L’usine de la mort à Tanger : prison ferme pour le propriétaire

10 décembre 2021 - 10h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Le propriétaire d’un atelier de textile à Tanger, dont de nombreux employés, principalement des femmes, sont morts à la suite d’inondations, a été condamné à de la prison ferme par la justice.

Ainsi, le tribunal de première instance de Tanger a condamné le propriétaire de cette usine clandestine à un an de prison ferme. Il devra également payer une amende de 1000 dirhams.

La justice a également condamné la société Amendis à payer 200 000 dirhams d’amende pour chacune des familles des 28 victimes recensées.

A lire : Le gouvernement dégage sa responsabilité dans le drame de l’atelier de textile de Tanger

Le 28 février dernier, 28 salariés de cette usine ont été piégés par l’inondation causée par les pluies qui s’étaient abattues sur la ville de Tanger. Elles ont provoqué un court-circuit qui a été fatal pour les ouvriers. Alertés, les autorités locales, les services de sûreté et de la protection civile s’étaient portés sur les lieux et avaient pu secourir une dizaine d’employés.

Sujets associés : Droits et Justice - Tanger - Procès - Accident - Décès

Aller plus loin

Tanger : le procès du propriétaire de l’atelier de textile clandestin démarre le 20 mai

Le 20 mai prochain, le propriétaire de l’atelier de textile qui a vu mourir 28 des ouvriers qui y travaillaient, sera fixé sur son sort. Le juge d’instruction près le tribunal...

Le gouvernement dégage sa responsabilité dans le drame de l’atelier de textile de Tanger

Interpellé par le Parlement sur une question relative aux accidents du travail, tel que celui survenu dans l’atelier de confection textile de Tanger, où 28 ouvriers ont perdu la...

Drame de Tanger : ouverture du procès du propriétaire de l’atelier

La mort tragique de 28 ouvrières le 8 février dernier suite à l’inondation d’un atelier clandestin à Tanger restera dans toutes les mémoires. L’ouverture du procès du...

Nouvelles révélations sur le drame de l’atelier textile de Tanger

Les enquêtes diligentées pour comprendre les circonstances du drame qui a tué 24 employés d’un atelier de textile clandestin révèle chaque jour des faits qui incriminent...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Le Roi Mohammed VI rend hommage à Mohamed Moatassim

Le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion aux membres de la famille de feu Mohamed Moatassim, Conseiller du Souverain, décédé lundi à Rabat.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Maroc : l’épineux problème des cimetières

Face à une crise grandissante liée à l’espace des cimetières au Maroc, Ahmed Toufiq, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, a abordé, ce lundi, la problématique devant la Chambre des représentants.

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.