai pas vu un seul dossier à ce jour. À ma connaissance, ces affaires dont se prévaut l’association n’ont pas été non plus transférées aux autorités compétentes", déclare Karim Tajmouati. Pour lui, l’ADJM est "majoritairement composée de voleurs".

Seulement, cette association n’a jamais reconnu le nombre officiel des dossiers de spoliation foncière. À en croire son secrétaire général, Stéphane Vabre, il n’existe qu’une centaine de dossiers. "La liste dont nous disposons depuis 2018 se base sur un recensement effectué via le site de l’association (www.droitjustice maroc.fr). Les requérants y déposent leurs documents accompagnés d’une déclaration sur l’honneur", fait-il savoir.

L’ADJM s’étonne des accusations portées à son encontre. Par la voix de son porte-parole, l’association dit n’avoir jamais été convoquée à la réunion trimestrielle convenue avec le ministère, ni à celle de la commission anti-spoliation malgré sa demande insistante. L’ADJM annonce qu’il enverrait une correspondance au roi Mohammed VI et se dit prête à s’expliquer.

De même, elle entend saisir le DG de l’administration foncière pour qu’il l’éclaire sur les fondements de ses accusations. "Ses déclarations sont surprenantes ! M. Tajmouati est peut-être victime de fausses informations", déclare le SG de l’association des victimes de spoliation foncière. L’association enverra un troisième courrier aux parlementaires.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Spoliation immobilière au Maroc - Parlement marocain

Aller plus loin

Scandale immobilier à Marrakech : des élus et des hauts placés impliqués

Un scandale foncier touche à nouveau la ville de Marrakech. La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) enquête sur ce sulfureux dossier impliquant des élus, des hauts...

Spoliation foncière : nouveau report du procès d’un ancien député

Le député Rachid El Fayek et ses co-accusés devront attendre le 21 juin pour être fixés sur leur sort. Ainsi en a décidé la Cour d’appel de Fès, lors de l’audience du mardi...

Spoliation immobilière à Casablanca : les vrais propriétaires ont enfin obtenu justice

Après 12 ans de procédure judiciaire, l’affaire Brissot, l’un des plus célèbres cas de spoliation foncière au Maroc, a connu son épilogue au début du mois de mars. Les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.