400 employés d’une société espagnole perdent leur emploi à Tanger

13 avril 2021 - 14h40 - Espagne - Ecrit par : G.A

Une société espagnole de fabrication de sièges de voiture à Tanger a envoyé au chômage 400 employés qui ont décidé d’organiser un sit-in illimité pour protester contre ce licenciement collectif. Ils récusent la raison économique avancée par la société, qui vient d’ouvrir une filiale à Kénitra.

Depuis mercredi dernier, les 400 employés de cette société espagnole de fabrication de sièges de voiture à Tanger protestent contre leur licenciement « économique ». Selon le quotidien Al Akhbar, la direction de la société leur a demandé de signer un procès verbal de départ collectif en leur accordant seulement 25 % de leurs indemnités légales. Une décision qui a surpris ces derniers qui ne comprennent pas comment une telle société peut être en pleine crise financière alors que la production de l’entreprise a augmenté face à la hausse de la demande suite à la faillite de plusieurs sociétés concurrentes.

Pour les salariés, la direction les a envoyés au chômage au profit de la filiale ouverte à Kenitra, puisqu’après avoir averti les employés de leur nouveau statut, les portes de l’entreprise ont été fermées et l’entrée interdite à tous les salariés, sans exception. Pour les protestataires, la direction cherche à recruter de nouveaux ouvriers avec, peut-être, moins d’avantages salariaux et sociaux que ceux accordés à leurs homologues de Tanger.

En décidant d’organiser un sit-in illimité, les salariés exigent que la direction revienne sur sa décision pour sauver 400 familles de la précarité, surtout avec la crise économique qui sévit à cause de la pandémie du coronavirus. Le sit-in, selon eux, ne sera levé que si la société parvient à trouver une solution pour corriger le tir. Ils appellent les autorités compétentes dans le domaine des investissements à intervenir pour mettre fin à cette injustice. Ils exigent également de la société, au cas où la situation aurait atteint un point de non-retour, d’être indemnisés selon les lois en vigueur.

Sujets associés : Espagne - Manifestation - Tanger - Automobile - Chômage

Aller plus loin

Maroc : un sit-in de protestation en soutien au peuple palestinien

Des centaines de manifestants se sont mobilisés, dimanche, devant le Parlement en soutien au peuple palestinien et en opposition à toute forme de normalisation avec Israël.

Maroc : les mesures proposées pour relancer le secteur automobile

Après plus de deux mois d’arrêt d’activités, l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) et l’Association marocaine de l’industrie automobile (AMIA) se...

Sit-in des débits d’alcool : l’Alliance engage un bras de fer avec le gouvernement

Suite à la fermeture de plusieurs lieux et le retrait des licences d’alcool, les professionnels du milieu, à travers l’Alliance des syndicats libres, ont organisé un sit-in ce...

Automobile : le Maroc veut détrôner l’Inde et la Chine

L’ambition du Maroc pour les prochaines années est de se hisser au premier rang mondial en matière de compétitivité automobile. Pour relever ce défi, le royaume devra miser sur...

Ces articles devraient vous intéresser :

Véhicules électriques : deux usines géantes de batteries au Maroc

Le Maroc va bientôt disposer de deux usines de fabrication de batteries de véhicules. Les projets sont évalués à 6 milliards d’euros et à 4 milliards d’euros, a annoncé cette semaine Ryad Mezzour, le ministre marocain de l’Industrie et du commerce.

Au Maroc, la pénurie fait chuter les ventes de voitures

Au Maroc, les ventes de voitures ont chuté à fin août en raison notamment du manque de disponibilité des modèles.

Maroc : la chute des ventes de voitures neuves continue

Les ventes de voitures neuves au Maroc sont toujours dans le rouge. À fin septembre, 120 905 unités ont été vendues, soit une baisse de 8,15 %, comparativement à la même période de l’année dernière.

Maroc : de bonnes perspectives pour le marché de l’occasion

Le projet de loi de finances (PLF) 2023 annonce une hausse de 33,36 % des recettes de droits de mutation (biens immobiliers, automobiles, etc.). Les perspectives semblent prometteuses pour le marché de l’occasion.

Boom de l’automobile, chute du phosphate : les deux visages de l’économie marocaine

Le secteur automobile marocain a connu une forte croissance de ses exportations, atteignant près de 116,38 milliards de dirhams (MMDH) à fin octobre 2023, selon les dernières données de l’Office des changes.

Maroc : 100 milliards de dirhams d’exportations automobiles cette année

Le secteur automobile marocain devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires record de 100 milliards de dirhams en termes d’exportation de véhicules, a annoncé mardi Ryad Mezzour, le ministre de l’Industrie et du commerce.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Du nouveau dans la gamme de la Citroën Ami fabriquée au Maroc

Une nouvelle version de la Citroën AMI « made in Morocco » est désormais commercialisée sur le site officiel du constructeur automobile français.

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Du nouveau pour l’usine géante de batteries au Maroc

Le gouvernement marocain vient de signer un mémorandum d’entente avec le groupe sino-européen Gotion High-Tech pour la réalisation d’un projet de mise en place d’un écosystème industriel de production de batteries pour véhicules électriques et de...