Le stock de sardine menacé dans les eaux marocaines

19 octobre 2021 - 08h20 - Economie - Ecrit par : A.T

La sardine marocaine est menacée de disparition. Les professionnels pointent du doigt la filière de congélation et celle de production de farines. Ils exigent l’introduction d’un système de quotas.

L’union Nationale des Industries de la Conserve de Poisson (UNICOP) a averti que la richesse halieutique marocaine au niveau méditerranéen était dans une situation critique appelant à l’arrêt de la pêche des sardines pour sauver cette espèce menacée et non reproductrice.

Dans un communiqué, les professionnels ont dénoncé « une pression sur les stocks de la sardine au Maroc qui dure depuis des années ». Ils pointent également une « concurrence inter-filières » et un « manque structurel de la ressource » qui affectent leur secteur.

A lire : Pêche : les débarquements affichent près de 6 milliards de DH

Ces filières exploitent le poisson frais, ce qui fait que la plus grande partie des captures sera vendue aux producteurs de farines destinées à l’export, ont déploré les responsables.

Pour résoudre cette situation, Houssine Nibani, président de l’Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR) recommande aux autorités de réguler le secteur en garantissant une durabilité spatio-temporelle de ce type de poissons.

À cet effet, il a proposé d’exiger un temps et le quota de pêche des bateaux quand les bancs de sardines sont accessibles pour éviter les abus qui nuisent à la durabilité et au potentiel de valorisation de la ressource. Les limites à imposer doivent varier selon les conditions du moment.

Quand la sardine n’est pas au rendez-vous, le temps de pêche peut éventuellement être augmenté, recommande Houssine Nibani qui estime que des quotas doivent également être fixés pour les filières de production de farine de poisson.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pêche - Ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime - Plainte

Aller plus loin

L’Andalousie veut le maintien de l’accord de pêche Maroc-Europe

Le président du Conseil de l’Andalousie, Juanma Moreno, a demandé mercredi aux autorités espagnoles de « veiller aux intérêts de la flotte de pêche espagnole au Maroc », suite à...

Pêche : les débarquements affichent près de 6 milliards de DH

En termes de valeur, les produits de la pêche côtière et artisanale vendus au Maroc, ont connu une augmentation de 34 % au terme des huit premiers mois de 2021. Ces ventes ont...

Maroc : la pêche victime du coronavirus

Entre baisse de volumes et des valeurs marchandes, la pêche au Maroc est affectée par la crise sanitaire liée au Covid-19 et la sécheresse.

Maroc : très chère sardine

Les Marocains devront payer plus cher le poisson durant ce mois de ramadan. Devant la demande de plus en plus forte, les prix du poisson ont grimpé pour atteindre 20 DH/kg alors...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des stations de dessalement pour sauver l’agriculture

Le ministère marocain de l’Agriculture a adopté le dessalement de l’eau de mer à des fins d’irrigation. Dans cette dynamique, le département de Mohamed Saddiki a prévu la construction de nouvelles stations de dessalement dans certaines zones agricoles.

Aïd Al-Adha : le Maroc a encore importé des bovins de l’étranger

En prévision de l’Aïd Al-Adha, prévu au Maroc vers le 29 juin prochain, le nombre d’importations d’ovins s’intensifie. Ainsi, quelque 19 500 ovins importés du Portugal sont arrivés au port de Jorf Lasfar, dans la région d’El Jadida.

Les souks marocains vont être renovés

Compte tenu du rôle essentiel que jouent les souks hebdomadaires dans le développement socio-économique, le ministre de l’Agriculture a annoncé travailler pour la rénovation de ces espaces.

Aïd Al Adha au Maroc : cheptel en baisse, prix en hausse

Alors que l’Aïd Al Adha approche, le ministère de l’Agriculture se prépare à faire face à une possible augmentation des prix des moutons au Maroc. L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage est estimée à 5,6 millions de têtes, un chiffre...

Pénurie de lait : les éleveurs marocains lancent un cri de détresse

Touchés de plein fouet par la sécheresse->95421 et surtout l’augmentation du coût de l’élevage, les éleveurs réclament une aide urgente à l’État, en vue de faire face à la pénurie de lait que connait le royaume.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

Le Maroc déterminé à renouveler l’accord de pêche avec l’UE

Réagissant au sujet de l’accord de pêche avec l’Union européenne qui expire le 17 juillet, le ministre marocain de l’Agriculture et de la pêche, Mohamed Sadiki, a assuré mercredi que le Maroc « est prêt à tout scénario » et utilisera « une autre règle...

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Les aviculteurs marocains craignent la grippe aviaire

Le Maroc ne prend pas encore des mesures pour contrer l’entrée sur son territoire de la grippe aviaire qui sévit actuellement en Europe et dans la sous-région. Cette attitude des autorités inquiète les éleveurs de volailles qui ont une nouvelle fois...

Maroc : la question des dattes algériennes arrive au parlement

Le groupe Haraki à la Chambre des Représentants a interpellé le ministre de l’Agriculture, Mohamed Sidiki, sur les dattes notamment d’origine algérienne qui ont inondé le marché marocain avant le début du mois de ramadan.