Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

13 décembre 2022 - 09h40 - France - Ecrit par : S.A

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Les faits remontent au mois d’octobre 2019. Des conversations entre différents membres d’une famille font penser à des enquêteurs qui menaient des investigations dans le cadre d’une toute autre affaire : l’organisation d’un mariage blanc. Objectif : faire obtenir la nationalité française à une de leurs cousines de nationalité marocaine. Cette dernière devra s’occuper de leur père âgé qui vit seul.

À lire : Faux mariages : un MRE arnaque une dizaine de Marocaines

Aboubakar B., 34 ans, un employé du restaurant d’un des frères, est le futur marié. Le choix porté sur sa personne s’expliquerait par le fait qu’il doit de l’argent à la famille et cela « serait un moyen d’éponger sa dette », fait savoir Oise Hebo. Avoir un appartement est l’un des préalables pour se marier. Son employeur, Ismaël L., lui fournit un bail de location d’un appartement de la Résidence Jeanne-Hachette. Karima L., sœur de son patron, s’occupe des démarches administratives, la future ne sachant parler ni lire le français. Moncef L., le dernier frère, entre en scène. Il donne des conseils vestimentaires au futur marié. Aboubakar sera écroué juste après le mariage, mais ne recevra pas la visite de sa femme. Seule son ancienne compagne le fera. Libéré, il vit désormais avec elle. La jeune épouse se retrouve seule et retourne au Maroc et y reste.

À lire : Espagne : des Marocains payaient 10 000 euros pour un faux mariage

Poursuivi pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc, tous les mis en cause excepté la jeune épouse comparaissent devant le tribunal de Beauvais. « Il y a bien eu une entente établie entre les prévenus pour organiser ce mariage », estime la substitute du procureur. Elle réclame 15 mois de prison et 500 euros d’amende pour Aboubakar B. ; 12 mois dont six avec sursis et 500 euros d’amende pour Karima L., « la tête de l’organisation » ; 12 mois dont 10 avec sursis et 500 euros d’amende pour Ismaël L. ; 8 mois de prison dont quatre avec sursis et 200 euros d’amende pour Moncef L. Tout est basé sur des hypothèses que rien ne confirme ! », dénonce Romain Boulet, avocat de Karima L. Le verdict sera rendu le 12 janvier 2023.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Mariage

Aller plus loin

France : ils déboursent une somme astronomique pour bénéficier d’un mariage blanc

Après plus d’un an d’enquête, la direction interdépartementale de la police aux frontières (PAF) du Mesnil-Amelot, en coordination avec la Brigade mobile de recherche de la PAF...

Espagne : des Marocains payaient 10 000 euros pour un faux mariage

La police a procédé au démantèlement d’un réseau criminel spécialisé dans la célébration de faux mariages entre citoyens espagnols et étrangers d’origine marocaine en vue de...

Faux mariages : un MRE arnaque une dizaine de Marocaines

Des dizaines de Marocaines aux Pays-Bas ont été victimes d’une escroquerie orchestrée par Brahim M., un Maroco-néerlandais qui leur avait promis le mariage. L’escroc présumé a...

Turquie : quatre Marocaines au cœur d’un réseau de faux mariages

Quatre femmes marocaines ont été interpellées avec deux complices turcs. Il leur est reproché leur implication dans un réseau d’arnaque et d’arrangement de faux mariages.

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Un agriculteur espagnol attaque la famille royale marocaine

Le Tribunal de l’Union européenne a entendu mardi les arguments de l’entreprise Eurosemillas, spécialisée dans la production de semences sélectionnées, qui demande l’annulation de la protection communautaire des obtentions végétales pour la variété...

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Ramadan et grossesse : jeûner ou pas, la question se pose

Faut-il jeûner pendant le Ramadan quand on est enceinte ? Cette question taraude l’esprit de nombreuses femmes enceintes à l’approche du mois sacré. Témoignages et éclairages pour mieux appréhender cette question à la fois religieuse et médicale.

Maroc : il tue son père pour des cigarettes

Drame dans la commune d’Ait Amira. Un jeune homme a donné un coup de couteau mortel à son père après que ce dernier a refusé de lui donner de l’argent pour acheter un paquet de cigarettes.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.