Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

13 décembre 2022 - 09h40 - France - Ecrit par : S.A

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Les faits remontent au mois d’octobre 2019. Des conversations entre différents membres d’une famille font penser à des enquêteurs qui menaient des investigations dans le cadre d’une toute autre affaire : l’organisation d’un mariage blanc. Objectif : faire obtenir la nationalité française à une de leurs cousines de nationalité marocaine. Cette dernière devra s’occuper de leur père âgé qui vit seul.

À lire : Faux mariages : un MRE arnaque une dizaine de Marocaines

Aboubakar B., 34 ans, un employé du restaurant d’un des frères, est le futur marié. Le choix porté sur sa personne s’expliquerait par le fait qu’il doit de l’argent à la famille et cela « serait un moyen d’éponger sa dette », fait savoir Oise Hebo. Avoir un appartement est l’un des préalables pour se marier. Son employeur, Ismaël L., lui fournit un bail de location d’un appartement de la Résidence Jeanne-Hachette. Karima L., sœur de son patron, s’occupe des démarches administratives, la future ne sachant parler ni lire le français. Moncef L., le dernier frère, entre en scène. Il donne des conseils vestimentaires au futur marié. Aboubakar sera écroué juste après le mariage, mais ne recevra pas la visite de sa femme. Seule son ancienne compagne le fera. Libéré, il vit désormais avec elle. La jeune épouse se retrouve seule et retourne au Maroc et y reste.

À lire : Espagne : des Marocains payaient 10 000 euros pour un faux mariage

Poursuivi pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc, tous les mis en cause excepté la jeune épouse comparaissent devant le tribunal de Beauvais. « Il y a bien eu une entente établie entre les prévenus pour organiser ce mariage », estime la substitute du procureur. Elle réclame 15 mois de prison et 500 euros d’amende pour Aboubakar B. ; 12 mois dont six avec sursis et 500 euros d’amende pour Karima L., « la tête de l’organisation » ; 12 mois dont 10 avec sursis et 500 euros d’amende pour Ismaël L. ; 8 mois de prison dont quatre avec sursis et 200 euros d’amende pour Moncef L. Tout est basé sur des hypothèses que rien ne confirme ! », dénonce Romain Boulet, avocat de Karima L. Le verdict sera rendu le 12 janvier 2023.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Famille - Mariage

Aller plus loin

Espagne : des Marocains payaient 10 000 euros pour un faux mariage

La police a procédé au démantèlement d’un réseau criminel spécialisé dans la célébration de faux mariages entre citoyens espagnols et étrangers d’origine marocaine en vue de...

Mulhouse : le mariage cauchemardesque d’une Marocaine a pris fin

Un Marocain résidant à Mulhouse a comparu devant le tribunal pour des charges de violence habituelle, de séquestration et d’agressions sexuelles envers son épouse. Il a été...

Faux mariages : un MRE arnaque une dizaine de Marocaines

Des dizaines de Marocaines aux Pays-Bas ont été victimes d’une escroquerie orchestrée par Brahim M., un Maroco-néerlandais qui leur avait promis le mariage. L’escroc présumé a...

Turquie : quatre Marocaines au cœur d’un réseau de faux mariages

Quatre femmes marocaines ont été interpellées avec deux complices turcs. Il leur est reproché leur implication dans un réseau d’arnaque et d’arrangement de faux mariages.

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Une famille marocaine au tribunal de Beauvais pour un mariage blanc

Une famille marocaine est jugée devant le tribunal de Beauvais pour association de malfaiteurs dans le but d’organiser un mariage blanc. Le verdict est attendu le 12 janvier 2023.

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...

Hôtels au Maroc : la fin du certificat de mariage ne plaît pas à tout le monde

Au Maroc, la levée de l’exigence d’un certificat de mariage dans les hôtels est loin de faire l’unanimité. Alors que certains Marocains ont célébré cette évolution comme une étape vers plus de liberté personnelle et de vie privée, d’autres estiment que...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...