De très lourdes sanctions pour décourager la spoliation foncière au Maroc

27 février 2020 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : G.A

La commission de lutte contre la spoliation s’est réunie le mardi 25 février autour du ministre de la Justice, Mohamed Benabdelkader. Il était question, au cours de cette séance de travail, de faire le bilan des actions menées dans ce secteur et de se donner une nouvelle feuille de route en vue de mettre fin aux escroqueries.

La commission regroupe les différentes corporations de la justice, ainsi qu’une institution de premier ordre, qui est l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). En dehors du ministre de la Justice, la séance a également connu la présence de Karim Tajmouati, directeur général de l’ANCFCC, et Abdellatif Yagou, président du Conseil national des notaires.

Il faut dire que la question de la spoliation foncière est très sérieuse au Maroc. La justice traiterait actuellement 38 cas de spoliation de biens immobiliers. Ce nombre est inférieur à celui brandi par une annonce qui parle d’une centaine de cas.

La réunion du mardi 25 février s’est tenue après que le cadre législatif a été renforcé par deux projets de lois, N° 3218 et N° 3318. Le premier texte confère au Parquet, au juge d’instruction et au tribunal, le pouvoir de mettre sous séquestre, un bien immobilier faisant l’objet d’une spoliation foncière durant l’étape de l’enquête préliminaire, ou de déférer l’affaire devant le tribunal dans le cadre de l’action publique en cours.

Quant au second projet, il a pour objectif "d’unifier" la peine relative aux délits de falsification commis dans l’élaboration des contrats.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de la Justice et des Libertés - Spoliation immobilière au Maroc

Aller plus loin

Maroc : tour de vis dans la consultation des titres fonciers

La lutte contre la spoliation des biens immobiliers des Marocains et des étrangers s’intensifie. Désormais, les usagers qui cherchent à consulter les biens immobiliers devront...

La justice marocaine se penche sur une affaire de spoliation immobilière

Le tribunal de première instance de Témara examine l’affaire du projet immobilier "Les jardins de Cabo Negro". Une escroquerie de grande ampleur qui a fait de nombreuses victimes.

Spoliation immobilière à Casablanca : les vrais propriétaires ont enfin obtenu justice

Après 12 ans de procédure judiciaire, l’affaire Brissot, l’un des plus célèbres cas de spoliation foncière au Maroc, a connu son épilogue au début du mois de mars. Les...

Maroc : aggravation des peines de prison pour la spoliation foncière

Les autorités marocaines vont durcir les peines, que ce soit les amendes ou les peines d’emprisonnement, à l’encontre des professionnels condamnés dans le cadre des affaires de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Après ses propos «  provocateurs  », Abdellatif Ouahbi présente ses excuses aux Marocains

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a présenté ses excuses aux Marocains pour sa déclaration au sujet de la révision des résultats d’un concours d’accès à la profession d’avocat, indiquant qu’une telle action créerait une mauvaise jurisprudence.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Abdellatif Ouahbi accusé par les salafistes d’atteinte à l’islam

La réforme du Code de la famille passe mal chez les salafistes. Prêcheurs et imams de mosquées sont en colère contre le ministre de la Justice Abdellatif Ouahbi.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Couples non mariés et hôtels au Maroc : vers la fin des abus ?

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice, lance un avertissement aux hôtels qui exigent des documents non autorisés notamment un certificat de mariage des couples marocains.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : présenter un acte de mariage dans les hôtels c’est fini

L’obligation de présenter un contrat de mariage lors de la réservation de chambres d’hôtel au Maroc pour les couples aurait été annulée. Cette décision survient après la colère du ministre de la Justice, Adellatif Ouahbi.