Témoignage poignant d’un héros oublié de l’attentat de Bruxelles

4 novembre 2023 - 19h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Khaled* a sauvé la vie de l’homme lors de l’attentat survenu à Bruxelles le 16 octobre et faisant deux morts. Le héros oublié livre un témoignage poignant.

« Il était environ 19 heures. Je travaillais aux étages, dans un des bureaux de l’immeuble. Je descendais par l’ascenseur au niveau 0 pour aller jeter les poubelles que j’avais collectées. C’était la fin de ma journée. Je marchais vers la porte (principale qui donne sur le boulevard d’Ypres) pour sortir et rentrer chez moi. […] L’autre, un tourniquet déjà bloqué à cette heure-là, mène à la place Sainctelette », se remémore auprès de RTBF Khaled, agent de nettoyage de profession, marchant dans le couloir où le drame s’est joué le 16 octobre dernier. Quelques minutes plus tard, le terroriste tunisien Abdesalem Lassoued tue un Suédois et continue à tirer plusieurs fois avec son arme. « Je croyais d’abord entendre un pétard », raconte le témoin. Il voit l’assaillant pourchasser deux personnes, le supporter suédois et un homme tirant un caddie de courses. Pris de panique, ils pénètrent dans le bâtiment par la porte qui s’active à l’aide d’un badge. « Elle est censée se refermer. Mais elle se referme lentement si on ne la pousse pas, c’est comme cela que le terroriste a pu entrer également. »

À lire : Arrestation en Espagne d’un MRE (belge) lié à l’attentat à Bruxelles

« Nous courrons vers l’intérieur du bâtiment. C’est à ce moment-là que j’ai entendu une deuxième détonation. J’ai alors compris que ce n’était pas de simples pétards et qu’il fallait immédiatement se mettre à l’abri, poursuit Khaled qui se cache derrière un imposant poteau blanc. Je suis droit, fixe, je ne bouge pas, je regarde devant moi, pas en direction du terroriste qui est sur ma gauche, à quelques mètres seulement. Nos regards ne se croisent jamais. Mais je me dis qu’il m’a certainement vu. L’homme au caddie, lui, est devant moi et se cache derrière l’embrasure des ascenseurs. » L’assaillant abat froidement le supporter suédois dans la réception, avant d’être tué par la police. « C’est horrible de savoir que cette victime suédoise est allée de l’autre côté de la réception, là où il n’y avait pas où se cacher, où les portes vers les escaliers de secours ne s’ouvrent que par un badge. » L’agent de nettoyage trouve refuge dans les toilettes pour handicapés, au fond, juste à côté des ascenseurs.

À lire :Attentat de Magnanville : Prison à vie pour Mohamed Lamine Aberouz

« Quand j’ai ouvert la porte, l’homme au caddie, d’une quarantaine d’années, m’a suivi. Je lui ai dit : lâche ton caddie. M’a-t-il entendu ? A-t-il lâché son caddie de lui-même ? Toujours est-il que nous entrons dans la toilette, une pièce d’environ 4 à 5 mètres carrés. Je referme la porte à clé derrière moi. Je me mets contre le mur, l’autre personne s’assied sur la toilette ». Khaled se confie à Dieu. « Nous devons immédiatement couper nos GSM, pour qu’ils ne sonnent pas, qu’on ne se fasse pas repérer. Ensuite, nous attendons. Moi, qui suis musulman, croyant, pratiquant, je me mets à réciter ma profession de foi en arabe. Je récite le Coran dans ma tête. J’ai pensé à ma famille, ma femme, mes enfants, confie-t-il. J’avais aussi les yeux rivés sur le loquet de la porte de la toilette me demandant si quelqu’un allait l’ouvrir. C’est l’angoisse, le stress, la panique… »

À lire :Attentats de Barcelone : vers l’expulsion d’un Marocain

Ce n’est qu’après avoir entendu les talkies-walkies dans le couloir que Khaled a su que l’assaillant était déjà reparti. « Après une demi-heure environ », la police arrive en grand nombre et investit les lieux. J’ai compris que c’était la police quand j’ai entendu les talkies-walkies dans le couloir. J’ai dit que nous étions dans la toilette, que nous étions des victimes de ce qui s’était passé, que j’allais ouvrir la porte et montrer mes mains. » À leur sortie des toilettes, son compagnon d’infortune et lui ont été arrêtés par la police. « Nous nous retrouvons menottés, au sol, pendant une heure, se rappelle Khaled. Nous étions considérés comme des suspects, c’est normal. Je comprends tout à fait la réaction de la police à ce moment-là après ce qu’il venait de se passer. Elle ne pouvait pas faire autrement vu les circonstances. » Après leur audition au commissariat, les deux hommes ont été relâchés. Il demande à la police de le ramener à son lieu de travail avant d’appeler sa femme et lui demande de venir le récupérer. Le témoin rentre finalement chez lui. « Quand je suis rentré chez moi, je n’ai pas dormi de la nuit. Impossible. »

À lire : Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini assistera au témoignage des victimes

Khaled sort de cette épreuve complètement, traumatisé. « Je suis allé voir mon médecin qui m’a mis en congé maladie. J’ai demandé deux semaines, il voulait me donner davantage vu mon état. Mais je voulais surmonter cette épreuve même si elle est difficile. Je ne voulais pas plonger dans une phobie du lieu, du quartier. Bien que les nuits, je me remémore les scènes, des détails me viennent en tête. En même temps, j’essaie de combattre le stress et les angoisses. » Il a repris le travail cette semaine, mais il est toujours angoissé. « Surtout lorsque je dois descendre les poubelles et repartir vers la sortie, la même que celle que j’ai prise le 16 octobre vers 19h. Lorsque je quitte l’ascenseur, je marque un temps d’arrêt, je scrute la réception avant d’avancer. C’est très compliqué », témoigne celui qui parfois s’en va par le parking pour éviter l’exact lieu de la tragédie.


*Prénom modifié

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Bruxelles - Terrorisme - Attentat

Aller plus loin

Attentats de Barcelone : vers l’expulsion d’un Marocain

Le Ministère de l’Intérieur espagnol a sollicité l’Audience nationale pour autoriser l’expulsion vers le Maroc de Said Ben Iazza, l’un des trois condamnés pour les attentats...

Houssame Benabbou : d’une course à l’acte héroïque après un accident

Houssame Benabbou, marathonien espagnol d’origine marocaine, a récemment vécu une expérience dont il va se souvenir toute sa vie.

Attentat de Magnanville : Prison à vie pour Mohamed Lamine Aberouz

Accusé de complicité avec le djihadiste Larossi Abballa pour l’assassinat d’un couple de policiers à Magnanville le 13 juin 2016, Mohamed Lamine Aberouz a été condamné mercredi...

Arrestation en Espagne d’un MRE (belge) lié à l’attentat à Bruxelles

La police ont arrêté dans la région de Malaga une personne pour son lien avec l’attentat djihadiste perpétré en Belgique le 16 octobre dernier, au cours duquel un individu de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...