Spoliation immobilière à Casablanca : les vrais propriétaires ont enfin obtenu justice

12 mars 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : I.L

Après 12 ans de procédure judiciaire, l’affaire Brissot, l’un des plus célèbres cas de spoliation foncière au Maroc, a connu son épilogue au début du mois de mars. Les principaux mis en cause, à savoir le gardien de la villa et le promoteur véreux ainsi que leurs complices, ont été condamnés à de la prison ferme allant d’un à 12 ans et au paiement d’une amende de deux millions de DH.

Clap de fin pour Mustapha Him, promoteur immobilier et le gardien de la villa dans le dossier Brissot. Malgré tous leurs efforts pour défendre le faux, ces deux faux héritiers du couple Georges et Olga Brissot n’ont pas obtenu gain de cause. À la mort du propriétaire en 2007, le gardien de la villa et le promoteur immobilier ont falsifié le testament de Georges Brissot en se déclarant co-successeurs de son patrimoine, constitué de la villa « rêve de crabe » d’une superficie de plus de 3 400 m², située sur la corniche de Casablanca, ainsi que des comptes bancaires en Suisse et en France.

Selon L’Économiste, le couple, n’ayant pas eu d’enfants, avait fait établir un testament au profit de Dr. Gérard Bénitah. Alerté, le vrai successeur porta plainte en 2009 pour détournement de succession à l’encontre d’un notaire, d’un avocat et plusieurs autres complices.

En 12 ans, l’affaire a connu plusieurs rebondissements, reports et plusieurs appels. Dans la foulée, l’héritier, Dr. Bénitah est décédé en 2019 et la procédure avait été reprise par son fils, David, installé en Israël. Mercredi 3 mars dernier, la Cour de Cassation a confirmé que la villa du couple Brissot a été bel et bien spoliée, notamment sur la base d’un faux testament.

Très satisfait du verdict prononcé dans ce long dossier judiciaire, il a confié à l’avocat en charge du dossier qu’« il aurait aimé voir son père assister à cette victoire judiciaire ». Par ailleurs, l’affaire Brissot doit encore être soumise au juge civil pour annuler l’acte ayant servi à transférer la propriété de la villa au niveau de la conservation foncière d’Anfa.

Sujets associés : Immobilier - Droits et Justice - Procès - Spoliation immobilière au Maroc

Aller plus loin

Des MRE spoliés en appellent au roi Mohammed VI

Se trouvant dans une situation d’« extrême vulnérabilité », un collectif de victimes de spoliations immobilières et de détournement d’héritages appelle le roi Mohammed VI au...

Maroc : un escroc de l’immobilier arrêté à Guercif

La police a procédé à l’arrestation d’un escroc très actif dans la ville de Guercif et ses environs. Il a fait plusieurs victimes à qui il faisait signer des hypothèques sur des...

L’arnaque immobilière à Guercif prend de l’ampleur

« L’escroc de l’hypothèque », déjà condamné à cinq ans de prison ferme pour escroquerie, arnaque et abus de confiance, est à nouveau devant le parquet après la plainte de...

De très lourdes sanctions pour décourager la spoliation foncière au Maroc

La commission de lutte contre la spoliation s’est réunie le mardi 25 février autour du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader. Il était question, au cours de cette séance...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

Aides au logement au Maroc : conditions et modalités d’octroi

La ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatim Ezzahra El Mansouri, a présenté vendredi, lors d’une conférence de presse au siège de son département, le processus à suivre par les...

Le Maroc va instaurer une aide à l’achat de logement

L’achat de logements au Maroc pourrait bien connaître un nouveau souffle. Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’habitat et de la Politique de la ville, a laissé entendre que des dispositions...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale....

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Promoteurs immobiliers au Maroc : le fisc lance une opération coup de poing

La Direction générale des impôts (DGI) va lancer prochainement une vaste opération de contrôle et d’inspection visant les grandes entreprises et notamment les promoteurs immobiliers ayant eu recours à des pratiques frauduleuses pour bénéficier...