Les raisons de la résistance des transferts des MRE à la crise sanitaire

30 septembre 2020 - 12h40 - Economie - Ecrit par : S.A

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont connu une baisse de 3% à fin juillet en dépit de la crise sanitaire liée au coronavirus. En voici les raisons.

Plusieurs raisons expliquent cette résistance inattendue des transferts des MRE à la crise. Iñigo Moré, enseignant à Berkley et fondateur de REMESAS.ORG, estime que cette baisse de 3% enregistrée à fin juillet n’est pas du tout surprenante. "Les statistiques du mois d’août seront encore plus positives", déclare-t-il à Médias24. Il fait une analyse de l’évolution des transferts vers le Maroc. Il dégage deux phases distinctes : celle du confinement en Europe et celle de l’après confinement.

"En mars et avril, les transferts des MRE ont connu une forte chute. Mais ce n’est pas en raison d’une crise de la demande, mais essentiellement à cause de la fermeture des centres de transfert d’argent, décidée par les autorités des pays européens. Il était donc tout simplement difficile de transférer de l’argent. Je parle des réseaux de proximité qui ont pratiquement tous fermé, et c’est justement là où l’essentiel des transferts d’argent se fait", explique-t-il. C’était la période de confinement total.

Les transferts des MRE ont enregistré une hausse juste après la réouverture de ces réseaux. Ainsi, la tendance a connu une grande inflexion à partir du mois de mai selon l’office des changes. La baisse était de -1,6% en mai. À partir de juin, il y a eu des progressions à deux chiffres : +21,8% en juin et +14,2% en juillet, ce qui a permis de réduire à 3% à fin juillet la baisse enclenchée à partir du mois de mars.

Selon M. Moré, deux autres éléments expliquent l’explosion des transferts à partir de juin. Il y a "l’effet de non-retour". "Chaque année, il y a plus de 2 millions de Marocains qui rentrent au pays avec des cadeaux et de l’argent qu’ils distribuent à leurs familles. Puisqu’il n’y a pas eu de retour cet été, ces cadeaux ont été remplacés par des transferts d’argent", explique-t-il. Il y a également l’impossibilité des flux informels qui ne rentraient pas avant dans la statistique officielle des transferts.

L’expert alerte par ailleurs sur une rechute des transferts à partir du mois de septembre. "C’est un cadeau estival dont le Maroc a profité, mais il ne faut pas compter sur la poursuite de ce trend. À partir de septembre, les transferts vont reprendre une tendance baissière", affirme-t-il. Pour atténuer un tant soit peu les effets, il propose d’abroger les monopoles dans le secteur des transferts d’argent. "Si on octroie plus de licences et qu’on ait des milliers d’opérateurs, le coût baissera et ça encouragera les gens à transférer plus. Le digital peut aussi jouer pour que les transferts soient moins couteux. C’est le moment d’agir sur cette question au niveau mondial", suggère-t-il.

Sujets associés : Transferts des MRE - MRE

Aller plus loin

Transferts des MRE en 2021 : les prévisions sont plutôt rassurantes

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) connaîtraient une baisse limitée de 5% à 61,5 MMDH en 2021. C’est ce qu’indiquent les prévisions de Bank Al-Maghrib (BAM).

Espagne : les transferts des MRE ont explosé pendant la crise

Les transferts des Marocains résidant en Espagne ont augmenté de 33 % entre 2019 et 2020, passant de 766 millions à 1,022 milliard d’euros.

Baisse de 69 % des transferts des MRE à cause du covid-19

Le covid-19 touche l’économie marocaine, avec comme conséquence une baisse annoncée de 69 % des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE). C’est ce qu’indique une...

Bank Al Maghrib optimiste sur les transferts des MRE

Malgré la crise sanitaire du Covid-19, les transferts des MRE n’accuseront qu’une légère baisse en 2020, soit 5%, avant de s’améliorer de 2,4% l’année prochaine. Ce sont les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE doivent prendre les billets retour à l’avance

Tanger Med a informé les MRE que dans le cadre de la phase retour de l’opération Marhaba 2022, ils devront se munir, avant de se rendre au port, d’un billet de retour délivré par leur compagnie maritime, précisant une date et heure de voyage fermes.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Marhaba 2023 : Le Maroc accueille 1,2 million de MRE, en hausse de 21%

Quelque 1,2 million de Marocains résidant à l’étranger (MRE) et de 280 000 véhicules sont entrés au Maroc dans le cadre de l’opération de l’opération Marhaba 2023, selon le ministère du Transport et de la logistique.

Douane : que se passe-t-il si le MRE ne peut exporter sa voiture ?

Il peut arriver, dans certains cas d’un ennui de santé ou d’une urgence quelconque, que le Marocain résidant à l’extérieur (MRE) ne puisse pas, par lui-même, réexporter son véhicule, c’est à dire le reconduire hors du Maroc. La douane marocaine a prévu...

La SNRT ouvre ses portes aux Marocains du monde

Des journées portes ouvertes au profit de la communauté marocaine vivant à l’étranger. Il s’agit d’une initiative de la SNRT en vue de mettre les projecteurs sur le rôle que jouent ces citoyens marocains résidant à travers le monde dans le...

Meurtre de Malak : des traces d’agressions sexuelles révélées par le médecin légiste

Lors d’une conférence de presse donnée jeudi par le parquet de Liège, des révélations choquantes ont été faites sur le meurtre de Malak, la jeune adolescente de 13 ans tuée par Olivier Theunissen, un Sérésien de 37 ans. Le médecin légiste a en effet...

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Maroc : les envois de fonds des MRE en forte hausse

Un peu plus de 45 milliards de dirhams ont été envoyés au Maroc par les Marocains résidant à l’étranger à fin mai dernier, selon les chiffres dévoilés par l’Office des Changes.

MRE : la détaxe au Maroc, comment ça marche ?

Si vous êtes un Marocain résidant à l’étranger (MRE) en visite au Maroc, vous pouvez prétendre à un remboursement de certains de vos achats. Le dernier guide de la douane marocaine apporte des détails sur ce sujet.