Tanger : la main d’oeuvre marocaine, des esclaves au service des industriels étrangers

31 juillet 2019 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : K.B

L’industrie du textile représente le premier pôle, dans la pyramide des investissements étrangers, à Tanger. Plus de 80.000 emplois directs ont été créés par les sociétés du secteur, induisant une très bonne dynamique économique et sociale, pour des conditions déplorables de travail.

Les mesures incitatives mises en place par l’État marocain ont attiré un grand nombre d’investisseurs étrangers, avides de gains rapides. Profitant des exonérations fiscales et du faible coût de revient de la main d’oeuvre, les industriels du textile commettent des excès, en imposant un statut de travail inéquitable, loin des normes et des standards reconnus.

Les ouvriers se voient imposer un régime de travail draconien. Exerçant pendant plus de 9 heures d’affilée, ils doivent se conformer aux quotas de production, qui avoisinent les 250 pièces par heure et par chaîne de production. A défaut, l’ouvrier est exposé au harcèlement et à une déferlante d’insultes de la part des responsables. La menace de licenciement n’est pas exclue, en cas de protestations.

Payés en dessous du SMIG, les ouvriers ne bénéficient d’aucune prime sur objectifs ou pour motivation. A l’inverse, ils sont souvent victimes de prélèvements injustifiés sur le nombre des heures de travail effectuées. Les conditions de travail ne sont pas conformes aux normes et ne respectent guère les mesures de sécurité et d’hygiène. Les premiers secours et les issues d’urgence font défaut. De même, les toilettes communes sont limitées en nombre.

En outre, les ouvriers sont recrutés sans contrat de travail et ne bénéficient pas d’une couverture sociale ni d’assurance maladie, ce qui les expose aux risques de licenciement abusif et aux retombées graves des accidents de travail. Au vu de ces excès, il devient légitime de s’interroger sur le rôle de l’État et des syndicats dans la protection de cette frange de population.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Emploi - Tanger Métropole - Esclavage moderne

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Le groupe Thalès renforce sa présence au Maroc, près de 150 emplois à terme

Le groupe français Thalès, spécialiste mondial de cybersécurité, va renforcer sa présence au Maroc à travers un nouvel investissement d’une valeur de plus de 350 millions de dirhams dédié au secteur de l’outsourcing.

Les Marocains partiront à la retraite plus tard

Le Maroc s’est engagé dans la voie de réforme de son système de retraite visant à rétablir l’équilibre financier des régimes. Et l’une des principales dispositions du nouveau texte est le relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 ans. La...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Maroc : de nouveaux projets pour renforcer le « Made in Morocco »

Le Maroc poursuit sa marche vers la souveraineté industrielle. Mardi dernier, le gouvernement a procédé au lancement du 4ᵉ lot d’opportunités d’investissements, initiées dans le cadre de la banque à projets. Au total, 275 nouveaux projets ont été...

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

Le groupe marocain OCP vise haut les quatre prochaines années

Après le succès de son premier programme d’investissement – la capacité de production d’engrais a triplé en 10 ans-, le groupe marocain OCP a préparé un nouveau programme d’investissement vert dont la mise en œuvre permettra d’atteindre la neutralité...

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...